Transcription de l'appel des résultats de Mohawk Industries Inc (MHK) T4 2019

Source de l'image: The Motley Fool.

Mohawk Industries Inc (NYSE: MHK) Call of Earnings Q4 2019 Feb 14, 2020, 11:00 am ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants
  • Remarques préparées:

    Opérateur

    Bonjour. Je m'appelle Lisa et je serai votre opérateur de conférence aujourd'hui. En ce moment, je souhaite la bienvenue à tous à la conférence téléphonique sur les résultats du quatrième trimestre 2019 de Mohawk Industries. Toutes les lignes ont été mises en sourdine pour éviter tout bruit de fond. Après les remarques des orateurs, il y aura une période de questions et réponses. [Operator Instructions] Pour rappel, mesdames et messieurs, cette conférence est enregistrée aujourd'hui, le 14 février 2020. Merci.

    J'aimerais maintenant vous présenter M. Ken Huelskamp. Vous pouvez commencer votre conférence.

    Ken Huelskamp — Relations avec les investisseurs

    Je vous remercie. Bonjour à tous et bienvenue à la conférence téléphonique trimestrielle des investisseurs de Mohawk Industries. Aujourd'hui, nous vous tiendrons au courant des résultats de la société pour le quatrième trimestre de 2019 et l'année entière, ainsi que pour fournir des orientations pour le premier trimestre de cette année. Je voudrais rappeler à tout le monde que notre communiqué de presse et les déclarations que nous faisons lors de cet appel peuvent inclure des déclarations prospectives telles que définies par la Private Securities Litigation Reform Act de 1995, lesquelles sont soumises à divers risques et incertitudes, y compris mais sans s'y limiter ceux indiqués dans notre communiqué de presse et les dépôts périodiques auprès de la Securities and Exchange Commission. Cet appel peut comprendre une discussion sur les numéros non conformes aux PCGR. Pour un rapprochement de tout montant non-GAAP avec les montants GAAP, veuillez vous référer à notre formulaire 8-K et au communiqué de presse dans la section Investisseurs de notre site Web.

    Les principaux orateurs d'aujourd'hui sont Jeff Lorberbaum, président et chef de la direction; Chris Wellborn, chef de l'exploitation; et Glenn Landau, directeur financier.

    Je donne maintenant la parole à Jeff pour ses remarques liminaires. Jeff?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Président et Directeur Général

    Merci, Ken. Nos résultats ajustés du quatrième trimestre étaient conformes à nos attentes, avec des ventes stables par rapport à l'an dernier, un bénéfice d'exploitation de 205 millions de dollars ou 8,4% des ventes et un BPA de 2,25 $. Pour l'exercice, nos ventes se sont élevées à 10 milliards de dollars, le résultat d'exploitation ajusté à 938 millions de dollars ou 9,4% des ventes et le BPA à 10,04 $. Notre génération de trésorerie est demeurée solide, avec des flux de trésorerie d'exploitation et disponibles pour le trimestre d'environ 440 millions de dollars et 300 millions de dollars. Pour l'année, les flux de trésorerie d'exploitation et disponibles étaient d'environ 1,4 milliard de dollars et 870 millions de dollars. Notre effet de levier se rapproche des plus bas historiques, ce qui nous donne la flexibilité de rechercher des opportunités supplémentaires. Au cours de la période, nous avons racheté environ 23 millions de dollars d'actions pour un total de 375 millions de dollars depuis l'autorisation.

    Nous avons anticipé notre activité – comme nous l'avions prévu, notre activité est restée confrontée à une demande faible, à une concurrence accrue et à un volume de production réduit. Aux États-Unis, les marchés ont continué d'être influencés par la force du dollar et l'impact du LVT sur d'autres catégories de produits. La confiance des consommateurs est restée élevée et la baisse des taux d'intérêt aux États-Unis a eu une influence positive sur les ventes de maisons neuves et existantes. Les tarifs américains sur le LVT cliquable en provenance de Chine ont augmenté [Phonetic] au quatrième trimestre et les prix du marché ont baissé pour ces produits.

    Les importations de carreaux de céramique en provenance de Chine ont considérablement diminué au quatrième trimestre et les livraisons en provenance d'autres pays n'ont pas compensé, ce qui, selon nous, est dû à la faiblesse de la demande et à la réduction des stocks de céramique aux États-Unis.

    La concurrence s'est intensifiée sur nos marchés mondiaux, ce qui a eu une incidence sur nos prix et notre composition, car nous tirons parti d'investissements plus élevés dans les ventes et le marketing pour stimuler la croissance. De nombreux pays dans lesquels nous opérons stimulent leur économie avec des taux d'intérêt plus bas pour encourager une augmentation des dépenses de consommation et de la croissance économique cette année.

    À court terme, nous prévoyons toujours une pression continue sur nos marchés et nos catégories de produits. Tout au long de la période, nous avons mis en œuvre des changements pour augmenter les ventes et réduire les coûts. Nous avons amélioré notre fabrication de LVT aux États-Unis et en Europe et réaligné nos opérations de tapis aux États-Unis. Nous avons réduit notre production et nos stocks de céramique et nous sortons une usine de parquet aux États-Unis et en Europe.

    Nous réduisons la complexité de nos opérations, améliorons les processus pour réduire les coûts et augmentons l'automatisation pour améliorer l'efficacité. Nous continuons d'améliorer la productivité et le volume de nos nouveaux investissements en LVT, comptoir américain, vinyle en feuille russe et dalles de moquette européennes. Nos acquisitions en Australie et au Brésil installent des équipements de pointe qui élargiront leur portefeuille de produits. Nous introduisons de nouvelles innovations de conception et de performance pour améliorer notre position sur le marché et élargir notre clientèle.

    Pour promouvoir les produits nouveaux et existants, nous réalisons des niveaux plus élevés d'investissements dans les ventes et le marketing.

    Pour un examen de notre performance financière au cours de la période, je donne la parole à Glenn.

    Glenn R. Landau – Vice-président exécutif et directeur financier

    Merci, Jeff et bonjour à tous. En ce qui concerne notre performance financière et nos ponts d'une année sur l'autre, comme Jeff l'a partagé au quatrième trimestre, le chiffre d'affaires total de la société s'est élevé à 2,4 milliards de dollars, en baisse de 1% par rapport à l'année précédente comme indiqué et en baisse d'environ 2% sur une base constante, ce qui nous définissons comme ajusté pour FX et jours.

    Pour l'ensemble de l'année 2019, le chiffre d'affaires net total de la Société est resté stable par rapport à 2019-2020, tel que publié, et en hausse de 2% en base constante. La croissance organique des activités anciennes a baissé de 3% au quatrième trimestre par rapport à l'année précédente à périmètre constant et de 2% sur l'ensemble de l'année par rapport à 2019-2020, également à périmètre constant. En termes de bénéfices, le bénéfice d'exploitation ajusté de la Société était de 205 millions de dollars au quatrième trimestre, soit 8,4% de 140 points de base par rapport au quatrième trimestre de l'année dernière, en grande partie en raison de la baisse du volume et de la composition des prix, partiellement compensée par une amélioration de la productivité, notamment une baisse les coûts de démarrage. Cela dit, la baisse des marges d'une année à l'autre de la société s'est améliorée de façon séquentielle de 100 points de base, ce qui représente maintenant quatre trimestres consécutifs d'amélioration.

