Budget 2020: tout ce dont vous avez besoin pour connaître les changements à l'international …

Le ministre des Finances, Nirmala Sitharaman, a proposé les changements suivants dans divers domaines de la fiscalité internationale et des prix de transfert:

  • Modification des conditions d'exemption des fonds offshore de la "connexion commerciale".
  • La contribution du gestionnaire de fonds éligible pendant les trois premières années jusqu'à vingt-cinq crore roupies n'est pas prise en compte aux fins du calcul de la participation ou de l'investissement total dans le fonds, directement ou indirectement, par un résident indien et si le fonds a été créé ou constituée l'année précédente, la condition de moyenne mensuelle du corpus du fonds à cent crore roupies doit être remplie dans les douze mois à compter du dernier jour du mois de sa constitution ou de sa constitution.

    Il est proposé de modifier l'article 9A de la loi qui entrera en vigueur le 1er avril 2020 et s'appliquera, par conséquent, en ce qui concerne l'année d'évaluation 2020-21 et les années d'évaluation suivantes.

  • Modification de l'article 194LC de la loi pour prolonger la période de taux préférentiel de retenue à la source et pour prévoir également le taux concessionnel des obligations cotées en bourse à l'IFSC
  • Le gouvernement, en vue d'attirer de nouveaux investissements, de créer des emplois et de stimuler l'économie, a proposé de prolonger la période dudit taux concessionnel de TDS de 5% jusqu'au 1er juillet 2023 à partir du 1er juillet 2020, à condition que le taux de TDS soit de 4%. sur les intérêts payables à un non-résident, pour les sommes empruntées en devises à une source hors de l'Inde, par voie d'émission de toute obligation à long terme ou RDB à compter du 1er avril 2020 mais avant le 1er juillet 2023 et qui est cotée uniquement sur une bourse de valeurs reconnue située dans un IFSC.

  • Modification de l'article 194LD de la loi pour prolonger la période de taux de retenue à la source et également pour étendre ce taux de concession aux titres de créance municipaux.
  • Le gouvernement a proposé de modifier l'article 194LD pour prolonger la période du taux de TDS de 5% en vertu dudit article jusqu'au 1er juillet 2023 à compter du 1er juillet 2020 actuel, à condition que le taux concessionnel de TDS de 5% en vertu dudit article soit également s'appliquent sur les intérêts payables, à compter du 1er avril 2020 mais avant le 1er juillet 2023, à un FII ou QFI à l'égard de l'investissement réalisé dans le titre de créance municipal.

  • À l'exclusion des intérêts payés ou à payer à l'établissement stable d'une banque non-résidente aux fins de refus des intérêts en vertu de l'article 94B.
  • Le gouvernement a proposé de modifier l'article 94B de la loi afin de prévoir que les dispositions de limitation des intérêts ne s'appliqueraient pas aux intérêts payés à l'égard d'une dette émise par un prêteur qui est l'ES d'un non-résident, étant une personne engagée dans le secteur bancaire, en Inde.

    Cette modification entrera en vigueur le 1er avril 2021 et s'appliquera, par conséquent, en ce qui concerne l'année d'évaluation 2021-2022 et les années d'évaluation suivantes.

    Le gouvernement a proposé de modifier l'article 115A de la loi afin de prévoir qu'un non-résident ne soit pas tenu de produire une déclaration de revenus en vertu du paragraphe (1) de l'article 139 de la loi si: – son total le revenu se compose uniquement de dividendes ou de revenus d'intérêts visés à l'alinéa a) du paragraphe (1) dudit article, ou de revenus de redevances ou de FTS de la nature spécifiée à l'alinéa b) du paragraphe (1) de l'article 115A, et le TDS sur ces revenus a été déduit en vertu des dispositions du chapitre XVII-B de la Loi à des taux qui ne sont pas inférieurs aux taux prescrits en vertu du paragraphe (1) de l'article 115A.

  • Modification visant à attribuer le bénéfice à l'établissement stable dans les règles de la sphère de sécurité en vertu de l'article 92CB et dans l'accord préalable sur les prix en vertu de l'article 92CC
  • Compte tenu de ce qui précède, il est proposé de modifier les articles 92CB et 92CC de la Loi afin de couvrir la détermination de l'attribution à PE dans le cadre de SHR et APA.

    En ce qui concerne l'article 92CB, la modification entrera en vigueur le 1er avril 2020 et s'appliquera, par conséquent, relativement à l'année d'évaluation 2020-21 et aux années d'évaluation subséquentes. En ce qui concerne l'article 92CC, la modification entrera en vigueur le 1er avril 2020 et s'appliquera donc à un APP conclu le 1er avril 2020 ou après.

