Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2019 de Carter's Inc (CRI)

Source de l'image: The Motley Fool.

Carter's Inc (NYSE: CRI) Call of Earnings Q4 2019 Feb 24, 2020, 8:30 am ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants
  • Remarques préparées:

    Opérateur

    Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du quatrième trimestre 2019 de Carter. Sont présents aujourd'hui Michael Casey, président du conseil et chef de la direction; Richard Westenberger, vice-président exécutif et directeur financier; Brian Lynch, président; et Sean McHugh, vice-président et trésorier. Après les remarques préparées aujourd'hui, nous répondrons aux questions si le temps le permet. Carter's a publié son communiqué de presse sur les résultats du quatrième trimestre 2019 plus tôt ce matin. Une copie du communiqué et des documents de présentation pour l'appel d'aujourd'hui a été publiée dans la section Relations avec les investisseurs du site Web de la société à ir.carters.com.

    Avant de commencer, permettez-moi de vous rappeler que les déclarations faites lors de cette conférence téléphonique et dans les documents de présentation de la société sur les perspectives, les plans et les performances futures de la société sont des déclarations prospectives. Les résultats réels peuvent différer sensiblement de ceux projetés. Pour une discussion des facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de ceux contenus dans les déclarations prospectives, veuillez vous référer au plus récent rapport annuel de la société déposé auprès de la Securities and Exchange Commission et aux documents de présentation publiés sur le site Web de la société.

    Lors de cet appel, la société fera référence à diverses mesures financières non conformes aux PCGR. Aux pages 2 et 3 de la présentation, la société a inclus les états des résultats GAAP pour le quatrième trimestre et l'exercice 2019 et un rapprochement de ces mesures financières non-GAAP avec les mesures financières GAAP est fourni dans le communiqué de presse et les documents de présentation de la société. De plus, l'appel d'aujourd'hui est enregistré.

    J'aimerais maintenant passer la parole à M. Casey. Allez-y.

    Michael D. Casey — Président et Directeur Général

    Merci beaucoup. Bonjour à tous. Merci de vous joindre à nous lors de cet appel. Avant de vous présenter la présentation sur notre site Web, je voudrais simplement partager avec vous quelques réflexions sur nos activités. Plus tôt dans la journée, nous avons annoncé des ventes de 1,1 milliard de dollars pour notre quatrième trimestre. Il s'agit des ventes trimestrielles les plus fortes jamais enregistrées par notre entreprise. Notre croissance des ventes a été tirée par nos activités commerciales et internationales. Nous avons vu une bonne demande pour nos marques pendant les vacances, avec des ventes au détail comparables aux États-Unis, en hausse de plus de 2% sur la période combinée de novembre à décembre.

    Le commerce électronique a stimulé la croissance de nos ventes au détail. Les ventes en ligne ont atteint 36% de nos ventes au détail totales au cours du trimestre, contre 30% l'an dernier. Comme prévu, les ventes en gros aux États-Unis au quatrième trimestre ont été un peu plus faibles que l'année dernière, nous avons enregistré une baisse de près de 40% des ventes hors prix, qui ont été élevées l'an dernier, en raison de Toys "R" Us et de Bon-Ton. fermetures. Cette baisse des ventes a été largement compensée par une croissance à deux chiffres de nos ventes de marques exclusives aux plus grands détaillants de vêtements pour jeunes enfants, Target, Wal-Mart et Amazon.

    Notre croissance des ventes internationales au cours du trimestre a été tirée par une solide finition au Canada, avec des ventes au détail comparables en hausse d'environ 8%. Le bénéfice du trimestre a été inférieur à celui de l'an dernier et reflète l'impact de la baisse du trafic vers nos magasins de détail américains. Récemment, les consommateurs choisissent la commodité de magasiner avec nous en ligne. Le commerce électronique continue d'être notre activité à la croissance la plus rapide et à la marge la plus élevée.

    En ce qui concerne les tendances commerciales, la demande était un peu incohérente en octobre, alors que les consommateurs passaient lentement à une tenue plus froide. Nous avons des ventes au détail positives en octobre et de meilleures ventes pendant la période des Fêtes. Le trafic de nos magasins aux États-Unis a été à la traîne des tendances moyennes du marché en octobre et novembre, puis a nettement surpassé les tendances du marché en décembre. Nos offres de produits de printemps ont bien démarré plus tôt cette année, mais les tendances des ventes ont ralenti ces dernières semaines. Nos ventes au détail comparables aux États-Unis ont diminué d'environ 1% depuis le début de l'année. La croissance des ventes du commerce électronique compense largement la baisse des ventes des magasins.

    Pour l'année, nous publions des niveaux record de ventes, de bénéfice par action et de flux de trésorerie. Nous avons gagné des parts de marché en 2019 et renforcé notre position de leader dans les vêtements pour jeunes enfants, avec la plus grande part du marché américain de 27 milliards de dollars. Nous avons amélioré la réalisation des prix et atténué considérablement notre exposition aux droits de douane imposés sur les importations chinoises, et nous avons négocié une baisse des coûts des produits pour 2020. En 2019, nous avons distribué près de 90% de nos flux de trésorerie disponibles à nos actionnaires, via des dividendes et des rachats d'actions. Plus tôt ce mois-ci, notre conseil d'administration a annoncé une augmentation de 20% du dividende trimestriel de notre société et a autorisé 500 millions de dollars supplémentaires dans notre plan de rachat d'actions, que nous prévoyons d'exécuter dans les années à venir.

    Depuis notre dernier appel avec vous, nous avons revu la croissance, nous pensons que c'est possible au cours des cinq prochaines années. En fixant nos nouveaux objectifs de croissance, nous sommes conscients que les conditions du marché ont été difficiles au cours des dernières années et misons sur la croissance que nous aurions autrement cru possible. Avec moins de naissances annuelles aux États-Unis, la fermeture et la réduction des effectifs de plusieurs grands détaillants et moins d'acheteurs internationaux susceptibles d'être affectés par le raffermissement du dollar, le marché des vêtements pour jeunes enfants a baissé de 6% l'an dernier. Malgré ces défis du marché. Nous pensons pouvoir surperformer le marché et une bonne croissance est possible dans les années à venir.

    En chiffres ronds, nous pensons que nous pouvons augmenter les ventes de plus de 400 millions de dollars d'ici 2024. Nous prévoyons que plus de la moitié de cette croissance sera tirée par notre activité de commerce électronique aux États-Unis. Une croissance de 100 millions de dollars est prévue dans chacun de nos segments de gros et internationaux aux États-Unis. Nous avons le potentiel de surpasser ces objectifs de croissance. Nos projections reflètent plus de 2 milliards de dollars de flux de trésorerie d'exploitation au cours des cinq prochaines années. Actuellement, nous pensons qu'il y a relativement peu d'opportunités d'acquisition intéressantes, nous prévoyons de continuer à explorer ces opportunités qui, selon nous, fourniraient une nouvelle source de croissance et des retours sur investissement attractifs. En l'absence de meilleures alternatives pour allouer le capital, nous prévoyons de continuer à restituer le capital excédentaire aux actionnaires, par le biais de rachats d'actions et de dividendes.