    La transition par rapport au bénéfice d'exploitation ajusté du quatrième trimestre de l'exercice précédent a été affectée par la baisse du volume global numéro un de 10 millions de dollars, principalement dans nos segments Global Ceramic et Flooring North America et les coûts liés aux temps d'arrêt associés au marché de 4 millions de dollars, tous pris dans Global Ceramics to adapter notre offre à notre demande. Deuxièmement, une modeste augmentation de l'inflation de 3 millions de dollars attribuable à la hausse des salaires et des avantages sociaux, partiellement contrebalancée par la baisse des matières premières. Troisièmement, une érosion de la composition des prix de 24 millions de dollars, principalement dans notre segment Flooring Rest of the World suite à la baisse des coûts des intrants, et une augmentation de 11 millions de dollars des dépenses ACG et autres en raison d'investissements dans les talents de vente et le marketing pour stimuler les ventes.

    Passant à la compensation positive, la productivité, y compris la baisse des coûts de démarrage, est passée de 16 millions de dollars par rapport à l'année dernière, en raison d'une meilleure utilisation et d'articles ponctuels non répétitifs. Pour l'exercice, le résultat d'exploitation ajusté s'est élevé à 938 millions de dollars, soit 9,4% du chiffre d'affaires, en baisse de 250 points de base par rapport à l'année précédente.

    Restant au niveau de l'entreprise, les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux ajustés par chiffre d'affaires net ont été de 19,1% au cours du trimestre, hors éléments inhabituels, en hausse de 180 points de base d'une année sur l'autre en raison de l'augmentation des dépenses de vente, de marketing et de marchandisage pour déployer de nouveaux produits et croître dans de nouveaux marchés. L'inflation, les acquisitions, la baisse du volume et les charges ponctuelles ont également eu un impact sur le trimestre.

    Pour l'ensemble de l'année, les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux ajustés ont représenté 18,4% du chiffre d'affaires, en hausse de 100 points de base d'une année sur l'autre. Et juste pour être clair, par rapport à la réduction des tarifs sur les produits LVT cliquables en provenance de Chine, avant les tarifs, nous avions déjà augmenté considérablement les stocks et avons depuis réduit les achats en 2019 alors que nous réduisions les stocks et augmentions notre production aux États-Unis. Nous avons également acheté dans d'autres pays au cours de cette période. La remise brute totale s'est donc élevée à 13,5 millions de dollars, ce qui, selon nos prévisions, est répartie sur trois trimestres et largement compensée par la valeur des stocks en stock.

    Les éléments spéciaux et inhabituels du quatrième trimestre comprenaient une charge de 50 millions de dollars pour les coûts de restructuration et d'intégration, dont la plupart étaient hors trésorerie et répartis de manière relativement égale entre le réalignement du tapis américain et la redimensionnement des empreintes de fabrication de bois de la société dans Flooring North America et Flooring Rest of. le monde ainsi qu'un avantage fiscal ponctuel de 136 millions de dollars associé à la consolidation des activités commerciales en Europe au sein d'une seule entité opérationnelle pour améliorer la gestion et accroître l'efficacité, réduisant également quelque peu le taux d'imposition de la société en 2019.

    Pour l'année entière, le total des frais de restructuration et d'intégration engagés pour des actions dans Flooring North America et Flooring Rest of the World s'est élevé à 111 millions de dollars, dont environ 41 millions de dollars en espèces. Et comme nous l'avons dit, le coût décaissé associé à la restructuration de tapis d'environ 30 millions de dollars sera récupéré en tant qu'économies opérationnelles, car les stocks de transfert de coûts inférieurs au premier semestre de cette année atteindront leur taux d'exécution complet au troisième trimestre.

    Le BAIIA ajusté s'est établi à 363 millions de dollars ou 15% avant les intérêts débiteurs de 11 millions de dollars. Pour l'année entière, le BAIIA ajusté s'est établi à 1,5 milliard de dollars ou 15,3%. Le taux d'imposition effectif sur une base non-GAAP était de 18,9% au quatrième trimestre et de 20,6% pour l'ensemble de l'année '19.

    Enfin, le bénéfice net ajusté par action s'est établi à 2,25 $ au cours du trimestre, en baisse par rapport à 2,53 $ ou 11% par rapport à l'an dernier. Et pour l'année entière, le bénéfice net ajusté par action s'est établi à 10,04 $, en baisse par rapport à 12,33 $ par rapport à 2019-2020.

    Maintenant, permettez-moi de passer aux segments et je ne parlerai que du quatrième trimestre ici. Le segment Global Ceramic a réalisé un chiffre d'affaires net de 858 millions de dollars, stable par rapport à l'exercice précédent, soit une baisse de 1,5% sur une base constante. En regardant – uniquement dans nos anciennes activités, les ventes ont diminué d'environ 4% sur une base constante.

    Le bénéfice d'exploitation sur une base ajustée s'est élevé à 54 millions de dollars, ou 6,3% des ventes nettes, en baisse par rapport à 10,1%. [Phonetic] l'année dernière, principalement en raison de l'intensification de la concurrence et de la baisse de la demande aux États-Unis, conjuguée à une inflation plus élevée. Ainsi, par rapport à l'année dernière au niveau du segment, l'inflation a augmenté de 16 millions de dollars, tirée par des salaires et des matériaux et des avantages sociaux plus élevés, le volume a baissé de 14 millions de dollars, dont 4 millions de dollars de temps d'arrêt, les ventes, le marketing et les autres coûts ont augmenté de 5 millions de dollars, la composition des prix a glissé 4 millions de dollars et tout cela a été partiellement compensé par une amélioration de la productivité et une baisse des coûts de démarrage de 6 millions de dollars. Le FX au cours du trimestre a été neutre.

    Passons à Flooring North America. L'activité a affiché une meilleure performance globale avec un chiffre d'affaires de 936 millions de dollars, en baisse de 4% par rapport à l'année dernière et de 5% à périmètre constant, la faiblesse persistante des surfaces molles étant partiellement compensée par la croissance continue du LVT. Le bénéfice d'exploitation sur une base ajustée s'est élevé à 69 millions de dollars, ou 7,4% des ventes nettes au quatrième trimestre. Comblant l'an dernier, le volume a diminué de 17 millions de dollars par rapport à l'an dernier et a représenté la majeure partie du déficit. La composition des prix a accusé un retard d'environ 6 millions de dollars l'an dernier. La baisse du coût des matières premières a compensé l'augmentation des salaires et des avantages sociaux, maintenant l'inflation à plat et la productivité moins la réduction des coûts de démarrage a été améliorée de 6 millions de dollars.

    Passant à Flooring Reste du monde, le segment a connu un trimestre solide avec un chiffre d'affaires de 630 millions de dollars, en hausse de 2,6% par rapport à l'année dernière tel que publié et de 3,7% sur une base constante. En ce qui concerne uniquement l'activité héritée, les ventes ont augmenté de 1,5% sur une base constante.

