Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2019 de Manitowoc (MTW)

Source de l'image: The Motley Fool.

Manitowoc (NYSE: MTW) Call of Earnings Q4 2019 Feb 07, 2020, 10:00 am ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants
  • Remarques préparées:

    Opérateur

    Bonne journée tout le monde. Et bienvenue à la téléconférence sur les résultats du quatrième trimestre et de l'année 2019 de Manitowoc. L'appel d'aujourd'hui est enregistré. En ce moment pour les remarques d'ouverture et les introductions, je voudrais passer la parole à Ion Warner, vice-président du marketing et des relations avec les investisseurs.

    Allez-y, monsieur.

    Ion Warner – Vice-président du marketing et des relations avec les investisseurs

    Je vous remercie. Et bonjour à tous. Et bienvenue à la téléconférence de Manitowoc pour passer en revue les performances de l'entreprise au quatrième trimestre 2019 et les perspectives commerciales pour 2020, comme indiqué dans le communiqué de presse d'hier soir. Je suis accompagné aujourd'hui de Barry Pennypacker, président et chef de la direction; et David Antoniuk, vice-président directeur et directeur financier.

    La webdiffusion d'aujourd'hui comprend une présentation de diapositives, que vous trouverez dans la section des relations avec les investisseurs de notre site Web sous Événements et présentations. Nous réserverons du temps pour les questions et réponses après nos remarques préparées. [Operator instructions] Veuillez passer à la diapositive 2. Avant de commencer, veuillez noter notre déclaration de refuge dans le matériel fourni pour cet appel.

    Au cours de l'appel d'aujourd'hui, les déclarations prospectives telles que définies dans la Private Securities Litigation Reform Act de 1995 sont basées sur l'évaluation actuelle de la société de ses marchés et d'autres facteurs qui affectent ses activités. Cependant, les résultats réels pourraient différer sensiblement de toute projection implicite ou réelle en raison d'un ou plusieurs des facteurs, entre autres, décrits dans les derniers documents déposés par la société auprès de la SEC. La société Manitowoc n'assume aucune obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d'événements futurs ou d'autres circonstances. Et avec cela, je vais maintenant passer l'appel à Barry.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Merci, Ion. Et bienvenue à tous. 2019 a été une nouvelle année de solides performances financières, marquant une excellente année d'expansion des marges et de génération de cash. Nous avons terminé l'année avec environ 200 millions de dollars en espèces.

    Et grâce à une bonne exécution opérationnelle, mise en évidence par une réduction des stocks de 91 millions de dollars au second semestre, qui a dépassé notre objectif initial de 80 millions de dollars. Grâce à des revenus essentiellement stables d'une année sur l'autre, nous avons dégagé plus de 40 millions de dollars de BAIIA ajusté supplémentaire. David fournira plus de couleur sur les états financiers de l'année. Mais je voudrais attirer votre attention sur le pourcentage d'EBITDA ajusté pour l'année.

    C'était 8,5%. Cela représente une amélioration de 220 points de base d'une année à l'autre et prouve que 10% n'est pas trop loin si les conditions du marché coopèrent. Un grand hommage à notre capacité à conduire une amélioration progressive dans tout ce que nous faisons. Notre performance financière est le résultat de près de 5 000 employés travaillant ensemble en équipe et apportant des améliorations quotidiennes à l'entreprise.

    J'aimerais prendre quelques minutes pour souligner certaines des réalisations les plus marquantes de l'année. La seule réalisation dont je suis le plus fier est nos résultats de sécurité pour 2019. Notre objectif le plus important est de créer un lieu de travail sans incident. Nos mesures de sécurité ont toujours été meilleures que la moyenne de l'industrie, mais ce n'est pas suffisant.

    Nous continuons de nous efforcer d'améliorer notre lieu de travail grâce à notre programme de réduction des risques appelé SLAM, qui signifie arrêter, regarder, évaluer et gérer. Notre activité SLAM a triplé en 2019 pour atteindre plus de 18000 évaluations dans le monde. Vous pouvez trouver des cartes SLAM à chaque flux de valeur dans toutes nos usines. Bien que nous ne soyons pas encore à zéro blessure, nous sommes absolument déterminés à atteindre cet objectif.