    Nous pensons que Carter's est particulièrement bien placée pour gagner des parts de marché dans le secteur des vêtements pour jeunes enfants. Nous fournissons des produits de base essentiels non discrétionnaires et une valeur exceptionnelle à toutes les familles avec de jeunes enfants. Nous sommes le plus grand détaillant spécialisé de vêtements pour enfants et le plus grand fournisseur de vêtements pour enfants aux plus grands détaillants d'Amérique du Nord. Nos marques sont vendues dans plus de 18 000 magasins et sur les plus grandes plateformes en ligne en Amérique du Nord. Partout où les consommateurs achètent des vêtements pour enfants, ils sont susceptibles de voir une forte présentation de nos marques.

    Notre plan de croissance est axé sur quatre stratégies clés: gagner chez bébé, vieillir nos marques, être leader dans le commerce électronique et se développer à l'échelle mondiale. Carter's est la première marque de vêtements pour bébés avec cinq fois la part de notre concurrent le plus proche. Nos recherches suggèrent que près de 90% des milléniaux ayant acheté des vêtements pour nouveau-nés l'année dernière ont acheté nos marques Carter's. Bien que les naissances annuelles aux États-Unis aient eu tendance à diminuer au cours des dernières années, nous avons augmenté notre clientèle grâce à des stratégies marketing efficaces et à l'extension de nos offres de produits.

    La fermeture de Toys "R" Us et Babies "R" Us en 2019-2020 a perturbé le marché des vêtements pour bébés aux États-Unis. Nous pensons que Target, Wal-Mart et Amazon ont été les principaux bénéficiaires de ces fermetures et, heureusement, ils sont trois de nos cinq principaux clients de gros. Il y a près de 20 ans, nous avons développé des marques exclusives de vêtements pour bébés pour Target et Walmart, et ces dernières années, nous avons lancé une marque exclusive pour Amazon. En 2019, nous avons enregistré une croissance à deux chiffres de nos ventes de marques exclusives, qui, collectivement, contribuent à la marge opérationnelle de notre entreprise.

    Nous prévoyons que Target, Wal-Mart et Amazon continueront d'être une bonne source de croissance pour nous dans les années à venir, permettant une faible croissance à un chiffre des ventes en gros. Malgré un creux de 32 ans dans le taux de natalité aux États-Unis, 3,8 millions de beaux bébés naissent chaque année aux États-Unis. 3,8 millions de nouvelles raisons de magasiner chez Carter's. Notre analyse suggère une stabilisation possible, et le nombre de naissances annuelles dans les années à venir, avec un pic de population d'hommes et de femmes à la fin de la vingtaine et au début de la trentaine, un moment où beaucoup commencent à fonder leur famille.

    Nous avons la part de marché numéro un sur les marchés des vêtements pour bébés et tout-petits et une part croissante sur le marché des vêtements pour les 5 à 10 ans. Il y a quelques années, nous avons élargi la gamme de tailles de nos marques Carter's et OshKosh pour répondre aux besoins des enfants un peu plus âgés. 2019, ceux supplémentaires [Indecipherable]

    Généré plus de 100 millions de dollars de ventes. Nous appelons cette initiative notre stratégie de vieillissement. Nous pensons que cette stratégie permettra à Carter's d'augmenter la valeur à vie de ses clients.

    La plus forte croissance des ventes en 2019, en pourcentage et en dollars absolus, a été tirée par nos offres de produits pour les enfants de 5 à 10 ans. La croissance moyenne à un chiffre de nos ventes de vêtements pour tout-petits et enfants nous a aidé à compenser une baisse de 1% de nos ventes de vêtements pour bébés. Avec le succès continu de notre initiative Age of Initiatives et la stabilisation prévue des tendances des naissances dans les années à venir, nous nous attendons à une croissance continue à un chiffre de nos ventes de vêtements.

    Nos marques Carter's détiennent la plus grande part du marché du commerce électronique de vêtements pour enfants aux États-Unis, avec deux fois la part de notre concurrent le plus proche. Avec le soutien de nos clients grossistes, nous prévoyons que le total des achats en ligne de nos marques dépassera le milliard de dollars cette année. Dans notre activité de vente directe aux consommateurs, nous offrons une expérience de site Web multimarque avec trois des marques les plus connues pour les familles avec de jeunes enfants, y compris OshKosh B'Gosh et Skip Hop.

    L'été dernier, nous avons accompli un effort d'un an pour renforcer l'expérience de magasinage en ligne avec nous, améliorer la présentation des produits, les capacités de recherche de navigation et l'expérience de paiement. Au quatrième trimestre, l'expérience en ligne de Carter a été jugée supérieure à la majorité des 60 plus grands sites de commerce électronique aux États-Unis et en Europe.

    Au cours des dernières années, nous avons investi dans la technologie, qui permet de récupérer le jour même les commandes de commerce électronique et d'accéder pleinement à la gamme plus large de nos offres de produits aux consommateurs qui achètent dans nos magasins. L'année dernière, nous avons testé avec succès notre nouvelle capacité, qui nous permet de répondre aux commandes de commerce électronique de nos magasins. Nous pensons que cette initiative améliorera la productivité de notre inventaire, augmentera la vitesse des livraisons connexes à trois jours ou moins et réduira le coût de ces livraisons. Collectivement, les améliorations de notre expérience en ligne dans les nouvelles capacités omnicanales améliorent de manière significative la tendance des ventes de commerce électronique au second semestre 2019.

    Étant donné le virage séculaire vers les achats en ligne, nous prévoyons que notre pénétration du commerce électronique dans le total des ventes aux États-Unis au détail passera de 32% en 2019% à 42% d'ici 2024. Nos magasins de détail continueront d'être une partie importante de l'expérience du consommateur, avec nos marques. Cela dit, au cours des cinq prochaines années, nous prévoyons fermer plus de magasins que nous n'en ouvrirons. Nos magasins comarqués sont restés notre modèle de magasin le plus performant. Il offre les offres de produits Carter's et OshKosh les plus productives en un seul endroit pratique. Compte tenu du succès de notre modèle de magasin comarqué à partir de cette année, tous les magasins autonomes de Carter offriront le meilleur de nos offres de produits OshKosh B'gosh, y compris les salopettes et uniformes scolaires emblématiques OshKosh. Alors que les magasins OshKosh offriront les vêtements de nuit, les sous-vêtements et les chaussettes créés par Carter's.

    Nos marchands ont travaillé au cours de la dernière année pour éliminer les redondances inutiles dans nos offres de produits Carter's et OshKosh, ce qui, nous l'espérons, améliorera nos ventes et notre rentabilité.

    Pour améliorer encore l'expérience du consommateur lors de ses achats en ligne et dans nos magasins, nous avons lancé un programme de cartes de crédit Carter's l'été dernier. Il s'agit d'un programme de fidélité amélioré, qui offre un crédit instantané, un avis avancé d'offres spéciales, la livraison gratuite sur toutes les commandes et des points supplémentaires dans les économies associées sur les futurs achats. À ce jour, près de 4 000 clients se sont inscrits à notre programme de cartes de crédit et 20% de ces clients étaient nouveaux dans notre base de données clients. La rentabilité des ventes via notre programme de cartes de crédit est plus élevée que celle des autres transactions par carte de crédit. Avec des hypothèses raisonnables, nous pensons que ce nouveau programme de cartes de crédit pourrait contribuer 20 millions de dollars ou plus à notre bénéfice annuel d'ici 2024.