    Le bénéfice d'exploitation ajusté s'est établi à 89 millions de dollars, ou 14,2% des ventes au cours du trimestre, une augmentation de 140 points de base par rapport à l'an dernier dans un environnement très concurrentiel, principalement en raison de l'augmentation du volume. En allant au pont, le volume a été meilleur de 18 millions de dollars [Phonetic] de 15 millions de dollars, mais a été largement compensé par une baisse de l'inflation globale de 11 millions de dollars, due à la baisse des coûts des intrants. La productivité, y compris la baisse des coûts de démarrage, était de 3 millions de dollars. Et les investissements dans les ventes, la commercialisation des produits et autres ont augmenté de 6 millions de dollars au cours du trimestre. Le FX a de nouveau été neutre pour le trimestre. Enfin, au niveau de l'entreprise, les dépenses et les éliminations ont entraîné une perte d'exploitation de 8 millions de dollars pour un coût annuel de 40 millions de dollars.

    En ce qui concerne maintenant le bilan, les créances ont clôturé le trimestre à 1,5 milliard de dollars avec des ventes en jours en hausse en raison de changements dans la composition géographique et des canaux. Les stocks ont terminé le trimestre à environ 2,3 milliards de dollars, ou 134 jours, soit une hausse en jours par rapport à l'année précédente d'environ six jours, mais relativement stable en dollars, car nous avons continué d'ajuster notre production pour correspondre à nos ventes.

    Les immobilisations pour le trimestre se sont terminées à 4,7 milliards de dollars et les dépenses en immobilisations de 140 millions de dollars au cours de la période, soit moins que l'amortissement, qui était de 154 millions de dollars. Ainsi, pour l'année entière, les investissements ont été inférieurs de 545 millions de dollars à notre D&A de 576 millions de dollars, car nous avons géré efficacement les dépenses de nos projets du quatrième trimestre dans chacun de nos segments.

    La dette totale s'élevait à 2,6 milliards de dollars à la fin du trimestre, en baisse d'environ 200 millions de dollars par rapport au troisième trimestre, l'endettement diminuant à 1,6 fois la dette au BAIIA ajusté. La clôture du bilan est solide et se renforce avec des flux de trésorerie disponibles de 300 millions de dollars au cours du trimestre totalisant 873 millions de dollars en 2019, clôturant une année très solide en termes de génération de trésorerie globale.

    Alors avec ça, Chris, je vous cède la parole.

    W. Christopher Wellborn – Président et chef de l'exploitation, président-Global Ceramic

    Merci, Glenn. Dans notre segment Global Ceramic, la plupart de nos marchés ont été confrontés à une combinaison de demande faible et de capacités industrielles excédentaires qui compriment les prix et les marges du marché. Au cours du trimestre, nos activités céramiques aux États-Unis sont restées sous la pression de LVT prenant des parts et des stocks élevés de l'industrie provenant d'achats de céramiques avant les tarifs. De plus, pour aligner nos propres niveaux de stock, nous avons considérablement réduit la production dans nos usines de céramique nord-américaines, ce qui a augmenté nos coûts.

    Nous avons commencé à observer certaines tendances qui devraient bénéficier à notre entreprise en 2020. Par rapport au quatrième trimestre de l'année précédente, les importations totales de céramique aux États-Unis ont diminué de 17%, tandis que les importations de céramique chinoise ont chuté de 90%. La baisse des taux d'intérêt et l'amélioration des ventes de maisons neuves et existantes devraient également profiter au marché cette année.

    Pour améliorer nos ventes, nous déployons plusieurs nouveaux produits et ajoutons des représentants des ventes et des consultants en conception sur les principaux marchés. Nos nouvelles collections visant à remplacer les importations prennent de l'ampleur. Pour augmenter la productivité et réduire les coûts pour nos clients, nous avons rationalisé les processus de commande et rendu la prise de commandes dans nos centres de service plus rapide et plus facile. Nous continuons d'améliorer nos salles d'exposition et nos galeries pour mieux communiquer la beauté et la performance de nos produits en céramique.

    Au cours du quatrième trimestre, nous avons commencé la fabrication de notre nouvelle tuile clic en plusieurs tailles et conceptions. Un produit propriétaire a été testé dans des applications résidentielles et commerciales et a reçu des critiques positives pour une installation plus rapide et moins coûteuse qui peut être parcourue le même jour. Nous lançons la tuile clic à notre salon ce trimestre et nous avons déjà reçu des engagements de clients importants. Nous élargissons notre offre de mosaïques et de carreaux muraux pour répondre à la demande croissante pour ces catégories. Nos ventes de comptoirs en quartz ont continué d'augmenter alors que nous augmentions la productivité et le débit de notre nouvelle usine du Tennessee. Nous développons des visuels plus sophistiqués pour améliorer nos collections de quartz manufacturé et améliorer nos marges.

    Les ventes de nos grandes plaques de porcelaine d'Europe augmentent et nous augmentons les ventes de produits LVT de marque Dal-Tile. Au Mexique, l'économie a continué de faire face à des vents contraires en raison de l'incertitude entourant le commerce américain, l'activité de construction globale diminuant au quatrième trimestre. Nous gagnons des parts en élargissant nos marques, notre distribution et nos offres de produits avec de plus grandes tailles, des produits en porcelaine et une collection plus complète de carreaux muraux. Nous augmentons notre participation sur les marchés commerciaux et élargissons notre base de magasins qui vendent exclusivement nos produits.

    Malgré une économie faible au Brésil, nous avons enregistré une bonne croissance des ventes au cours de la période en raison de notre solide offre de marques et de produits. En décembre, nous avons lancé la production sur une nouvelle gamme de carreaux de porcelaine qui produit de plus grandes tailles pour étendre notre offre premium. Pour augmenter nos ventes dans d'autres pays d'Amérique du Sud, nous mettons à jour nos salles d'exposition et développons notre distribution. Les économies d'Europe du Sud sont restées lentes, affectant nos marchés primaires de la céramique et les prix de l'industrie. Dans cet environnement, nous avons augmenté notre volume, même si la confiance des consommateurs à la baisse a réduit la demande dans le plus grand canal de rénovation de détail. Nous développons nos activités dans les canaux commerciaux ainsi que dans les produits d'extérieur. Pour étendre notre leadership en matière de style, nous introduisons de nouveaux produits haut de gamme avec des structures de surface alignées avec le design imprimé pour créer des visuels plus réalistes. Nos produits à prix moyen ont amélioré nos résultats avec de nouvelles tailles et visuels.

    Les ventes de nos dalles de porcelaine ont augmenté de façon spectaculaire à partir d'une petite base en 2019, les produits gagnant une plus grande utilisation dans les zones traditionnelles ainsi que pour les comptoirs. Nous augmentons nos stocks dans nos entrepôts régionaux en Pologne, en Grèce et en Roumanie afin d'élargir notre clientèle avec un service local plus rapide. Nous continuons de spécialiser nos usines par type de produit pour optimiser nos coûts et améliorer notre position concurrentielle.