    En mars dernier, nous avons achevé la recapitalisation de notre structure de dette, ce qui a considérablement réduit notre coût d'emprunt et nous permet maintenant de déployer notre capital pour rechercher de multiples nouvelles options intéressantes. Nous avons maintenant la possibilité de poursuivre des objectifs d'acquisition qui nous permettront de continuer à accroître nos marges, tout en fournissant des flux de revenus récurrents stables. Bien que nous parlions d'acquisitions potentielles depuis quelques trimestres, nous avons un bon pipeline d'opportunités et resterons fidèles à nos critères disciplinés lors de l'évaluation de chaque opportunité, garantissant un bénéfice relutif au cours de l'année 1 de toute acquisition. En 2019, nous avons poursuivi nos investissements dans de nouveaux produits en introduisant 10 nouveaux modèles, tous conçus en utilisant la voix du client et mis sur le marché beaucoup plus rapidement que par le passé.

    Six de ces modèles ont été dévoilés au salon Bauma en avril dernier. La réponse des clients à nos nouveaux modèles a été exceptionnelle, car nos grues offrent la qualité que les clients attendent de nous et offrent des rendements supérieurs sur leur capital investi. Notre pipeline d'innovation reste solide et nous sommes ravis de présenter six nouvelles grues au salon CONEXPO à Las Vegas. Je ne peux pas encore partager plus de détails sur ces grues, mais je suis convaincu que ces nouveaux modèles contribueront à l'expansion continue des parts de marché et ajouteront à nos récents succès.

    Notre processus Voice of Customer a été essentiel pour franchir une nouvelle étape dans notre stratégie de croissance. Pour la première fois dans l'histoire de Manitowoc, une nouvelle grue à tour a été conçue et développée par notre équipe chinoise, spécifiquement pour le marché Asia Pac. Non seulement le temps de développement de six mois a été remarquable et beaucoup plus court que ce qui a été réalisé dans le passé, mais la grue a également rencontré une excellente acceptation par les clients, la demande dépassant nos attentes. De plus, nous avons fait de grands progrès dans l'adaptation du Manitowoc Way en continuant d'améliorer la productivité de nos opérations, d'éliminer les déchets et d'accélérer la vitesse.

    Le mois dernier, j'ai rendu visite à nos équipes dans notre centre de rechange à Lyon, France; notre usine de grues à tour à pivot supérieur à Moulins, en France; et notre usine de grues tout-terrain à Wilhelmshaven, en Allemagne. C'était évident lors de ma visite et les sites ont mis en place des actions ciblées qui touchent la sécurité, le 5S, le TPM, le SMED et le flux monobloc. Cependant, mon plus grand point à retenir a été le changement de mentalité par rapport au Manitowoc Way. La culture du travail est utilisée pour définir l'entreprise, la culture est un ensemble d'attitudes, de valeurs, d'objectifs et de pratiques partagées qui caractérisent une organisation institutionnelle.

    Après avoir réfléchi à mes visites d'usines et à d'autres, je reste convaincu que la culture que nous nous sommes fixé pour objectif d'atteindre avec les principes directeurs de The Manitowoc Way continue de transformer notre organisation. Si mes mots ne définissent pas notre culture, personne ne peut prétendre que nos résultats le font. La pensée Lean fait partie de notre ADN opérationnel. Je voulais passer une minute à parler de notre installation polyvalente du marché secondaire à Lyon, en France.

    Manitowoc a fusionné trois installations en une seule afin d'améliorer la vitesse et l'efficacité et de servir nos clients de grues mobiles et à tour grâce à la disponibilité des pièces, à la formation et au service. En 2019, nos taux de remplissage des stocks de pièces ont atteint des niveaux records supérieurs à 90%. Nos lignes de commande sont remplies le jour même à partir du stock disponible et nous avons expédié plus de 225 000 articles l'année dernière. La vitesse des commandes de pièces à l'expédition s'améliore constamment, et nos clients bénéficient de cette consolidation.

    L'installation a attiré certains des experts en grue les plus qualifiés au monde pour devenir des formateurs et développer la capacité du réseau de service mondial de Manitowoc. Nos techniciens de service sur le terrain tirent beaucoup de valeur de cette centralisation avec à la fois les compétences du centre de formation et du centre de distribution de pièces. Nous travaillons déjà sur la façon d'automatiser l'utilisation de notre CraneSTAR Diag via une application pour aider nos techniciens lorsqu'ils sont envoyés sur une grue qui a besoin de service, améliorant finalement l'expérience de nos clients avec la grue. Excellent travail après-vente équipe.