    Nos magasins et sites Web sont devenus interdépendants ces dernières années et sont de plus en plus appelés omnicanal. En 2019, nous avons constaté une augmentation de 10% de nos clients omnicanal. Notre client de la plus haute valeur a préféré faire des achats avec nous en ligne et dans nos magasins. Ces clients dépensent près de trois fois le montant annuel de nos clients en magasin uniquement ou en commerce électronique uniquement.

    Nous croyons que nous avons un avantage concurrentiel, détenant trois grandes marques, répondant aux besoins des familles avec de jeunes enfants. Nos acheteurs multimarques représentent désormais 44% de notre clientèle et dépensent également trois fois le montant annuel de notre clientèle monomarque. Nous prévoyons d'étendre la portée de nos marques à l'échelle mondiale et de manière rentable. Nos marques sont vendues dans plus de 90 pays grâce à nos propres opérations et relations avec les détaillants du monde entier. Nous continuerons de rechercher des opportunités permettant une croissance rentable sur de nouveaux marchés.

    Les ventes internationales ont contribué à plus de 12% de nos ventes consolidées en 2019 et devraient atteindre 14% des ventes d'ici 2024. Au cours des cinq prochaines années, environ 70% de notre croissance des ventes internationales devrait être tirée par nos opérations multicanaux au Canada. et le Mexique. Au cours des cinq dernières années, nous avons réalisé d'importants investissements dans les capacités de sensibilisation des consommateurs et de génération de revenus aux États-Unis. Nous prévoyons de tirer parti de ces investissements et d'étendre ces capacités pour soutenir la croissance que nous prévoyons possible en Amérique du Nord. Nos marques sont vendues par Wal-Mart et Costco à l'échelle mondiale. À la fin de l'année dernière, Amazon a lancé notre marque Simple Joys en Europe. Nous nous attendons à une bonne croissance de ces détaillants multinationaux et d'autres détaillants qui étendent la portée de nos marques aux familles avec de jeunes enfants à travers le monde.

    Nous avons perdu du terrain dans notre marge d'exploitation au cours des deux dernières années et prévoyons de reprendre l'expansion des marges à partir de cette année. Plus tôt cette année, nous avons procédé à une restructuration organisationnelle dans plusieurs parties de notre entreprise. Les objectifs de cette initiative sont d'améliorer la productivité et l'efficacité de notre organisation et de réduire les coûts d'exploitation connexes d'environ 15 millions de dollars par année. Cette initiative fait partie d'une initiative de productivité pluriannuelle de plus de 100 millions de dollars, qui, selon nous, nous permettra d'améliorer notre marge d'exploitation à environ 12,5% d'ici 2024. Parmi les autres opportunités à rechercher, citons une meilleure gestion des stocks, qui, selon nous permettra une meilleure réalisation des prix. Une efficacité marketing améliorée grâce à la segmentation et à la personnalisation des consommateurs, et un nouveau processus de développement de produits numériques, qui, selon nous, permettra de renforcer nos offres de produits, d'améliorer la précision des prévisions et de réduire les coûts.

    En ce qui concerne nos opérations de chaîne d'approvisionnement au cours des dernières semaines, nous avons suivi l'accélération de la production chez nos fournisseurs en Chine. Les restrictions de voyage et une grande prudence pour contenir le coronavirus auront un impact sur les calendriers de production et le calendrier des expéditions cette année. Nos employés à Hong Kong et en Chine sont en grande partie de retour au travail et en contact avec nos fournisseurs. De nombreux ouvriers d'usine ont eu une semaine supplémentaire ou plus pour revenir après les vacances du Nouvel An chinois. Ils seraient normalement rentrés la semaine du 10 février.

    Nos fournisseurs n'ont pas encore déterminé avec certitude, l'impact des retards de production. Aujourd'hui, nous partagerons nos meilleures estimations de la croissance que nous pensons possible cette année, à l'exclusion des retards liés aux acheteurs. Nous prévoyons que lors de notre prochain appel en avril, nous aurons une meilleure visibilité sur l'impact potentiel sur nos plans de croissance cette année.

    Au fil des ans, nous avons géré la crise du coton, les grèves des ports et d'autres défis. Nous avons une équipe de professionnels éprouvés, dont plus de 100 employés basés en Asie, qui nous aideront à gérer ce dernier défi.

    En résumé, nous avons continué de croître dans un marché de détail très difficile et les perspectives de notre entreprise sont bonnes. Nous avons construit un modèle multimarques et multimarques unique, qui, selon nous, est bien placé pour croître et gagner des parts de marché. Nous nous engageons à renforcer nos activités et à offrir de bons rendements à nos actionnaires dans les années à venir. Je tiens à remercier tous nos employés à travers le monde d'avoir permis notre 31e année consécutive de croissance des ventes et leur engagement à réaliser nos plans de croissance.

    Richard va maintenant vous guider à travers la présentation sur notre site Web.

    Richard F. Westenberger – Vice-président exécutif et directeur financier

    Merci, Mike. Bonjour à tous. Le quatrième trimestre a clôturé une autre année mouvementée pour Carter's, alors permettez-moi de commencer à la page 4, où nous avons résumé quelques faits saillants de 2019. Malgré un marché de vente au détail difficile et de vêtements pour jeunes enfants, nous avons été en mesure de réaliser une croissance, à la fois au sommet et la ligne de fond. Nous continuons de développer nos activités de vente directe aux consommateurs, en particulier dans le canal du commerce électronique. Nous avons investi dans l'amélioration de notre site Web et dans la mise à profit de nos capacités omnicanal et nous avons renforcé notre portefeuille de magasins en ouvrant un certain nombre de nouveaux emplacements de comarquage productifs. Nos marques exclusives, disponibles chez Target, Wal-Mart et Amazon, ont également connu une croissance très notable

    En 2019, nous avons également atteint des flux de trésorerie d'exploitation et de trésorerie record, ce qui nous a permis de continuer à restituer un capital significatif à nos actionnaires par le biais de dividendes et de rachats d'actions.

    À la page 5, nous avons été confrontés à des vents contraires au cours de la dernière année, le marché des vêtements pour jeunes enfants aux États-Unis ayant diminué d'environ 6%. Malgré ce contexte, nous avons augmenté notre part de marché de pointe aux États-Unis de 40 points de base à 13,8%.

    Notre P&L ajusté pour l'année complète est inclus à la page 6 pour votre référence. Le chiffre d'affaires net de l'exercice s'élève à un peu plus de 3,5 milliards de dollars, un bénéfice d'exploitation ajusté de 401 millions de dollars et un BPA ajusté de 6,46 $, ce qui représente une croissance de 3% par rapport à 2019-2020.

    Passons à la page 7 et à notre résultat net ajusté pour le quatrième trimestre; Les ventes nettes consolidées du quatrième trimestre se sont élevées à 1,1 milliard de dollars, en hausse de 1% par rapport à l'année précédente, ce qui était conforme à nos prévisions précédentes. Nos activités de vente au détail aux États-Unis et à l'international ont stimulé notre croissance au cours du trimestre. Notre marge brute ajustée était de 42,5%, en baisse de 70 points de base par rapport à l'année dernière, reflétant des provisions de stocks plus élevées et des tarifs plus élevés sur les produits en provenance de Chine. Les revenus de redevances se sont élevés à 7 millions de dollars au cours du trimestre, en baisse d'environ 3 millions de dollars par rapport à l'an dernier, reflétant la conclusion d'un accord de licence et l'internalisation d'une catégorie de produits sous licence antérieure.