    En Russie, nous avons augmenté nos ventes de céramique dans un marché faible. Notre croissance a été tirée par notre modèle commercial unique qui comprend l'offre premium la plus complète de l'industrie, un réseau de distribution national, des magasins de détail détenus et franchisés et l'organisation de spécification de projet la plus solide de l'industrie. Pour renforcer encore notre position en 2020, nous prévoyons d'étendre les magasins qui vendent exclusivement nos produits à plus de 400 emplacements à travers le pays. Pour soutenir notre croissance, nous démarrons une production supplémentaire de porcelaine pour fabriquer de très grandes tailles et une nouvelle usine pour produire des articles sanitaires premium coordonnés.

    Dans notre segment Flooring North America, nous avons mis en œuvre de nombreuses initiatives pour aligner l'entreprise sur les conditions actuelles du marché. Nous avons été confrontés à un marché difficile, la croissance du LVT continuant d'avoir un impact sur les ventes d'autres catégories de produits. Comme prévu, notre tarification et notre mix sont restés sous pression alors que les clients ont baissé et que les niveaux de production inférieurs ont augmenté les coûts. La baisse des coûts des matières premières au cours de la période a été compensée par un environnement plus compétitif. Nous avons rationalisé notre infrastructure en fermant trois usines, en consolidant les opérations à coût élevé et en réduisant la fabrication de bois. Les effets de ces actions augmenteront et circuleront dans l'inventaire avec un coût-bénéfice complet au cours de la troisième période.

    Pour réduire les coûts, nous avons mis en œuvre de nombreuses améliorations de processus, effectué des modifications de machines et augmenté notre production de polyester recyclé. Nous tirons parti des progrès de l'automatisation et des équipements pour produire des volumes comparables avec une plus petite empreinte de fabrication.

    Au cours de la période, nos ventes de tapis résidentiels ont enregistré les meilleurs résultats dans les canaux de construction de maisons neuves et multifamiliales. Nos nouvelles présentations de tapis ont été bien accueillies au salon national des revêtements de sol et elles seront sur le marché début 2020. Nous misons sur nos forces en matière de conception et de technologie des fibres pour proposer de nouvelles collections différenciées dans les catégories premium et valeur.

    Dans les catégories luxe et super doux, nous avons étendu nos capacités multicolores et à motifs dans nos collections exclusives SmartStrand Silk. ColorMax, la technologie exclusive de mélange de couleurs de Mohawk se développe rapidement sur le marché avec sa palette naturelle qui se coordonne avec le bois et la pierre. Nous avons augmenté notre capacité en fibres de polyester recyclé pour accroître notre participation dans la catégorie de tapis qui connaît la croissance la plus rapide.

    Dans le domaine commercial, nous coordonnons les couleurs et les styles de notre tapis dans les collections LVT pour améliorer les options de conception. Nous avons introduit des collections primées pour les écoles et les lieux de travail avec des designs basés sur la nature. Pour accroître notre concentration par canal, nous élargissons notre organisation de vente commerciale et améliorons leurs compétences. Nous continuons d'investir dans de nouvelles capacités de conception, des supports de dalles de moquette exclusifs et une fabrication de matériaux pour créer une plus grande valeur pour les clients et améliorer nos coûts.

    Nous avons augmenté la production et la vitesse de nos opérations LVT et les initiatives en cours amélioreront encore les formulations et le débit. Nous fonctionnons maintenant à des vitesses similaires à nos opérations LVT européennes. Au cours de la période, les tarifs américains sur le LVT click ont ​​été supprimés et le marché a ajusté les prix pour refléter ce changement.

    Pour élargir nos prix et mettre en valeur nos visuels et fonctionnalités uniques, nous introduisons de nouvelles collections pour les marchés résidentiel et commercial. Nos collections premium étendues Pergo et Karastan ont été bien accueillies lors des salons professionnels en raison de leurs visuels et de leur style. Le virus en Chine retarde certaines démarrages de production et il pourrait potentiellement perturber certains services LVT en fonction de la reprise des expéditions. Les ventes de nos produits stratifiés imperméables augmentent dans la plupart des canaux et nous prévoyons une croissance continue du marché en raison de leur durabilité d'aspect réaliste et de leur facilité d'installation. Les visuels détaillés et les caractéristiques de performance de nos collections de stratifiés haut de gamme sont de plus en plus utilisés comme alternatives pour le bois et le LVT. Pour soutenir une augmentation des ventes de stratifiés, nous améliorons notre production de panneaux HDF pour augmenter la capacité et réduire les coûts.

    Notre segment Flooring Rest of World a continué de produire de solides résultats au cours de la période. L'activité du segment est moins exposée aux pays européens qui rencontrent le plus de difficultés économiques. Dans ce segment, nos investissements dans l'innovation des produits, l'amélioration des coûts, les acquisitions et les nouvelles activités ont renforcé nos résultats. Nous surpassons le marché européen du stratifié en nous concentrant sur des produits haut de gamme plus réalistes avec des caractéristiques uniques. Les ventes de notre nouvelle collection de stratifiés augmentent rapidement en raison d'un niveau de sophistication accru. Au cours de la période, nous avons absorbé des coûts de commercialisation plus élevés pour soutenir cette introduction.

    Nous avons annoncé la consolidation de notre fabrication de bois dans nos installations en Malaisie, ce qui améliorera nos coûts et notre flexibilité pour mieux servir nos clients. Nos ventes de LVT ont augmenté à mesure que notre nouvelle productivité de fabrication s'est considérablement améliorée. Pour améliorer encore la performance de notre usine, nous mettons en œuvre des initiatives spécifiques pour améliorer le débit, le coût des matériaux et les déchets. Pour utiliser notre capacité croissante, nous introduisons de nouvelles collections rigides qui sont bien reçues dans les canaux de vente au détail, de bricolage et commerciaux. Nous élargissons notre offre LVT à notre système de distribution européen afin d'élargir la pénétration de nos magasins spécialisés.

    Nos ventes de vinyle en feuilles ont augmenté principalement grâce à une forte croissance en Russie. L'usine russe fonctionne bien et contribue positivement à nos résultats. Notre entreprise européenne de dalles de moquette se développe à partir d'une petite base en augmentant notre organisation commerciale et en introduisant des produits de plus grande valeur sur le marché.

    Notre activité panneaux continue de bien performer, car nous avons introduit des produits de plus grande valeur pour améliorer notre mix. Nous augmentons l'utilisation du bois recyclé au profit de nos coûts et de l'environnement. L'agrandissement de notre usine de collage fonctionne bien et contribue positivement à nos résultats. Nous installons également une deuxième usine de traitement des déchets pour réduire nos coûts et augmenter le recyclage. Cette année, notre activité d'installation a enregistré de bons résultats avec un volume de ventes plus élevé, même si la baisse des coûts des matériaux a considérablement réduit les prix du marché.