    Je suis fier de ce que nous avons accompli en 2019, ainsi que du reste de nos flux de valeur à l'échelle mondiale, qui contribuent à générer les résultats financiers dont David discutera ensuite. David?

    David Antoniuk – Premier vice-président et directeur financier

    Merci, Barry. Et bonjour à tous. Passons à la diapositive 3. Nos commandes du quatrième trimestre ont totalisé 472 millions de dollars, une baisse de 3%, comparativement à 486 millions de dollars de commandes l'an dernier.

    Sur une base neutre en devises, les commandes du quatrième trimestre ont diminué de 9 millions de dollars ou 2%. La campagne hivernale du quatrième trimestre dans notre activité Tours européennes a entraîné une augmentation des commandes régionales d'une année sur l'autre, mais cette augmentation a été plus que compensée par les baisses dans la région des Amériques. Notre carnet de commandes de clôture de 475 millions de dollars en 2019 était en baisse de 29% par rapport à l'année précédente, 28% sur une base neutre en devises. La diminution du carnet de commandes est principalement due à une baisse dans la région Amériques.

    Au quatrième trimestre, les ventes nettes de 463 millions de dollars étaient légèrement inférieures à nos attentes et ont diminué de 52 millions de dollars ou 10% par rapport à il y a un an, chacune de nos trois régions enregistrant une baisse sur douze mois. Les ventes nettes ont été défavorablement impactées d'environ 1% par les variations des taux de change. Notre BAIIA ajusté pour le quatrième trimestre était de 31 millions de dollars, essentiellement stable d'une année à l'autre. La baisse de la marge brute associée à la baisse des ventes a été complètement compensée par la réduction des frais d'ingénierie, de vente et d'administration.

    En pourcentage du chiffre d'affaires, la marge d'EBITDA ajusté s'est améliorée à 6,7% du chiffre d'affaires, 70 points de base par rapport à l'année précédente et marque notre 11e trimestre consécutif d'amélioration de la marge d'EBITDA d'une année sur l'autre. Au cours du quatrième trimestre, nous avons engagé environ 2 millions de dollars de frais de restructuration, principalement liés aux indemnités de départ européennes. Notre bénéfice dilué par action pour le trimestre était de 0,26 $. Sur une base ajustée, le bénéfice dilué par action s'est amélioré de 0,19 $ par rapport à l'exercice précédent pour s'établir à 0,35 $ par action diluée.

    La baisse des intérêts débiteurs et des charges fiscales, conjuguée à des transactions en devises favorables, ont été les principaux contributeurs à l'augmentation sur douze mois du BPA ajusté. Passage à la liquidité. Nos flux de trésorerie d'exploitation ajustés au cours du trimestre étaient exceptionnels, car nous avons généré 145 millions de dollars, une amélioration de 109 millions de dollars par rapport à l'exercice précédent. Cette évolution est due à la réduction significative des stocks et à de solides encaissements.

    Notre solde de trésorerie de fin d'année s'est amélioré de 59 millions de dollars pour s'établir à 199 millions de dollars, sans aucun emprunt en cours sur notre ABL. Je voudrais maintenant récapituler les résultats pour l'année entière. 2019 a été une autre année réussie d'exécution opérationnelle et une expansion continue des marges malgré notre baisse d'un trimestre à l'autre. Les ventes nettes de l'année ont totalisé 1,834 milliard de dollars, légèrement en dessous de l'année précédente.

    Les ventes nettes de l'exercice ont été négativement affectées par 44 millions de dollars en raison de variations défavorables des taux de change. En tenant compte des taux de change, les ventes nettes auraient augmenté de 31 millions de dollars ou 2%. Comme Barry a souligné l'importance de notre activité de rechange dans ses remarques précédentes, notre objectif est d'augmenter notre flux de revenus récurrents. En 2019, notre chiffre d'affaires après-vente a augmenté de 2% sur une base neutre en devises, avec des marges globales en amélioration.

    En pourcentage des ventes totales, notre activité sur le marché secondaire a dépassé 18% au cours du trimestre. Cela a été un facteur clé de notre excellente performance financière en 2019. Notre BAIIA ajusté s'est amélioré de 41 millions de dollars ou 35% par rapport à l'exercice précédent grâce à des revenus essentiellement stables. De plus, notre marge d'EBITDA ajusté s'est améliorée de 220 points de base à 8,5% net des ventes.