    Les dépenses ont augmenté de 1%, en ligne avec la croissance du chiffre d'affaires. Le contrôle des dépenses a été une priorité tout au long de 2019, les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux ajustés en année pleine augmentant de moins de 1%, et nous avons atteint 30 points de base de levier. Le bénéfice d'exploitation ajusté s'est élevé à 162 millions de dollars au quatrième trimestre, ce qui représente une marge d'exploitation ajustée de 14,7%. Au-dessous de la ligne, l'intérêt net au quatrième trimestre était comparable à 2019-2020, et nous avons enregistré un léger gain de change au quatrième trimestre de cette année par rapport à une perte il y a un an. Notre nombre moyen d'actions a diminué de 4% par rapport à l'année dernière, reflétant l'avantage de notre utilisation du capital pour les rachats d'actions. En fin de compte, le BPA ajusté du quatrième trimestre était de 2,81 $ comparativement à 2,84 $ l'année précédente.

    Passons à la page 8, avec quelques faits saillants sur le bilan et les flux de trésorerie. Nous avons terminé 2019 dans une position de liquidité solide, avec des fonds en caisse et une capacité de revolver disponible totalisant près de 650 millions de dollars. Les stocks de fin d'année ont augmenté de 3% en glissement annuel, conformément à nos attentes. Sur une base unitaire, les stocks étaient comparables à l'an dernier. Nous sommes satisfaits de la qualité de nos stocks au premier trimestre, avec un excédent de stocks à la fin de l'année en baisse significative par rapport à il y a un an. À la fin de l'année, notre effet de levier était modeste et nous continuons d'avoir une grande flexibilité pour investir dans l'entreprise et pour poursuivre des alternatives de croissance que nous trouvons attractives. Nous avons résumé ici les détails de notre fort cash-flow en 2019 et de nos progrès dans le retour du capital aux actionnaires, je parlerai un peu plus du retour du capital dans quelques minutes.

    À la page 10, nous avons résumé les résultats de notre secteur d'activité au quatrième trimestre. Tous nos secteurs d'activité ont dégagé des marges opérationnelles entre le milieu et le haut de l'adolescence, bénéficiant du chiffre d'affaires de 1 milliard de dollars du trimestre. Nous avons affiché une amélioration des marges d'une année à l'autre dans nos activités internationales, mais les marges étaient plus faibles dans nos activités de vente au détail et de gros aux États-Unis, pour des raisons que je couvrirai dans un instant.

    Passons aux résultats du quatrième trimestre pour le segment de détail américain à la page 11; les ventes totales du segment de détail aux États-Unis ont augmenté de 2% au quatrième trimestre, les ventes comparables ont augmenté de 1,6%, tirées par la forte croissance du commerce électronique. Les ventes comparables au cours de la période combinée des vacances de novembre à décembre ont augmenté de 2,1%, plus fort que ce que bon nombre de nos pairs de l'industrie ont réalisé au cours de la même période. Par rapport à nos prévisions, les ventes du quatrième trimestre ont été légèrement inférieures à nos attentes, en partie à notre avis, en raison de la période de vente de Thanksgiving à Noël plus courte cette année. En 2019, nous avons bien progressé dans l'amélioration de notre portefeuille de magasins de détail. Au cours de l'année, nous avons ouvert 43 magasins et fermé 25. La majorité des fermetures de portes étaient plus anciennes, sous-performantes.

    La marge sectorielle ajustée pour le commerce de détail américain était de 16,3% au quatrième trimestre, contre 16,9% un an plus tôt. Cette performance reflète la hausse des coûts des produits et des provisions liées aux stocks, partiellement compensée par l'amélioration des prix et l'effet de levier des dépenses. Le récapitulatif de l'année complète des ventes au détail aux États-Unis a augmenté de 2% et les ventes comparables ont augmenté de 0,4%. 2019 a représenté notre 13e année consécutive de résultats positifs dans notre activité de vente au détail aux États-Unis.

    Passons à la page 12, avec une mise à jour sur nos initiatives omnicanal. 2019 a été une année de bons progrès dans le renforcement de nos capacités omnicanal, et nous avons constaté une accélération significative de l'utilisation des consommateurs de ces capacités au quatrième trimestre. Notre service de ramassage en ligne le jour même a gagné en popularité, en particulier à l'approche des vacances de Noël et des consommateurs qui recherchaient la commodité du ramassage en magasin de leurs achats, plutôt que d'attendre leur expédition à leur domicile. Nous avons également constaté une augmentation significative du nombre de consommateurs qui choisissent de faire expédier leurs commandes en ligne à leur magasin local. C'est évidemment encourageant, car cela génère du trafic supplémentaire vers nos magasins de détail.

    Au cours du quatrième trimestre, nous avons testé avec succès l'exécution des commandes en ligne à partir d'un certain nombre de nos magasins.En raison du succès de ce test, nous prévoyons d'étendre l'utilisation de nos magasins pour l'exécution des commandes en ligne plus tard cette année. Étroitement liée à nos capacités omnicanales, la carte de crédit Carter's, qui est une nouvelle capacité et offre aux consommateurs, qui a été lancée au milieu de l'année en 2019. La carte est intégrée à notre programme de fidélité réussi et enrichissant et offre aux consommateurs un certain nombre d'avantages, dont la livraison gratuite sur commandes de commerce électronique.

    À la page 13, nous sommes très satisfaits de la performance de nos activités commerciales au quatrième trimestre. Plus tôt en 2019, nous avons relancé notre site Web. Il s'agissait d'une initiative globale, qui a facilité la navigation et les achats sur notre site, en particulier pour les consommateurs utilisant des appareils mobiles. Nous avons apporté des améliorations et des améliorations dans plusieurs domaines et nous avons constaté une augmentation significative de la conversion et de la croissance des ventes depuis la mise en service du nouveau site.

    À la page 14, nous avons une photo d'un nouveau centre commercial co-brandé juste au nord d'Atlanta. Comme nous en avions discuté lors de l'appel précédent, Gymboree était un important détaillant de vêtements pour jeunes enfants réalisant plus de 600 millions de dollars de ventes annuelles au moment de sa sortie du marché. Bien que nous restions prudents sur l'immobilier des centres commerciaux en général, nous pensons que la sortie de Gymboree nous donne l'occasion de conquérir des parts de marché supplémentaires, en ouvrant certains magasins du centre commercial. Ce magasin particulier est un ancien emplacement de Gymboree, qui est maintenant rouvert en tant que magasin co-brandé lumineux et accueillant de Carter's OshKosh. Le magasin est d'environ 2 300 pieds carrés, plus petit que notre magasin co-marqué traditionnel d'environ 5 000 pieds carrés. Ce magasin se concentre sur les produits pour bébés et tout-petits, qui font partie de nos assortiments les plus productifs en termes de ventes et de marges.

    Nous avons aujourd'hui environ 10 de ces magasins pour bébés pour tout-petits, et jusqu'à présent, la performance a été très encourageante, tant en termes de ventes que de rentabilité. Notre analyse suggère qu'environ 30% des achats des consommateurs dans ces magasins de nouveau format sont de nouveaux clients pour nous, des personnes qui ne figuraient pas auparavant dans notre fichier client. Nous prévoyons d'ouvrir environ huit autres de ces magasins en 2020, si la performance continue d'être attrayante. Nous voyons le potentiel d'avoir environ 80 autres de ces magasins, ce qui représenterait une opportunité de vente supplémentaire d'environ 80 millions de dollars pour notre plan à long terme actuel.