    En Australie et en Nouvelle-Zélande, nous avons enregistré de bonnes performances. Nous lançons de nombreuses nouvelles collections de tapis en fibres multiples [Phonetic] pour enrichir notre offre résidentielle. Nos produits pour surfaces dures ont connu une forte croissance, le LVT ayant surperformé. De nouvelles collections de dalles de moquette sont introduites pour soutenir notre nouvelle gamme commerciale de dalles de moquette en construction.

    Sur ce, je vais vous rappeler, Jeff.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Président et Directeur Général

    Merci, Chris. Les conditions du marché restent difficiles dans la plupart de nos entreprises et zones géographiques. En réponse, nous ajustons nos stratégies commerciales, améliorons notre offre de produits et nos opérations de restructuration et augmentons nos investissements dans les ventes et le marketing, augmentons notre participation commerciale et améliorons nos collections de primes et de valeur. Nous apportons de nouvelles innovations et catégories de produits sur le marché qui élargiront notre distribution dans les nouveaux canaux et les nouvelles zones géographiques. Nos nouvelles usines de comptoirs, de vinyle en feuille et de dalles de moquette LVT améliorent leur productivité alors que nous investissons pour accroître notre clientèle et notre volume de ventes. Notre capacité de fabrication LVT augmente avec des vitesses et une efficacité plus élevées. Nous améliorons les conceptions et les fonctionnalités et augmentons les ventes de notre offre rigide et flexible. Nous limitons la constitution traditionnelle des stocks que nous faisons habituellement au premier trimestre, car nous gérons notre production en fonction de la demande du marché. Compte tenu de tout cela, nos prévisions de BPA pour le premier trimestre de 2020 sont de 1,90 $ à 2,00 $, excluant les frais ponctuels.

    La croissance du LVT, le taux de change et la capacité mondiale excédentaire continuent d'être des vents contraires pour notre entreprise. Nous mettons en œuvre des initiatives spécifiques pour nous adapter à l'évolution des préférences des consommateurs, à l'évolution des marchés et à la pression concurrentielle. Pour toute l'année 2020, nous prévoyons que nos actions visant à augmenter les ventes et la distribution, à réduire les coûts et à améliorer l'utilisation de nos nouvelles usines produiront de meilleurs résultats d'une année sur l'autre avec une accélération des performances au cours du deuxième semestre. Notre bilan devrait continuer de s'améliorer avec la génération continue de trésorerie et nous restons concentrés sur la création de valeur à long terme pour nos actionnaires.

    Nous serons maintenant heureux de répondre à vos questions.

    Questions et réponses:

    Opérateur

    Je vous remercie. [Operator Instructions] Et notre première question aujourd'hui vient de la lignée de Philip Ng de Jefferies. Votre ligne est ouverte.

    Philip Ng – Jefferies – Analyste

    Bonjour.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Président et Directeur Général

    Bonjour.

    Philip Ng – Jefferies – Analyste

    Vos commentaires sur LBT en Europe semblaient plutôt prometteurs sur le plan de la fabrication. Donc je suis juste curieux, vous gagnez encore de l'argent avec cette ligne. Et avec le succès que vous voyez sur le plan de la fabrication, êtes-vous toujours en voie d'atteindre le seuil de rentabilité en Amérique du Nord au début de 2020?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Président et Directeur Général

    En Europe, nous avons trois lignes. les deux anciens fonctionnent comme prévu et se portent bien. Le troisième n'est pas au niveau auquel nous le souhaiterions, mais il s'améliore et nous nous attendons à ce qu'il soit rentable au cours de l'année ainsi que la ligne américaine.

    Philip Ng – Jefferies – Analyste

    D'accord. Y a-t-il plus de couleur en termes de timing sur la ligne américaine en termes de rentabilité?

    W. Christopher Wellborn – Président et chef de l'exploitation, président-Global Ceramic

    Cela va se produire au cours de l'année.

    Philip Ng – Jefferies – Analyste

    D'accord. Et puis juste un dernier pour moi sur la trésorerie. Glenn, vous avez eu la gentillesse de nous donner des conseils sur les flux de trésorerie disponibles l'année dernière. Une couleur sur la façon dont nous devrions penser à 2020, certaines des grandes pièces en mouvement, que ce soit le fonds de roulement, les investissements? Et puis, étant donné que votre bilan est en très bon état et que les flux de trésorerie sont encore assez solides, êtes-vous prêt à racheter plus de titres?

    Glenn R. Landau – Vice-président exécutif et directeur financier

    Permettez-moi de parler de la première partie de cela et je dirai simplement que nous avons eu une excellente année de flux de trésorerie et nous nous attendons à ce que les flux de trésorerie restent solides l'année prochaine et la capacité d'améliorer notre bilan est évidente.

    Philip Ng – Jefferies – Analyste

    Un mot sur les rachats.

    Glenn R. Landau – Vice-président exécutif et directeur financier

    Sur les rachats, Jeff.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Président et Directeur Général

    Les rachats, il nous reste 125 millions de dollars. Nous continuerons à acheter contre et nous l'évaluerons lorsque nous l'utilisons.

    Philip Ng – Jefferies – Analyste

    D'accord. Très bien, merci beaucoup.

    Opérateur

    Et notre prochaine question vient de la lignée de Michael Rehaut de JP Morgan. Votre ligne est ouverte.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Président et Directeur Général

    Bonjour Mike.

    Michael Rehaut – JP Morgan – Analyste

    Merci. Bonjour à tous. Première question, j'apprécie le type d'orientation directionnelle pour l'année en termes de vos perspectives d'amélioration des résultats avec une accélération dans la moitié arrière. J'étais curieux de savoir ce que cela suppose du point de vue des résultats, soit par segment, soit sur une base consolidée. Mais j'essaie simplement de savoir comment vous envisagez la croissance des ventes pour l'année et, si cela se produit également, une accélération dans la moitié arrière.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Président et Directeur Général

    Oui, j'apprécie que vous aimiez des informations plus détaillées, mais nous donnons des conseils trimestriels et nous vous donnons une direction, mais nous ne détaillons pas le reste et nous n'allons pas le faire maintenant.

    Michael Rehaut – JP Morgan – Analyste

    D'accord. Je devais essayer, je suppose, mais je l'apprécie. Je suppose que deuxièmement, vous avez augmenté ou vous continuez de prendre des mesures concernant une partie de la restructuration et c'est une sorte d'histoire qui se poursuit alors que vous continuez à ajuster les conditions. Nous avons entendu parler de la consolidation des opérations de tapis qui remonterait au premier semestre 2019.

    Je pense qu'au départ, les attentes étaient autour de certains de ces avantages qui se sont concrétisés au cours de la seconde moitié de 2019 et, évidemment, lorsque vous fermerez ces usines, nous supposerions qu'il y a un certain rapport coût-avantage au début. Il suffit donc d'essayer de comprendre comment ces coûts transitent ou du moins les économies qui en découlent. Vous avez souligné le fait qu'il y a des choses en inventaire qui doivent encore être étudiées. Mais en même temps, j'aurais pensé que certains de ces avantages en termes de coûts auraient pu se produire même au cours de la seconde moitié de 2019.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Président et Directeur Général

    Comme nous l'avons dit, Mike, nous avons vraiment terminé la restructuration du tapis en grande partie au cours du second semestre de 2019 et en raison du calendrier de mise en œuvre et du flux des stocks à travers les coûts, nous parlons d'un impact du taux d'exécution complet au troisième trimestre. Oui, il y a une montée en puissance lente, mais le plein impact significatif sera plus proche du début du troisième trimestre.