  • Amendement dans le groupe de règlement des différends (DRP).
  • Le gouvernement a proposé de modifier convenablement les dispositions de l'article 144C de la afin d'inclure les cas dans lesquels l'AO propose d'apporter toute modification préjudiciable à l'intérêt de la personne évaluée, dans le cadre de l'article 144C; étendre la portée de ladite section en définissant l'assuré admissible comme un non-résident qui n'est pas une entreprise ou une entreprise étrangère.

    Cette modification prendra effet à compter du 1er avril 2020. Ainsi, si l'AO propose d'apporter une quelconque modification après cette date, en cas d'Assuré évalué, préjudiciable à l'intérêt de l'Evalué, la disposition ci-dessus sera applicable.

    Le gouvernement a proposé de prévoir que l'ITAT peut accorder un sursis en vertu de la première condition, à condition que l'assuré dépose au moins vingt pour cent du montant de la taxe, des intérêts, des frais, des pénalités ou de toute autre somme payable en vertu des dispositions de présente loi, ou fournir une garantie d'un montant égal à cet égard.

    Il est également proposé de substituer la deuxième condition pour prévoir qu'aucune prolongation de séjour ne sera accordée par l'ITAT, lorsqu'un tel appel ne sera pas ainsi réglé, dont ladite période de séjour telle que spécifiée dans l'ordre de séjour. Toutefois, à la suite d'une demande présentée par la personne évaluée, une nouvelle suspension peut être accordée si le retard n'est pas statué sur l'appel n'est pas imputable à la personne évaluée et que la personne évaluée a déposé au moins vingt pour cent du montant de la taxe, des intérêts , droits, pénalités ou toute autre somme payable en vertu des dispositions de la présente loi, ou fournir une garantie d'un montant égal à cet égard. Le séjour total accordé par ITAT ne peut excéder 365 jours.

    Cet amendement entrera en vigueur le 1er avril 2020.

  • Alignement de l'objectif de conclure des accords sur la double imposition (DTAA) avec l'instrument multilatéral (MLI).
  • Le gouvernement a proposé de modifier l'alinéa b) du paragraphe (1) de l'article 90 de la loi afin de leur donner la possibilité de conclure un accord avec le gouvernement de tout pays hors de l'Inde ou territoire spécifié hors de l'Inde pour , entre autres, l'évitement de la double imposition des revenus en vertu de la loi et de la loi correspondante en vigueur dans ce pays ou territoire déterminé, selon le cas, sans créer de possibilités de non-imposition ou de réduction des impôts par la fraude ou l'évasion fiscales ( y compris par le biais d'accords de négociation de traités visant à obtenir des allégements prévus dans le présent accord au profit indirect des résidents de tout autre pays ou territoire).

    Il est également proposé d'apporter une modification similaire à l'alinéa b) du paragraphe (1) de l'article 90A de la Loi.

    Ces modifications entreront en vigueur le 1er avril 2021 et s'appliqueront, par conséquent, en relation avec l'année d'évaluation 2021-2022 et les années d'évaluation suivantes.

  • Report de la proposition de présence économique significative (SEP), extension de la règle de la source, alignement de l'exonération d'imposition des investisseurs de portefeuille étrangers (FPI), en raison du transfert indirect d'actifs, avec un schéma modifié de SEBI, et rationalisation de la définition de la redevance.
  • Le gouvernement a proposé de reporter l'applicabilité du SEP à partir de l'année d'évaluation 2022-2023. Certaines modifications rédactionnelles ont également été apportées lors du report de la proposition.

    Les dispositions SEP actuelles seront omises de l'année d'évaluation 2021-2022 et les nouvelles dispositions entreront en vigueur le 1er avril 2022 et s'appliqueront, par conséquent, en relation avec l'année d'évaluation 2022-2023 et les années d'évaluation suivantes.

    En outre, conformément à la discussion en cours dans le forum international, les pays conviennent généralement que les revenus de la publicité qui cible les clients indiens ou les revenus de la vente de données collectées en Inde ou les revenus de la vente de biens et services utilisant ces données collectées en Inde doit être comptabilisé dans les recettes indiennes. Par conséquent, il est proposé de modifier la règle d'origine pour clarifier cette position.

    Il est proposé de déroger à l'exception de ladite explication 5 accordée à un actif ou à un actif immobilisé détenu par un non-résident au titre d'un investissement dans d'anciens IPF de catégories I et II en vertu du règlement SEBI (FPI) de 2014. De plus, des exceptions similaires peuvent être prévues en ce qui concerne les investissements dans des IPF de catégorie I en vertu du Règlement SEBI (FPI) de 2019.

    La modification de la définition de la redevance afin de ne pas exclure la contrepartie de la vente, de la distribution ou de l’exposition de films cinématographiques de son sens figure également dans la proposition.

    Il est en outre proposé de modifier l'article 295 de la loi de manière à habiliter le Conseil à établir des règles prévoyant la manière et la procédure selon lesquelles les revenus doivent être déterminés dans le cas d'opérations effectuées en Inde par un non -résident et transaction ou activités d'un non-résident.