    Sur la page suivante, nous avons résumé les dernières informations sur notre présence et notre influence sur les réseaux sociaux, Carter's continue de diriger les pairs de l'industrie en termes de nombre d'abonnés sur Facebook et Instagram, et nos publications Instagram continuent de susciter l'engagement des consommateurs le plus élevé. Au quatrième trimestre sur Instagram, nous avons ajouté près de trois fois le nombre de nouveaux abonnés nets en tant que prochaine marque la plus proche dans les vêtements pour jeunes enfants.

    Aux pages 16 et 17, nous avons inclus quelques exemples de notre marketing Carter's et OshKosh pour la prochaine saison de printemps. L'ancienne météo et les vacances de Pâques à l'horizon. Carter's et OshKosh ont les produits dont les familles ont besoin, nos points forts marketing, le produit saisonnier actuel du printemps, y compris les options pour la vinaigrette familiale de Pâques, ainsi que nos produits emblématiques toute l'année, tels que le pyjama Carter's et le denim OshKosh.

    Passons maintenant à la page 18, avec les résultats de notre activité de vente en gros aux États-Unis; Au quatrième trimestre, les ventes nettes en gros aux États-Unis se sont élevées à 349 millions de dollars, en baisse de 1% par rapport à l'année précédente. Nous avons enregistré des ventes significativement plus faibles sur le canal hors prix au quatrième trimestre de cette année, contrebalancées par une bonne croissance continue et la demande pour nos marques exclusives Carter's. La marge d'exploitation du quatrième trimestre s'est établie à 19,2%, contre 21% au quatrième trimestre de 2019-2020. Cette performance reflète la hausse des provisions pour stocks, l'augmentation des créances irrécouvrables, les changements dans la composition de la clientèle et la baisse des revenus de redevances. Pour l'ensemble de l'année 2019, les ventes nettes de notre segment de gros aux États-Unis ont augmenté de 2% avec des ventes record avec nos quatre principaux clients. Avec des ventes en gros en année pleine de 1,2 milliard de dollars, nos activités de vente en gros ont maintenant retrouvé leur niveau de ventes nettes avant les faillites perturbatrices de Toys "R" Us, Bon-Ton et Sears.

    Pour l'avenir, nous restons concentrés sur plusieurs domaines clés qui, selon nous, stimuleront notre activité de gros. Quelques-uns sont énumérés à la page 18. Nous voulons nous appuyer sur notre formidable autorité dans la catégorie des bébés de base. Beaucoup de nos clients grossistes sont ravis de développer avec nous le segment de l'âge des tout-petits, où, comme bébé, nous détenons la plus grande part de marché.

    La partie la plus rapide de la croissance de nombreuses entreprises de nos clients est le commerce électronique. Nous continuons à soutenir activement les efforts de nos clients en ligne et nous bénéficions de leur croissance sur ce canal.

    Aux pages 19 et 20, nous avons inclus des captures d'écran des pages Web de Target et de Walmart, ces deux détaillants développent d'importantes entreprises en ligne et tirent parti de la forte présence en magasin des marques Just One You et Child of Mine. Nous continuons de soutenir activement la croissance de ces marques avec chacun de ces détaillants gagnants grâce à des produits nouveaux et innovants, et à travers des investissements marketing et de marque. À la page 21, nous continuons de voir une croissance substantielle de notre marque Simple Joys, qui est rapidement devenue l'une des marques de vêtements les plus importantes sur Amazon.

    Passage à la page 22 et résultats du segment international pour le 4ème trimestre. Les ventes internationales ont augmenté par rapport à l'an dernier au quatrième trimestre, tirées par le Canada et nos autres activités à l'extérieur de l'Amérique du Nord. Nous avons enregistré une excellente performance au Canada, où nous avons enregistré une augmentation de près de 8% des ventes au détail comparables.

    En 2019, notre équipe canadienne a pu accroître notre part de marché, qui dépasse maintenant 19%, renforçant ainsi notre position de leader au Canada. La rentabilité et l'international sont globalement comparables, avec une amélioration de la marge opérationnelle de ce segment.

    À la page 23, nous continuons de progresser au Mexique. En 2019. Nous avons ouvert quatre nouveaux magasins de détail, qui reflètent notre format de magasin de détail comarqué réussi aux États-Unis et au Canada. Ces magasins représentent une plus grande empreinte que nos magasins traditionnels au Mexique, permettant une expérience de produit et de marque plus complète. À ce jour, les résultats sont encourageants. Les magasins présentés ici ont ouvert juste avant Noël et sont bien partis.

    Nous prévoyons d'ouvrir quatre magasins supplémentaires au Mexique en 2020, et nous voyons des opportunités de doubler la taille de notre activité de vente au détail sur ce marché au cours des cinq prochaines années. Nous avons également lancé des opérations de commerce électronique au Mexique au quatrième trimestre. La page 24 est une capture d'écran de la page d'accueil du site Web du Mexique, qui n'en est qu'à ses débuts, mais la réaction des consommateurs a été forte. Le marché du commerce électronique au Mexique se développe toujours par rapport aux États-Unis, mais nous pensons qu'il constituera une bonne source de croissance dans cet important marché à l'avenir.

    À la page 25, et une nouvelle opportunité pour nous, nous avons certainement bénéficié d'une large et fidèle clientèle brésilienne, qui fait ses courses chez nous aux États-Unis. Nous pensons que nous avons la possibilité de rendre nos marques disponibles au Brésil lui-même de manière plus significative. Nous avons récemment finalisé un accord avec un partenaire de gros existant Riachuelo, pour développer le marché brésilien. Riachuelo est un détaillant important et prospère au Brésil, et propose des produits de marque Carter's dans ses magasins depuis plusieurs années. Dans le cadre de ce nouvel accord, Riachuelo deviendra notre partenaire exclusif au Brésil et, en 2020, commencera à ouvrir des magasins de détail autonomes de marque Carter dans tout le Brésil.

    En termes de nos objectifs à long terme, nous avons résumé quelques réflexions à la page 27. Notre objectif en tant qu'entreprise est clair, comme énoncé dans notre énoncé de mission pour répondre aux besoins de toutes les familles avec de jeunes enfants et être les marques préférées du monde en le marché des jeunes enfants. Au cours des cinq prochaines années, nous pensons qu'il est possible d'augmenter notre chiffre d'affaires à un faible taux à un chiffre. Cela nous permettrait d'atteindre près de 4 milliards de dollars de ventes nettes, avec les marques que nous possédons aujourd'hui. Additionally, we believe we can improve our margins through both expansion in gross margin, and good management of spending to achieve mid single-digit growth in operating income. We're assuming continued share repurchases, which would enable higher growth in earnings per share, than what we are forecasting for operating income.

    While we have many priorities at the company, I think three of the most important are summarized at the bottom of page 27. First, we're obviously interested in top line growth, but we want sales to come with profits. Secondly, we are committed to improving the profitability of our business overall. And finally, we believe strongly in returning excess capital, that the business may generate to our shareholders.

    Some of the building blocks of our planned growth are summarized on page 28. First, everything starts with a great product. Our brands and products are known for the exceptional value which they provide to consumers. We continue to invest to ensure that we have compelling and competitive product assortments one of the hallmarks of our company has always been broad market presence, both in the wholesale channel and in our own retail businesses. We want to be present where parents are shopping. The success in recent years of our exclusive brands is a good example of providing great product and compelling value in those retailers where moms and dads are shopping frequently, to meet the needs of their families.