    Michael Rehaut – JP Morgan – Analyste

    D'accord. Génial. Merci beaucoup.

    Opérateur

    Notre prochaine question vient de la lignée de Mike Dahl de RBC Capital Markets. Votre ligne est ouverte.

    Michael Dahl – RBC Marchés des Capitaux – Analyste

    Salut. Merci d'avoir répondu à mes questions et pour tous les détails jusqu'à présent. Première question, Glenn, merci d'avoir décrit les remises LVT. Je suppose, en posant simplement une question plus précise, donc je suppose que les 0,15 $ environ en termes de prestations pour l'année, vous avez dit répartis sur trois trimestres. Combien est inclus au premier trimestre?

    Glenn R. Landau – Vice-président exécutif et directeur financier

    Le premier trimestre est la part du lion, mais il dépasse les trois quarts. Cela a commencé au premier [Speech Overlap]

    Jeffrey S. Lorberbaum — Président et Directeur Général

    It's offsetting the inventories. We have high inventories that you have with long supply chains. And so the majority of it's going to offset the price decreases that we've already implemented and as the inventory flows through they match up.

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    It's in our guidance, it's spread over three quarters. And like I said and like Jeff saying it's largely offset by the inventory value on hand.

    Michael Dahl — RBC Capital Markets — Analyst

    Okay, that's helpful. And just the second question following up on that would be just given the price declines following the exclusions, you're saying it's offsetting the rebates in the first few quarters. But on a go-forward basis since the rebates kind of go away, the price declines, I guess, don't necessarily, how should we think about the net effect beyond the initial quarter or two where you have the offset from the rebates?

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    I think the way we need to think about it is they are roughly offsetting.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    There is not — there is not — there is a large — since we raised the inventory prior to the tariffs, the inventory that — most of the inventory we sold in the year came from old pieces and we still have large inventories of what we've been purchasing through the period as it [Phonetic]. And so it's offsetting that.

    Michael Dahl — RBC Capital Markets — Analyst

    Right. I guess — sorry just where I was going with that, if market pricing has reset lower are you saying that it's only impacting the legacy inventory or is this a go-forward impact from lower market pricing as well?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    The market pricing has gone down on clickable LVT and I don't see any reason it's going to change.

    Michael Dahl — RBC Capital Markets — Analyst

    D'accord.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    And the products we're buying have gone down too. So the new prices are in line with the — new selling prices and costs are aligned.

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    So to the extent we're buying it, it's pretty much offset.

    Michael Dahl — RBC Capital Markets — Analyst

    Right, right. Got it, OK. Je vous remercie.

    Operator

    Our next question comes from the line of John Baugh from Stifel. Your line is open.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Hey, John.

    John Baugh — Stifel Nicolaus — Analyst

    Thank you and good morning. Two quick questions. One, do you have a rough guess on revenue or sales basis what your market share of the US LVT market is?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Oui. But we haven't — we don't give out specific details on product categories.

    John Baugh — Stifel Nicolaus — Analyst

    D'accord. Would you have a guess, Jeff as to when you see out into the future reaching parity or any kind of rough idea, timeline?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    I don't understand the question.

    John Baugh — Stifel Nicolaus — Analyst

    Well, I presume your share of US LVT sales is lower than your share, sort of, of the flooring market in general. So my question is, when would you see Mohawk in LVT, whether it's imported or made in the US, sort of match up the shares of carpet, ceramic, laminate all put together?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    It's continuing to increase, but I don't have a date when the two match up.

    John Baugh — Stifel Nicolaus — Analyst

    D'accord. Secondly, really quickly, you mentioned imports of ceramic from around the world into the US around 17% in Q4. Could you just remind us sort of on a normal typical year, how much import [Indecipherable] as a percentage of the US consumption. Je vous remercie.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Imports is a huge part of the ceramic market, maybe 70%, 75%, it's a huge part.

    John Baugh — Stifel Nicolaus — Analyst

    Génial. Merci beaucoup. Bonne chance.

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Thanks, John.

    Operator

    Our next question comes from the line of Justin Speer from Zelman & Associates. Your line is open.

    Justin Speer — Zelman & Associates — Analyst

    Appreciate it. Just wanted to start — just to get a sense from you, because the removal of the click LVT tariff was fairly recent. But I think we understand the deflationary aspect of that in the near term, but how does that affect demand for LVT and what's your view for price and demand for the non-LVT categories in the fourth quarter and what's expected in the first quarter, kind of high level?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    There are no details of that available today. Our expectation — our guess is that LVT has approximately about a $3.5 billion part of the industry. It's growing. We think that the growth rate is slowing as the base gets bigger as we go through. It's impacting the growth rate of the other products within it as you go through. So I'm not sure we have the details that you're looking for.

    Justin Speer — Zelman & Associates — Analyst

    D'accord. So I would just keep our eye on that. But I guess within your guidance, as you unpack that there is obviously some conservatism around maybe production rates slowing. And then the other element is a variable in SG&A investment. So SG&A was up about 9.5% in the fourth quarter, up 7% for the full year. I'm just trying to get a sense for what your SG&A investment will be in 2020 recognizing that you have some cost tailwinds from restructuring efforts. But you are also investing in the business. So just trying to get a sense for how much SG&A will be up or down next year.

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Well, 2020 will be higher due to the full-year impact of our investments. We do expect higher sales in the second half. That's the target of these investments. We will evaluate as we go through the year and we'll adjust if necessary depending on the sales.

    Justin Speer — Zelman & Associates — Analyst

    Excellent. An the last question for me is just, I didn't catch it, but on the ceramic tile bridge, what was the price mix and what was the productivity and start-up cost elements of the bridge?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Yes, repeat the question.

    Justin Speer — Zelman & Associates — Analyst

    The bridge, the EBIT bridge that you gave, I didn't hear price mix or the productivity elements of the ceramic tile.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    On the ceramic tile. So, on ceramic the price mix was slipped by $4 million.

    Justin Speer — Zelman & Associates — Analyst

    Down by $4 million.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Price mix slipped by $4 million and overall productivity and lower start-ups costs offset that. That was $6 million.

    Justin Speer — Zelman & Associates — Analyst

    Parfait. Thank you, guys.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    So a little more comment on the SG&A. In the US, we're expanding the commercial sales forces, we're building markets for quartz countertops, roofing and LVT. In Europe, we're developing a new commercial sales organization to sell LVT, vinyl and carpet tile. We've invested in regional distributors, which we purchased our distribution and different pieces, which all the costs going into SG&A was offset by higher sales and margins. And Russia, we've talked about increasing stores. So there's a lot of activities of which those are only some of.