    Des mesures de tarification disciplinées, une meilleure performance de fabrication et une baisse des frais d'ingénierie, de vente et d'administration ont contribué à l'augmentation d'une année à l'autre. Notre bénéfice net ajusté des activités poursuivies pour l'année 2019 s'est amélioré de 45 millions de dollars. Le bénéfice dilué par action ajusté s'est établi à 1,89 $, une amélioration de 1,25 $ par rapport à 2019-2020. Nos rachats d'actions au cours de l'exercice ont eu une incidence favorable sur le bénéfice dilué par action d'environ 0,01 $.

    Les flux de trésorerie d'exploitation ajustés pour l'exercice se sont élevés à 148 millions de dollars, comparativement à une utilisation de 3 millions de dollars en 2019-2020. Dans les deux cas, après ajustement pour l'élimination de notre programme de titrisation des débiteurs, qui a eu lieu en 2019. Il en est résulté un taux de conversion de 220 pour 2019 % au résultat net ajusté. Au 31 décembre, notre liquidité totale s'élevait à 445 millions de dollars, comparativement à 276 millions de dollars au 31 décembre 2019-2020.

    Passons à la diapositive 4. Nous fournissons maintenant nos prévisions pour l'année 2020 comme suit: des revenus d'environ 1,6 à 1,7 milliard de dollars; BAIIA ajusté d'environ 85 millions de dollars à 115 millions de dollars; une dotation aux amortissements d'environ 35 millions de dollars à 37 millions de dollars; des frais de restructuration d'environ 4 à 6 millions de dollars; des intérêts débiteurs d'environ 28 à 30 millions de dollars; une charge d'impôt sur le résultat d'environ 11 millions de dollars à 15 millions de dollars, excluant les éléments discrets; et des dépenses en immobilisations d'environ 30 millions de dollars. Sur ce, je vais maintenant revenir à Barry.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Merci, David. Nous savons tous que l'industrie des grues est cyclique, influencée par de nombreux facteurs. En regardant 2020, nous voyons une incertitude continue dans les conditions économiques mondiales. La crise sanitaire en Chine, les frictions géopolitiques dans les régions en développement du monde, la chute du Brexit et les élections aux États-Unis, contribuent tous à une ère de conservatisme dans la demande de nos produits.

    En Amérique du Nord, nous ne sommes pas seuls à faire face à ce qui semble être un ralentissement de la construction dans la demande du marché final du pétrole et du gaz. Nous surveillons attentivement l'activité de vente au détail et prévoyons que CONEXPO sera le baromètre des conditions du marché pour 2020 en Amérique du Nord. En EURAF, l'activité des commandes au quatrième trimestre s'est améliorée d'une année sur l'autre. Nous continuerons de surveiller les conditions du marché et de gérer de manière proactive nos calendriers de construction comme nous l'avons toujours fait.

    Dans la région MEAP, nous continuons d'être encouragés par les niveaux de demande, en particulier en Australie. Mais la possibilité d'une nouvelle propagation des coronavirus en Chine pourrait entraîner une fermeture de l'usine plus longue que prévu, ce qui complique nos perspectives. La demande au Moyen-Orient reste à la traîne par rapport aux niveaux historiques, mais commence à montrer des signes de vie ici dans un passé récent. Nous ne sommes pas inactifs, mais suivons plutôt de manière proactive notre feuille de route stratégique pour atteindre nos objectifs à long terme.

    En tirant parti de notre structure de coûts flexible et en nous concentrant sur les articles sous notre contrôle, nous sommes prêts à répondre rapidement aux changements de la demande en adaptant nos calendriers de production selon les circonstances. Une partie de la gestion d'une entreprise cyclique consiste à faire face aux faits brutaux. Nos prévisions reflètent notre réflexion actuelle sur les conditions du marché à l'échelle mondiale, ce qui se traduit par une baisse des prévisions de revenus pour 2020. Tout comme vous, nous n'aimons pas cela.

    Mais notre histoire le montre, nous y faisons face de manière proactive et nous le ferons. Nous jouerons la main qui nous est donnée et en continuant à nous concentrer sur nos clients, nos actionnaires et nos employés et en ciblant nos investissements sur ceux qui rapportent le plus, nous positionnerons Manitowoc positivement lorsque les conditions du marché s'amélioreront. Avec cela, opérateur, veuillez ouvrir la ligne pour les questions.

    Questions et réponses:

    Opérateur

    Oui monsieur. Je vous remercie. [Operator instructions] Et nous répondrons à notre première question de Jamie Cook du Credit Suisse.