    In our U.S. retail businesses, we have a powerful combination of convenient easy-to-shop retail stores, and what we believe is the industry-leading online site for young children's apparel. We've invested in omnichannel capabilities, as the store in online worlds continue to converge. These capabilities will continue to grow and evolve, contributing we believe to good growth in our direct-to-consumer businesses over time.

    Finally, we see good demand for our brands outside of the United States. We will pursue opportunities to capture this demand thoughtfully, with a focus on growing international sales profitably. In most markets outside of North America, we believe aligning ourselves with strong local market partners will be key to our successful execution.

    On page 29, we've recapped what we believe will be some of the more significant sales and margin drivers over the next several years. We believe the majority of our growth will be driven by e-commerce, so many of our investments are oriented around supporting this business in particular. We will continue to optimize our retail store portfolio, closing older, less productive locations in favor of co-branded stores closer to the consumer. We will also assess alternate store formats and locations, such as the baby toddler mall store I discussed earlier.

    Wholesale and international are also expected to contribute to growth over the next five years. We are targeting about 100 basis points of expansion of our consolidated operating margin by 2024. We believe, there are a number of aspects of our business, which will contribute to achieving this objective. First as Mike said, we have a number of initiatives intended to drive greater inventory productivity, which we believe will enable higher price realization and thus improved gross margin. These initiatives are a combination of process improvement, enabled in part by deploying new technology in the business.

    Second, some of the new sources of revenue, which we've added in recent years have not yet reached their full potential in terms of profit contribution. The focusing on the business is listed on page 31 in particular, including Skip Hop and Simple Joys, where we've made very good progress recently and have further profit improvement planned in 2020 and beyond.

    And finally, we are increasing our efforts around driving productivity and efficiency across the company. I think we've always done a good job in managing spending, but in this competitive market, more progress is required.

    Page 30 and as Mike referenced, we have recently executed some fairly comprehensive organizational changes across the company. These activities include realizing opportunities in our retail operations, both in the U.S. and Canada and across our global supply chain functions. We're continuing to scope additional productivity opportunities to realize the $100 million of profit improvement, which Mike referenced. We'd anticipate that some portion of the opportunities we identify, will be reinvested to support future growth and strengthen the business. We expect that first quarter results will include an estimated charge of $10 million to $12 million related to these restructuring actions, which we expect will generate about $15 million in go forward annualized savings across the company.

    On page 31, one of the stronger aspects of our business model, is our strong cash flow generation. Last year, we generated cash flow from operations of nearly $400 million and over $3 billion and since 2007. We've demonstrated our strong commitment to return excess capital to our shareholders, through our recurring dividend and through share repurchases. Our outlook indicates that the business will continue to generate strong cash, with nearly $2 billion in cumulative operating cash flow forecasted through 2024. Our first priority is to find ways to put capital back to work in our business. We also will continue to evaluate value accretive acquisitions to supplement our planned organic growth. Absent identification of other uses for this cash though, we intend to continue to distribute capital to our shareholders. Our Board recently approved a new incremental $500 million share repurchase authorization, to provide additional capacity to continue our share repurchase program. Additionally, the Board has approved a 20% increase to our recurring dividend to $0.60 per share, effective with the dividend to be paid next month. Since initiating our dividend in 2013, we've grown it at a compound annual growth rate of over 20%.

    Moving now to page 33 and our outlook for 2020; our guidance this morning does not include any adjustments for potential effects of the coronavirus situation. For the full year, we're targeting sales growth in the 2% to 3% range, and growth and adjusted earnings per share of 4% to 6%. We expect growth in sales and earnings will be stronger in the second half of the year. 2020 should be another good year of cash generation as well, before casting operating cash flow between $375 million and $400 million.

    For the first quarter, we are forecasting net sales will be comparable to last year and adjusted earnings per share of approximately $0.60 per share. We're expecting growth in U.S. retail and international and are planning U.S. wholesale sales down somewhat in the first quarter, in part due to changes year-over-year and the timing of orders and changes in customer mix.

    Royalty income is expected to be down in the first quarter, for the same reasons id declined in the fourth quarter of 2019. SG&A will also weigh on profitability in the first quarter, with higher spending on technology, new stores and marketing. Finally, for stronger growth in sales and earnings in the second quarter, as Mike mentioned, we will likely face some disruption in our supply chain due to the coronavirus situation, especially as it relates to potential delays in delivery of fall product beginning in the second quarter. This is a very fluid situation, and we're still receiving information from our supply chain teams in Asia and from our vendors. We're providing today our best view of our outlook based on what we know today. Hopefully we'll have additional information to share with you on our first quarter update in late April.

    And with these remarks, we're ready to take some questions.

    Questions et réponses:

    Opérateur

    [Operator Instructions]. Our first question today will come from Paul Lejuez with Citi.

    Paul Lejuez — Citigroup — Analyst

    Thanks guys. During the quarter, retail was a little bit stronger than wholesale, and within wholesale you had lower sales to off-price. So just trying to understand the gross margin pressure a little bit more, a couple of those things — both of those things are, in theory, tailwinds to gross margin. So maybe just a little bit more detail on what were the inventory related costs that hurt gross margin in the fourth quarter, how much was tariffs impacting you, and just maybe quantify, how we should think about that line item in the future quarters. Merci.

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Sûr. So, Paul, I'd say overall for gross margin, it was a little bit below our expectations for the company in total. We did take some additional inventory provisions in our retail business. Some of that related to a higher strength provision, based on our physical inventory observation. In the last few years, we've introduced some additional operational complexity to our stores. We think that was — what was underneath that, that's obviously a real cost to the business. We did make progress in terms of realized pricing in the fourth quarter, just not quite to the same level that we had initially planned.

    Within wholesale, there's lots of different dynamics that set aside gross margin. Certainly we had some changes in customer mix. I'd say, some lower sales to some of our traditionally higher margin customers in in the quarter. We had some bad debt expense that we took, that's sort of an SG&A pressure, and we did take some additional inventory provisions related to some fabric liability in the wholesale side of the business.

    So I'd say the outlook for gross margin in 2020 is good. We're planning expansion in gross margin. I'd say near term in the first quarter, we're planning more comparable gross margins, but we are expecting expansion for the balance of the year, and that's based on, as Mike said, we negotiated a favorable product cost for 2020, and we are seeing continued progress in our pricing initiatives.

    Michael D. Casey — Chairman and Chief Executive Officer

    And Paul, you asked about the tariffs, so we had — tariff impact last year was about $4 million, $1 million of which happened in the fourth quarter. Our best estimates now, the tariffs for 2020 will be around $14 million, about $4 million in each of the first two quarters, and about $3.5 million in the third and fourth quarters.

    Paul Lejuez — Citigroup — Analyst

    Merci. And just a follow-up, maybe I think you mentioned the overall children's market declined 6% at age zero to 10. Can you talk about what happened on a unit basis. Also, if we can maybe talk a little bit about the Age Up initiative, where you're seeing the greatest success, may be the size of that business for you and growth in that segment of the kids market? Merci.