    Justin Speer — Zelman & Associates — Analyst

    So these are growth investments and just ultimately you're — so you're not pulling in the range. You're digging into invest to grow and ultimately you think that'll really manifest itself in growth — better growth in the second half. Above market growth, do you think?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    I mean the markets — we're investing to expand the areas which we think we can expand and we'll monitor as we go through the year and we also have all the new product categories and new — the new businesses. You have to put the sales people in before you get the sales for them and the marketing monies.

    Justin Speer — Zelman & Associates — Analyst

    Ça a du sens. Je vous remercie.

    Operator

    And due to time constraints and to allow everyone to ask a question going further please allow yourself one question. Our next question comes from the line of Matthew Bouley from Barclays. Your line is open.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Hey, Matt.

    Matthew Bouley — Barclays — Analyst

    Hey. Thank you for taking my questions or question. Can you just provide a little more color on the comment you made around the — how the virus in China is impacting the start up of LVT production and how that's flowing to you guys, because obviously you're ramping your own capacity? I guess the question is how reliant is Mohawk on this start-up capacity in China for year 2020 plants? Je vous remercie.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    The information is less than perfect at this point. They go on holiday for the new year, then the people come back. So the people are not coming back at the rate they would normally come back. There are — some operations have started, some are in partial things and some haven't started at all. And the question is how is all that going to line up and when they're going to start. Nobody has a clear view of what it's going to be.

    Given we have inventories in line, we can last a while before it has any impact on the business and we're having monitor it to see what's going to happen. In our business we do buy products from other countries and we manufacture ourselves. So it has less impact on us than the rest of the industry, but the whole industry has the potential of a slower service depending upon what happens.

    Matthew Bouley — Barclays — Analyst

    Génial. Thanks for the details, Jeff.

    Operator

    And our next question comes from the line of Susan Maklari from Goldman Sachs. Your line is open.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Hi, Susan.

    Susan Maklari — Goldman Sachs — Analyst

    Good morning. I wondered if you could talk a little bit about how you're thinking of inflation and raw materials as we go through the year. I know that you said it was a $3 million benefit as it related to the consolidated business in the fourth quarter. But how are you thinking about that as we look to 2020?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    The raw material prices in general, mostly the oil-related products, have come down. At the same time there is more aggressive pricing in the marketplace and we're assuming that the market prices are going to continue to reflect the decreases, mostly in the commodity categories and we're going to continue to participate in aggressive manner. We'll have to see how competition reacts.

    In some of the other places we had — in Europe for instance, we had prices on our insulation boards come down dramatically, but so have the prices of the products in each. So we're assuming, given the excess capacities in the world today, that the changes will be reflected in market prices.

    Susan Maklari — Goldman Sachs — Analyst

    D'accord. Je vous remercie.

    Operator

    And our next question comes from the line of Seldon Clarke from Deutsche Bank. Your line is open.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Good morning.

    Seldon Clarke — Deutsche Bank — Analyst

    Hey. Thanks for the question. Just given all the moving parts with your various product rollouts and investments in SG&A and just how the timing of these investments relate to your production ramp, when should we expect to see some operating leverage show up on the SG&A side?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    In the second half we're expecting to see some benefits from the actions we're taking and we will keep reevaluating them and depending upon how the markets change we will continue to adjust.

    Seldon Clarke — Deutsche Bank — Analyst

    And are those — operating leverage, are those savings tied to operating leverage or purely cost, kind of $30 million you're targeting?

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    The $30 million of restructuring is more about cost.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    You're tying the restructuring piece with the marketing investments, they are separate.

    Seldon Clarke — Deutsche Bank — Analyst

    Right. So I'm just trying to ask like when you should start to see some operating leverage on the SG&A side.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    We're expecting to see most — more of the benefits about in the third quarter in the second half, we keep saying.

    Seldon Clarke — Deutsche Bank — Analyst

    Got it, OK. Appreciate the question. Merci.

    Operator

    Our next question comes from the line of Tim Wojs from Baird. Your line is open.

    Tim Wojs — Baird — Analyst

    Hey guys. Good morning.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Good morning.

    Tim Wojs — Baird — Analyst

    Just a clarification. So SG&A is up and is expected to be up over the next few quarters as you're investing in to grow sales. But the gross profit was actually up in Q4 for the first time in, I think, six or seven quarters. So should we expect that that gross profit can actually grow a little bit and you're reinvesting that in SG&A now and that's really what's driving some of the year-over-year EBIT margin compression?Is that the right way to look at it?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    You answer what he wants.

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    I think we stated broadly, we expect 2020 to improve over this year, our overall results back-end weighted to the second half and that's broad based. It's based on our initiatives and the pass-through of the costs. So SG&A is a function of that and ultimately the trend should continue.

    Tim Wojs — Baird — Analyst

    D'accord.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    On the cost side, we're expecting the restructuring pieces we've done to benefit at the same time, the increased volume through the new plants should reduce the cost and help the margins in those also.

    Tim Wojs — Baird — Analyst

    D'accord. D'accord. That sounds good. And then just sneaking another one in. What's the cost inflation outlook in ceramic?

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Again, we've talked about that several times in ceramic and that's really overseas. That is largely some raw material, but energy costs that are driven by the Eastern European facilities and fixed government pricing.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Yeah, I think in Europe we expect maybe a little relief on some of the energy increases this year.

    Tim Wojs — Baird — Analyst

    D'accord. Okay, thanks.

    Operator

    Our next question comes from the line of Keith Hughes from SunTrust. Your line is open.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Hi, Keith.

    Keith Hughes — SunTrust Robinson Humphrey — Analyst

    Merci. Questions on North America ceramic, in light of the fall in imports as you had identified, is that — I guess my question is where does the channel inventory stand now? When do you think that will be more balanced? I know it's been out of over-inventory for sometimes.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Keith, we don't know — we don't have the data to see the inventory exactly. What we know is that the imports, which is a huge piece of the market came down 17% in the quarter and the imports from China dropped off altogether. So we expect that it's a combination of inventories in this channel coming down and softness in the market.

    Keith Hughes — SunTrust Robinson Humphrey — Analyst

    Is this still something that's going to affect the first half [Indecipherable]?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    It's just hard to tell because —

    Keith Hughes — SunTrust Robinson Humphrey — Analyst

    Hard to tell.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    All we can really see is the amount of inventory coming in to the country. But we don't have a sense yet exactly the size of the inventory in the channel.

    Keith Hughes — SunTrust Robinson Humphrey — Analyst

    Je comprends. Je vous remercie.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Je vous remercie.

    Operator

    Our next question comes from the line of Michael Wood from Nomura Instinet. Your line is open.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Good morning.

    Michael Wood — Nomura Instinet — Analyst

    Hi, good morning. Just wanted to talk about that ceramics import data. If I look at it historically it is down considerably fourth quarter year-over-year although it's still higher than the fourth quarter in '17 and '16. So I'm just curious how you're looking at that level of imports and how you're thinking where it should be. I mean, is this a level a healthy amount of import activity currently that we can sustain?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Well, what we believe is that as you got into 2019 and when the tariffs were announced on the Chinese product prior to those going to effect there was, we believe, a significant increase in pre-buys related to that. In addition, as they replace the Chinese inventory with other countries, you had a combination of Chinese inventories in the system plus new products that they were purchasing to replace it which elevated those inventories and sort of, we believe, gave a sort of a thoughts view of how much the industry was growing. We don't know exactly last year, but we think it probably declined 3% to 5% — would be, but it's just a guess.