    Jamie Cook – Credit Suisse – Analyste

    Salut. Bonjour. Je suppose, juste ma première question juste sur les conseils, je pense, avec le milieu de la baisse des ventes, cela suppose une sorte de décrémentation de l'ordre de 30%. Alors, pouvez-vous me présenter quelques-unes de vos hypothèses sur la ligne d'ingénierie, de vente et d'administration et sur la ligne de marge brute? J'espérais juste qu'il y aurait un peu plus d'occasions de tenir une meilleure décrémentation ou peut-être que c'est juste que nous avons trop coupé.

    Donc je suppose, d'abord là-bas. Et puis, je suppose, ma deuxième question, comment vous envisagez en quelque sorte les flux de trésorerie disponibles pour 2020. Merci.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Eh bien, Jamie, il y a toujours pour nous au sein de nos frais ACG des réductions. Nous vous donnons ce que nous pensons être notre meilleur look actuellement, mais soyez assurés qu'avec le niveau de frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux que nous avons dans l'entreprise, nous n'avons certainement pas fini de tirer les leviers que nous devons tirer. Et nous allons, en fonction des conditions du marché, assouplir cela en fonction de ce que nous devons accomplir pour nos clients à l'avenir. En ce qui concerne les diminutions, je cède la parole à David et au cash-flow libre.

    David Antoniuk – Premier vice-président et directeur financier

    Ouais. Salut, bonjour, Jamie. Donc, juste pour vous rappeler, nous avions précédemment communiqué une attente de 25% à 30% sur le BAIIA et la baisse des revenus. Et si vous vous souvenez, au deuxième trimestre de 2019, nous avons constaté un règlement juridique favorable de 9 millions de dollars.

    Donc, après avoir pris cela en considération et en utilisant le point médian de notre orientation, nous refléterions le flux dans cette plage. Et je crois que cela représente environ 26%, alors que l'exclure, vous donnerait la diminution d'un peu plus de 30%. Et puis, en ce qui concerne votre deuxième question sur les flux de trésorerie disponibles, nous prévoyons entre 30 et 60 millions de dollars de flux de trésorerie disponibles en 2020 sur la base de nos hypothèses de revenus actuelles.

    Jamie Cook – Credit Suisse – Analyste

    Je vous remercie.

    Opérateur

    Votre prochaine question viendra de Mig Dobre avec Baird.

    Mig Dobre – Baird – Analyste

    Je vous remercie. Bonjour à tous. Je voulais aussi poser une question sur l'orientation, du côté des revenus. Donc, à mon avis, si je regarde les commandes de 2019, vous aviez environ 1,64 milliard de dollars.

    Le point médian de vos prévisions pour 2020 est de 1,65 milliard de dollars. Est-ce que vous dites essentiellement que la demande sera aplatie par rapport à 2019 et 2020? Ou selon vos propres hypothèses, prévoyez-vous une certaine érosion de l'arriéré au cours de l'année?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Nous pensons que les conditions du marché à l'échelle mondiale resteront constantes pour l'année. Mais nous pensons que nous allons manger dans l'arriéré.

    Mig Dobre – Baird – Analyste

    L'arriéré serait donc légèrement inférieur. Je suppose que j'essaie juste de comprendre exactement comment vous pensez de la demande, juste de la demande pure en termes de commandes pour 2020 par rapport à 2019? Et d'après ce que vous dites, vous vous attendez à ce que les commandes soient peut-être légèrement inférieures.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Modérément plus bas à plat. Comme je l'ai dit dans mes remarques préparées, je veux dire qu'une grande partie de ce que nous pourrons accomplir cette année dépendra de la CONEXPO. CONEXPO a toujours été un salon de la prise de commandes. Nous savons par expérience, ainsi qu'en discutant régulièrement avec certains des clients avec lesquels nous parlons, qu'ils viendront avec leurs bons de commande en main.

    Nous ne nous attendons pas à ce que le bon de commande en main soit beaucoup plus fort que ce que nous avons présenté l'année dernière. Mais nous ne nous attendons certainement pas à une baisse spectaculaire.

    Mig Dobre – Baird – Analyste

    OK, très utile. Et puis, mon suivi, en ce qui concerne la façon dont vous pensez à votre propre cadence de production tout au long de l'année, compte tenu de vos perspectives de chiffre d'affaires, quelque chose à appeler en termes de premier semestre, deuxième semestre ou premier trimestre, en particulier?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Nous croyons que notre premier semestre – je vais juste revenir en arrière et dire que l'année entière, nous l'avons vu de la saisonnalité normale au cours des quatre dernières années.