    Michael D. Casey — Chairman and Chief Executive Officer

    I'd say on the — in terms of the market, I would say it was a combination of just fewer children in that age range, and I would say some portion of about 4% or 5% of it was on price. And as we look at the market data, the total market was down around 6%, the baby apparel market was down more than that. I would say that's inconsistent with the experience we have. But that's — the market data is the best information we have. I still say that the market data reflects a little bit of a disruption from Toys"R"Us and Babies"R"Us going out of business. Those were that big baby apparel retailers, and then with Gymboree going out of business. I think that either you have a lot of pantry loading where people loaded up and had carts full of things that held them over for more than just the immediate near-term outfitting needs. So our hope is that we see the dust settle a bit on that market data and the market stabilizes a bit more in 2020. Second part of your question, Paul, was what?

    Paul Lejuez — Citigroup — Analyst

    The age up.

    Michael D. Casey — Chairman and Chief Executive Officer

    In terms of the age up, we feel good about that strategy, Paul. It's really a way for us to increase the lifetime value of the customers that we acquire, one that when the moms and dads have a baby and we look for that to be a good growth opportunity for our company. I think we mentioned that we'd added several sizes in Carter's and one additional size in Oshkosh that accounted for about $100 million of new sales in 2019. You asked about success where we have in retail. Our largest growth in 2019 was from the strategy our kids sizes for age 5 to 10-year-old children, that was up high single digits in our retail business last year, so good growth there. And then in wholesale, the age up strategy is more of a toddler strategy. We're up about 10% in sales in our toddler sizes for the wholesale business last year. We implemented a plan to help them capture some of that because we are the market leader in toddler. We added toddler in Amazon a year and a half ago. We added toddler sizes with our Child of Mine brand in Walmart last fall and we're expanding toward the spring. And then just this spring we've added toddler with our Just One You brand in Target, including new swim category. So 2020 will be the first time that all exclusive brands will have toddler placement and we're excited about the growth opportunity as a lynchpin for the age up strategy.

    Paul Lejuez — Citigroup — Analyst

    Thanks, guys. Bonne chance.

    Michael D. Casey — Chairman and Chief Executive Officer

    Thanks very much.

    Opérateur

    And next, we'll move to David Buckley with Bank of America.

    David Buckley — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Hi, guys. Good morning. Thanks for taking my question. So the 2% to 3% sales growth guidance for the year, how should we think about the contribution from retail and wholesale? And then wholesale specifically, how are you planning the first half sales? It sounds like there's a timing shift happening in 1Q.

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    We're planning wholesale shipments in the first quarter down, but then up again in second quarter and then low single-digit growth for the full year. I'd say we're also planning low single-digit growth in retail and mid single-digit growth in the international business for 2020.

    David Buckley — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    D'accord. And then what gives you confidence in the sales and EPS acceleration after the first quarter?

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    I think the second half of the year as our business has changed and wholesale has become a little bit smaller piece of the pie, we're a bit more of a direct-to-consumer business than we've been historically. So more of that business is done in the second half of the year. That is the margin-rich part of the business. We think we will have some of the progress and fruits of our labor around pricing initiatives as well as inventory productivity. There's also a strong forward benefit to share repurchase that comes later in the year which helps that EPS metric.

    David Buckley — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    D'accord. Merci beaucoup.

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Bienvenue.

    Opérateur

    And next, we'll hear from Ike Boruchow with Wells Fargo.

    Ike Boruchow — Wells Fargo — Analyst

    Salut. Good morning, everyone. Two questions. The first one maybe for Mike. On the supply chain, so I appreciate all the color and totally understand that your visibility is very limited right now. But I'm trying to understand if things were to worsen or just not improve the next time we hear from you, is the risk more on the side of there would be order cancellations and revenue risk and is it more that or is it more a function of your average unit cost and freight cost of shipping and maybe things that were on boats go on planes and it's more of a cost issue? I'm just kind of curious how to think about what the risks are when we think about that?

    Michael D. Casey — Chairman and Chief Executive Officer

    I'd say it's the former. If the product comes late, especially in a tougher retail environment, there's always a risk that some of our wholesale customers will say, we no longer need the units. I think it's important for you to understand less than 15% of our units are being currently sourced from China. And every year for years there was always a question, what was the retention of the factory workers after the Chinese New Year's holiday? And everybody was expected back around the 10th of February and because of the travel restrictions people got back later. So we're anticipating right now that production will be delayed some portion of three weeks or more. And our suppliers are working through it. We're in close contact with all of our suppliers. And depending on the different locations, people are back and working and northern part of China people are still slowly getting back to work.

    What's unknown today is what I'll say is the ripple effect. So a lot of our suppliers rely on their fabric suppliers. We don't source fabric. We source finished product. And a lot of the textile mills are spread throughout China, including northern China and those areas are more affected than textile mills in southern China. So what's unknown is whether or not they will be able to get the fabric from the suppliers they had planned to get it from or whether or not they have to go to other parts of the world, including India, to get the fabrics. That yet is unknown. The other thing is just we're anticipating that there will likely be some port congestions as everybody catches up and gets the product to the docks that there may be some congestion there. So we've got good people.

    Thankfully unlike the cotton prices years ago, we've got 400 of our own people in Asia, Cambodia, Vietnam, Hong Kong working closely with our supplier. So we'll have very, very good visibility to how everybody is back up and running. We currently have over $600 million of inventory. We've got millions of units coming in every week from other parts of Asia. The things that we're doing to mitigate the risk we're bypassing China. A lot of times we'll consolidate product in China, but given the disruption in China we're having a lot of the product sent directly to the United States from Vietnam, Cambodia, Bangladesh and other parts of Asia. We're also evaluating the more time sensitive product categories, thankfully all of our Easter dressing is here in the United States. Easter dresses sell a lot better before Easter than after Easter. And we don't expect the shelves be bare anytime this year.

    We've got plenty of inventory to keep us busy. As best we can tell, we might see some impact late second quarter, early third quarter on some of our early fall deliveries, so we'll keep an eye on that. We'll have better visibility for that in April. We're leveraging our teams based in Cambodia and Vietnam to supplement the good work we had done in Hong Kong so that our product development process for the holidays, the year-end holidays stays on schedule. So bottom line, I think it's reasonable to assume there's going to be some disruption in the flow of goods. It is just too early to quantify the impact of the delays and we'll share more with you in April.

    Ike Boruchow

    Je l'ai. And then just a quick follow up for Richard. I guess real quickly, I'm sorry if I missed it, could you quantify the 53rd week for us? And then the more important question is, just when we talk about e-comm penetration over time and e-comm profitability, I think you mentioned in your multiyear plan you expect e-comm to go to low 40s from I think low 30s today. It's gone from low 20s to low 30s, but as you've done that the overall margin at retail I think is down about 100 basis points. And I know you've talked about e-comm being 20% plus margin over the years. Can you give us an update where we are today with profitability, because that mix in and of itself should drive margin expansion for retail and for gross margin, but I feel like we haven't been seeing that? So I'm just kind of curious what's been happening and then what the outlook is as that mix continues to go forward?

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Sûr. As it relates to your comments, we'll take that first. We have an extraordinarily profitable e-commerce business. The margins are north of 20%. They have come down in recent years with what we've seen in the marketplace around consumer expectations for free and fast shipping. That's provided a fair amount of pressure on that operating profit for e-commerce. Our models show that we will continue to be able to improve e-commerce profitability over time. We mentioned the initiative to deliver product from stores. We think that is a bit of an unlock as it relates to getting product particularly to consumers further away from our core distribution center here in Georgia. So I'm optimistic that there are opportunities for us to continue to improve the profitability of e-commerce. That team has done a good job in terms of reducing the amount of excess inventory.