    Michael Wood — Nomura Instinet — Analyst

    Okay, thank you.

    Operator

    Our next question comes from the line of Truman Patterson from Wells Fargo. Your line is open.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Hi, Truman.Hi. Good morning, guys and thanks for taking my question. Appreciate it. The question for me, the capacity that you all have coming online previously earlier last year, you said you had about $1.2 billion coming online in 2019 and 2020. Could you just give us an update of how much is coming online in 2020 and possibly 2021? Remind us which products and categories. And then just one item for clarification. The LVT rebate, if I'm hearing you correctly in the first quarter, it will probably be somewhere around maybe $0.10 benefit to EPS.

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Well, again, what we said is that's the total rebate which will be largely offset by inventory and lower pricing. So, again, it's immaterial, but it's in the guidance.

    Truman Patterson — Wells Fargo — Analyst

    D'accord. And then the capacity.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    The new plants are they — the different pieces. We have LVT which is still ramping up that will ramp up all through this year. We have the Russian sheet vinyl plant, which is running — it's positively helping the business now, but it still has — it's only used about 30% of the capacity as we push it into the marketplace. We have the carpet tile business, which we're developing an entire commercial sales organization, which is also going to sell vinyl and LVT in Europe. So it's ramping up. It takes a while to develop the customers and pieces. We put in a new capacity in Brazil to put in higher end products. We have capacity in Eastern Europe to make low-end ceramic, which expands our market there, is ramping up. We have the quartz plant in the United States that's running about three shifts today, but it's building inventory and also pushing it in. Over time that would go to four shifts and the productivity and inventories — the productivity and throughput will go up. And all of them we have to get the mix aligned because you start out selling more lower-quality products to get more volume through the plants and it's going to take time to develop those as we go through. So they're all working through they system at different rates.

    Truman Patterson — Wells Fargo — Analyst

    Okay, thank you. Is that still about $1.2 billion that you're bringing online over the next couple of years?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    I mean part of it's already on. So what's happening is, some of the upside is getting offset by decreases in our legacy businesses. So the legacy businesses have declines and it's offsetting some of the gains in the new pieces.

    Truman Patterson — Wells Fargo — Analyst

    D'accord. Okay, thank you.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Je vous remercie.

    Operator

    Our next question comes from the line of Kathryn Thompson from Thompson Research Group. Your line is open.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Hi Kat.

    Brian Biros — Thompson Research Group — Analyst

    This is actually Brian Biros on for Kathryn. Thank you for taking my question. I wanted to ask a follow-up on the coronavirus and I guess the supply chain impact. TRG [Phonetic] industry contacts are telling us that the supply chain has not really yet been meaningfully impacted. But if the manufacturing stoppages are extended another three to four weeks, that could then impact shipments about three to five months from now. Actually wanted to see if you guys think that logic makes sense and maybe any color on what you're hearing from manufacturers from either Vietnam or South Korea on the impact to their supply chain.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    I think that's close to what we said. We said that right now it's difficult to say how fast it's going to come up that there are huge inventories in the chain over different times that it depends on each piece. So typically there is anywhere from four to seven months of inventory through the channels and the stuff coming through, and in that you have some that have low parts and some that have high parts across the industry. So depending upon what it is and each piece and how fast the part comes up, it depends on the time. There could be people on the channel with less than that and they could be impacted with a few weeks' worth of delays.

    The non-Chinese production and the surrounding countries, some of it or a significant part of it also uses inputs coming out of China. So if the inputs don't come up, it could affect those also. So at this point, it's really difficult to know what's going to happen and the impact. It depends on the inventory levels of any individual SKUs at this point.

    As most people when they buy from there, there is the Chinese New Year where they shut down. So you have the product that was bought in anticipation of that still flowing across the water coming in. And so it still comes back to how fast it's going to pick up.

    And what the timing of the new production is going to — production coming up and nobody has any idea.

    Brian Biros — Thompson Research Group — Analyst

    Je l'ai. Thanks for the color.

    Operator

    Our next question comes from the line of John Lovallo from Bank of America. Your line is open.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Hi, John.

    John Lovallo — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Hey guys. Thank you for fitting me in here. I just want to make sure that I understand your outlook seems to imply year-over-year operating margin expansion at least in 3Q and 4Q, is that correct?

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Oui.

    John Lovallo — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Merci.

    Operator

    And our final question today comes from the line of Laura Champine from Loop Capital. Your line is open.

    Laura Champine — Loop Capital. — Analyst

    Thanks for taking my question. If we look at your new production of LVT in the US, how competitively do you think you'll be able to price that product relative to Chinese competition and how does that influence your ability to get close to full capacity by the end of the year?

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    We think when it's fully optimized that we'll be able to compete with the world marketplaces. At the same time our goal isn't to sell all commodity product. Our goal is to sell value-added products that have a higher average mix which will help — which will allow us to meet the return goals that we have.

    Laura Champine — Loop Capital. — Analyst

    Je l'ai. Je vous remercie.

    Operator

    I would now like to turn the call back over to Mr. Lorberbaum for closing remarks.

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    While reacting to the market conditions, we see excess capacities in the market continuing and we'll have to continue to react to competition in the marketplaces as they evolve. There are a lot of indicators that many of the markets around the world are expecting the economies to get better and improve. We have a lot of — a lot going on to increase the utilization of our new plants, which we think will help the second half as the throughputs go up, which will allow the cost to come down and also the mix to improve over time.

    We think we're doing the right things to react to the market and invest in the categories to increase our business level during these times. We appreciate you taking your time and listening to us. Have a nice day.

    Operator

    [Operator Closing Remarks]

    Duration: 57 minutes

    Call participants:

    Ken Huelskamp — Investor Relations

    Jeffrey S. Lorberbaum — Chairman and Chief Executive Officer

    Glenn R. Landau — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    W. Christopher Wellborn — President and Chief Operating Officer, President-Global Ceramic

    Philip Ng — Jefferies — Analyst

    Michael Rehaut — JP Morgan — Analyst

    Michael Dahl — RBC Capital Markets — Analyst

    John Baugh — Stifel Nicolaus — Analyst

    Justin Speer — Zelman & Associates — Analyst

    Matthew Bouley — Barclays — Analyst

    Susan Maklari — Goldman Sachs — Analyst

    Seldon Clarke — Deutsche Bank — Analyst

    Tim Wojs — Baird — Analyst

    Keith Hughes — SunTrust Robinson Humphrey — Analyst

    Michael Wood — Nomura Instinet — Analyst

    Truman Patterson — Wells Fargo — Analyst

    Brian Biros — Thompson Research Group — Analyst

    John Lovallo — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Laura Champine — Loop Capital. — Analyst

    More MHK analysis

    All earnings call transcripts

    Transcription de l'appel des résultats de Mohawk Industries Inc (MHK) T4 2019
    4.9 (98%) 32 votes