  • Rationalisation des dispositions relatives aux contrôles fiscaux dans certains cas.
  • Pour permettre le pré-remplissage des déclarations en cas de revenus professionnels ou professionnels, il est nécessaire que le rapport de contrôle fiscal puisse être fourni par lesdits assesseurs au moins un mois avant la date d'échéance de dépôt de la déclaration de revenus. Cela nécessite des modifications dans tous les articles de la loi qui obligent le dépôt d'un rapport d'audit avec la déclaration de revenus ou à la date d'échéance de la déclaration de revenus. Ainsi, les dispositions des articles 10, 10A, 12A, 32AB, 33AB, 33ABA, 35D, 35E, 44AB, 44DA, 50B, 80-IA, 80-IB, 80JJAA, il est proposé de modifier les articles 92F, 115JB, 115JC et 115VW de la loi en conséquence.

  • Modification des dispositions de la loi relative à la vérification de la déclaration de revenus et à la comparution d'un représentant autorisé.
  • Le gouvernement a proposé de modifier le paragraphe (2) de l'article 288 pour permettre à toute autre personne, conformément à la prescription de la Commission, de se présenter comme représentant autorisé.

    Ces modifications entreront en vigueur le 1er avril 2020.

    Le gouvernement a proposé d'apporter des modifications afin que les dividendes ou les revenus des parts soient imposables entre les mains des actionnaires ou des porteurs de parts au taux applicable et que la société nationale ou la société spécifiée ou les fonds communs de placement ne soient tenus de payer aucun DDT. Il est également proposé de prévoir que la déduction pour frais en vertu de l'article 57 de la Loi sera au maximum de 20% du dividende ou du revenu des parts. Par conséquent, il est proposé de

    je. modifier l'article 115-O pour prévoir que le dividende déclaré, distribué ou payé après le 1er avril 2003, mais au plus tard le 31 mars 2020, sera couvert par les dispositions du présent article.

    ii. modifier la clause (34) de l'article 10 pour prévoir que la disposition de la présente clause ne s'applique à aucun revenu, sous forme de dividende, reçu à compter du 1er avril 2020.

    iii. modifier l'article 115R pour prévoir que les revenus distribués au plus tard le 31 mars 2020 ne seront couverts que par les dispositions du présent article.

    iv. modifier la clause (35) de l'article 10 pour prévoir que la disposition de la présente clause ne s'applique pas aux revenus, à l'égard des parts, reçus à compter du 1er avril 2020.

    v. modifier la clause (23FC) de l'article 10 afin que tous les dividendes reçus ou à recevoir par la fiducie d'entreprise d'un véhicule à usage spécial soient un revenu exonéré en vertu de cette clause.

    vi. modifier la clause (23FD) de l'article 10 pour exclure de l'exemption les revenus de dividendes reçus par un porteur de parts de la fiducie d'entreprise afin que les revenus de dividendes soient imposables entre les mains des porteurs de parts de la fiducie d'entreprise.

    vii. modifier le paragraphe (3) de l'article 115UA pour supprimer la référence au sous-alinéa a) de sorte que les revenus distribués de la nature visée à la clause (23FC) ou à la clause (23FCA) de l'article 10 soient réputés être des revenus du porteur de parts et sera imputé à l'impôt sur le revenu de l'année précédente. Ainsi, le revenu de dividendes distribué par un véhicule à des fins particulières à une fiducie d'entreprise serait imposé entre les mains du porteur de parts.

    viii. supprimer la référence au revenu de dividendes de l'article 115-O dans divers articles comme l'article 57, l'article 115A, l'article 115AC, l'article 115ACA, l'article 115AD et l'article 115C.

    ix. supprimer la ligne d'ouverture de la clause (23D) de l'article 10, car les fonds communs de placement ne sont plus tenus de payer de taxe supplémentaire.

    X. insérer le nouvel article 80M tel qu'il existait avant qu'il ne soit supprimé par la loi de finances pour supprimer l'effet de cascade, avec une modification selon laquelle la compensation ne sera autorisée que pour les dividendes distribués par la société un mois avant la date d'échéance du dépôt d'un retour, au lieu de la date d'échéance de la déclaration de retour plus tôt.

    xi. modifier l'article 115BBDA, qui impose un revenu de dividende supérieur à dix lakh roupie entre les mains de l'actionnaire à dix pour cent, au seul dividende déclaré, distribué ou payé par une société nationale au plus tard le 31 mars 2020.

    xii. modifier l'article 57 pour prévoir qu'aucune déduction ne sera autorisée sur le revenu de dividendes ou le revenu à l'égard des parts de l'OPC ou de la société déterminée, autre qu'une déduction au titre des intérêts débiteurs et au cours de toute année précédente, cette déduction ne dépassera pas vingt pour cent . du revenu de dividendes ou des revenus de parts inclus dans le revenu total de cette année sans la déduction prévue à l'article 57.