    Heir inventory buys have become more accurate over time. We continue to enjoy extraordinarily low return rate which helps the profitability of our business online relative to other retailers. I would say that the pressure that we've had in the retail segment over the last number of years has been more based in the stores and the fact that we have not been able to drive a consistent store count in the brick and mortar stores. There's a number of initiatives on that side of things as well. We have been improving I'd say the quality of that portfolio to some of the older less productive stores which have been a drag on the operating performance of the segment. Those are going to start to fall out of the base. So I'm optimistic on the outlook for margin in the retail segment and that's kind of a character of the complexion underneath. As it relates to the 53rd week, it's the week that we've pegged as the week after Christmas. The estimates for the top line are I'd say in a range of $25 million to $30 million. It's not a particularly profitable week as we have measured it or forecasted it, largely a clearance week in our retail channel. So it might represent a marginal amount of profitability, call it breakeven to $1 million or $2 million of operating income. That's kind of how we scoped it at this point.

    Ike Boruchow — Wells Fargo — Analyst

    Thanks, guys.

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Bienvenue.

    Opérateur

    And we'll move on to Susan Anderson with B. Riley FBR.

    Susan Anderson — B. Riley FBR — Analyst

    Salut. Good morning. Nice job in 2019. I was wondering if you could talk a little bit more about pricing and product cost for 2020. It sounds like maybe you expect a little bit more pricing but then flattish product cost for 2020. And then also it sounds like maybe you're starting to close the gap on those lower margin channel for the exclusive brands. Maybe if you could talk a little bit about the progress you're seeing there and expectation for 2020?

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Sûr. As it relates to product cost, as Mike said, we did have favorable negotiations with our vendors. And for the 2020 assortments, our supply chain team did a great job in taking advantage of the marketplace situation and the growth that we bring to those vendors. So we have negotiated lower product cost for 2020. That mixes in based on the products that we're assorting into slightly higher product cost in terms of the assortment itself. But for like-to-like product, they are down I'd say in the low single-digit range. We are planning for more improvement in pricing, still modest though.

    We're not talking 10% or 20% increases in pricing. We're talking similar low single-digit progress with the favorability in product cost that we're expecting kind of widens out that nice spread between pricing and product cost. We have bought inventory I would say more conservatively in 2020, particularly in the second half of the year. So I think that would remove some of the historical pressure that we sometimes have when we get backed up with inventory. So we followed some of those successful practices that we're seeing on the part of some of our wholesale customers where they're buying inventory more conservatively, looking to get better sell-through, better realized pricing. That's kind of how we're thinking about it.

    Michael D. Casey — Chairman and Chief Executive Officer

    I think a key point on that, one of the key initiatives of this $100 million productivity is pricing. It's price realization. It's not taking prices up on the same product we sold last year, but it's improved price realization through better inventory management. And the high — we sell nearly 500 million units a year. There's probably — we probably source 1 billion, but with a lot of our multipacks, there's 500 million selling units, including multipacks. Nickels and dimes for us equate to $25 million to $50 million of improved profitability. So the focus is buying inventory more conservatively, reducing SKUs, focusing on fewer, better styles, co-branding all of our stores so the consumer has a great experience, convenient experience shopping for the two best brand names known in kids apparel. So that's our focus, improving price realization by a nickel or more — nickels and dimes are $25 million to $50 million of improvement and profitability. That's a key initiative for us going forward. So less product in the clearance rack at the back of the store.

    Susan Anderson — B. Riley FBR — Analyst

    Génial. That's helpful. And then also just kind of where you're at with improving the margin on some of those exclusive brands and kind of closing the gap with some of those other higher margin channels?

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Yes, I'd say we've made very good progress in improving the margin structure of Simple Joys. That's the one that had lagged because it was a newer business for us. We've been in business, to Mike's comments, with Target and Walmart nearly 20 years, so those businesses have significantly more size and scale than Simple Joys does. But the Simple Joys team has done a terrific job in improving the profitability of Simple Joys exclusive brands in total are a very margin-rich business for us. We've been pleased with that.

    Susan Anderson — B. Riley FBR — Analyst

    Génial. Thanks so much. Good luck this year.

    Michael D. Casey — Chairman and Chief Executive Officer

    Je vous remercie.

    Opérateur

    And next, we'll hear from John Morris with D.A. Davidson.

    John Morris — D.A. Davidson — Analyst

    Merci. Good morning, everybody. Congratulations on a great year.

    Michael D. Casey — Chairman and Chief Executive Officer

    Thank you, John.

    John Morris — D.A. Davidson — Analyst

    On Q1, a little bit more color about where you see SG&A coming in? It sounds like there's some — these SG&A investments that you're talking about, maybe if you can give us a little bit more color on those and how you see SG&A coming in, wondering to what degree the pressure is there?

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    I'd say we have modest growth in SG&A that we're planning for the first quarter. And it does reflect some of the investments that we have been making in technology. Some of those new capabilities has now been put in service, so we now have some higher depreciation expense that's coming through. We are continuing to spend on our website and our mobile experience in that channel which we think is really important to tracking those consumers. We're spending on some of the new tools around inventory management and assortment management, the digital design tool that Mike referenced. We're spending on information security which is an important initiative obviously for every public company to invest in. And then I'd say there's a few things more timing related in terms of timing of spend for some marketing and store-based programs which is falling a bit more into Q1 than perhaps a little bit later in the year previously. But we do expect to see the benefits of our productivity initiatives over the course of 2019. That will have offset some of the flow through of the higher investment spending.

    John Morris — D.A. Davidson — Analyst

    And then a quick follow up. I think you had mentioned that you had fallen a little bit short — I think we were talking about sort of gross margin in Q4 had fallen a little bit short in terms of your expectations of pricing capture in Q4. Any reasons behind that in particular, just kind of the slowdown that you talked about in retail or sort of a little bit more color there?

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Well, I would say the business came late for us, so I think the Black Friday selling period was perhaps not as robust as we had thought. So the consumer continues to shop closer and closer to the holiday. That's what we experienced this year. So I would say in the U.S. retail business and in Canada, we perhaps got a bit more promotional than we had originally anticipated and that had an effect on the gross margin line as did some of the additional inventory provisions that I mentioned. We did make progress in realized pricing. It just was not to the extent that we had originally planned.

    John Morris — D.A. Davidson — Analyst

    Génial. Je vous remercie.

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Bienvenue.

    Opérateur

    And that will conclude today's question-and-answer session. At this time, I would like to turn the call back over to Mr. Casey for any additional or closing remarks.

    Michael D. Casey — Chairman and Chief Executive Officer

    Thanks very much. Thank you all for joining us on the call this morning. We look forward to updating you again on our progress in April. Goodbye.

    Opérateur

    [Operator Closing Remarks].

    Duration: 62 minutes

    Appeler les participants:

    Michael D. Casey — Chairman and Chief Executive Officer

    Richard F. Westenberger — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Paul Lejuez — Citigroup — Analyst

    David Buckley — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Ike Boruchow — Wells Fargo — Analyst

    Susan Anderson — B. Riley FBR — Analyst

    John Morris — D.A. Davidson — Analyst

    More CRI analysis

    All earnings call transcripts

    Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2019 de Carter's Inc (CRI)
    4.9 (98%) 32 votes