    xiii. modifier l'article 194 pour inclure le dividende pour une déduction fiscale. Dans le même temps, les taux de dix pour cent. est proposé d'être prescrit et il est proposé d'augmenter le seuil de Rs 2,500 / – à Rs 5,000 / – pour le dividende payé autre qu'en espèces. De plus, à l'heure actuelle, le mode de paiement est donné sous la forme d'un «chèque ou mandat du bénéficiaire du compte». Il est proposé de le changer dans n'importe quel mode.

    xiv. modifier l'article 194LBA pour prévoir une déduction fiscale par la fiducie d'entreprise sur le revenu de dividendes versé au porteur de parts, au taux de dix pour cent. pour le résident. Pour un non-résident, ce serait 5% pour les intérêts et 10%. pour le dividende.

    xv. insérer un nouvel article 194K pour prévoir que toute personne responsable de verser à un résident tout revenu à l'égard des parts d'un OPC spécifié en vertu de la clause (23D) de l'article 10 ou des parts de l'administrateur de l'entreprise spécifiée ou des parts de la société spécifiée doit, au moment du crédit de ces revenus au compte du bénéficiaire ou au moment de leur paiement par tout mode, selon la première de ces éventualités, déduire l'impôt sur le revenu au taux de dix pour cent. Il peut également être prévu pour le seuil de Rs 5.000 / – afin que les revenus inférieurs à ce montant ne bénéficient pas de déduction fiscale. Il est également proposé de définir «administrateur», «société déterminée», tel que déjà défini à la clause (35) de l'article 10. Il est également proposé de définir «entreprise spécifiée» comme à la clause (i) de l'article 2 du Unit Trust. of India (Transfer of Undertaking and Repeal) Act, 2002. Il est également proposé de prévoir que, lorsque des revenus sont crédités sur un compte comme un compte d'attente, dans les livres comptables de la personne tenue de payer ces revenus, la responsabilité fiscale une déduction en vertu de cet article aurait lieu à ce moment-là.

    xvi. modifier l'article 195 pour supprimer l'exonération accordée au dividende visé à l'article 115-O.

    xvii. modifier l'article 196A pour rétablir son applicabilité au TDS sur le revenu à l'égard des parts d'un OPC. Il est également proposé de remplacer «du Unit Trust of India» par «de la société spécifiée définie dans l'explication de la clause (35) de l'article 10» et «en espèces ou par l'émission d'un chèque ou d'une traite ou par tout autre mode ”Avec“ par n'importe quel mode ”.

    xviii. modifier la section 196C pour supprimer l'exclusion accordée à un dividende en vertu de la section 115-O. Il est également proposé de remplacer «en espèces ou par l'émission d'un chèque ou d'une traite ou par tout autre mode» par «par n'importe quel mode».

    xix. modifier l'article 196D pour supprimer l'exclusion prévue à un dividende en vertu de l'article 115-O. Il est également proposé de remplacer «en espèces ou par l'émission d'un chèque ou d'une traite ou par tout autre mode» par «par n'importe quel mode».

    Les modifications de la clause (i) à (xii) ci-dessus entreront en vigueur le 1er avril 2021 et s'appliqueront, par conséquent, en relation avec l'année d'évaluation 2021-2022 et les années d'évaluation suivantes. Les modifications de la clause (xiii) à (xix) entreront en vigueur le 1er avril 2020.

  • Modification des dispositions de résidence.
  • En ce qui concerne les dispositions relatives à la résidence, le gouvernement a proposé que

  • que l'exception prévue à l'alinéa b) de l'explication 1 du paragraphe (1) à l'article 6 pour les visites en Inde cette année-là soit ramenée à 120 jours, contre 182 jours actuellement.
  • un particulier ou un HUF est réputé «ne pas résider ordinairement» en Inde au cours d'une année précédente si le particulier ou le gestionnaire du HUF a été un non-résident en Inde au cours de sept années sur dix des années précédentes précédant cette année. Cette nouvelle condition pour remplacer les conditions existantes des alinéas a) et b) du paragraphe 6 de l'article 6
  • un citoyen indien qui n'est pas assujetti à l'impôt dans un autre pays ou territoire est réputé résider en Inde.
  • Cette modification entrera en vigueur le 1er avril 2021 et s'appliquera, par conséquent, en ce qui concerne l'année d'évaluation 2021-2022 et les années d'évaluation suivantes.

    Pour lire le texte intégral du PROJET DE LOI DE FINANCEMENT, 2020 CLIQUEZ ICI

    Budget 2020: tout ce dont vous avez besoin pour connaître les changements à l'international …
    4.9 (98%) 32 votes