    Mig Dobre – Baird – Analyste

    D'accord. Merci, Barry.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Je vous en prie.

    Opérateur

    Nous allons maintenant prendre notre prochaine question de Stephen Volkmann avec Jefferies.

    Stephen Volkmann – Jefferies – Analyste

    Salut, bonjour les gars. En fait, j'aimerais revenir à la question de Jamie, si possible. Et Dave, merci pour la vue sur les marges décrémentielles. Je suppose que beaucoup d'entre nous et peut-être que c'est de notre faute, mais nous supposons en quelque sorte que le scénario de base est décrémentiel de 25% à 30%, mais vous auriez alors la possibilité de rajouter divers avantages de restructuration et / ou allégés en plus de cela.

    Et évidemment, vous l'avez fait en 2019 et vous avez eu une excellente performance de marge. Et donc je suppose que la question est, êtes-vous à court de fruits bas sur le côté de la marge, et maintenant vous êtes juste en quelque sorte le caprice du marché dans une certaine mesure? Ou y a-t-il encore des améliorations internes importantes que vous pouvez apporter à l'avenir? Et si oui, pourquoi les perspectives prudentes sur les marges?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Eh bien, pour être honnête avec vous, les perspectives prudentes sur les marges sont parce que nous sommes une équipe de gestion conservatrice. Mais pour moi de m'asseoir ici et de dire que je me sentais à long terme, et je crois toujours qu'à long terme, nous pouvons obtenir des marges d'exploitation de 10% et des marges d'EBITDA dans cette entreprise, pour dire que je pense que nous n'avons besoin que du marché pour le faire c'est absurde. Bien sûr, comme je l'ai dit, j'ai visité trois de nos plus grandes installations en Europe au mois de janvier. Et il n'y a pas un seul établissement dans lequel je me suis rendu, où je dirais: "Oh mon Dieu, nous n'avons plus la possibilité d'augmenter la marge." Donc, la façon Manitowoc, la culture est bien vivante.

    Mais lorsque nous prenons la réduction des revenus que nous avons cette année couplée au fait que les conditions du marché sont à peu près stables sur une base mondiale, ce qui ne vous amène pas à l'opportunité, selon nous, d'augmenter le prix, peut-être devoir donner certains prix en arrière, nous devons compenser cela avec les améliorations de l'usine. Par conséquent, c'est pourquoi je dirais que nous ne pourrons jamais nous asseoir ici et dire que nous n'avons plus de possibilités d'expansion des marges du point de vue de notre plan. David, tu peux prendre le reste?

    David Antoniuk – Premier vice-président et directeur financier

    Oui. Alors Steve, merci beaucoup pour votre question. Je pense que lorsque nous regardons où nous en sommes actuellement dans le plan. Et nous examinons le phasage de notre carnet de commandes et où nous en sommes actuellement, je pense que cela reflète généralement notre approche selon laquelle l'entreprise continue de fonctionner sur un carnet de commandes plat à légèrement en baisse.

    Et selon la façon dont cela se traduira par des actions plus tard cette année, très probablement. Donc, à ce stade, structurellement, l'entreprise est telle quelle. Et cela suppose où notre prise de commandes sera relative à l'année entière.

    Stephen Volkmann – Jefferies – Analyste

    Y a-t-il quelque chose qui se passe en termes de mixage qui pourrait être un vent contraire pour la marge en 2020?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Absolument.

    David Antoniuk – Premier vice-président et directeur financier

    Oui, nous avons des problèmes de mix de produits qui font partie de la famille de produits. Donc, lorsque je regarde où se trouvent nos produits à marge élevée, nous constatons probablement une baisse, même au sein des catégories de produits, des produits à marge plus élevée étant substitués à des produits à marge plus faible dans cette famille de produits. Donc, le mélange joue également un problème.

    Stephen Volkmann – Jefferies – Analyste

    Merci les gars.

    Opérateur

    Notre prochaine question vient d'Ann Duignan avec JP Morgan.

    Thomas Simonitsch – J.P.Morgan – Analyste

    Désolé, j'étais muet. Voici Thomas Simonitsch pour Ann. Pourriez-vous peut-être simplement donner un peu plus de couleur sur la tendance des commandes du quatrième trimestre dans les Amériques par produit, en particulier si vous avez constaté une nouvelle détérioration des marchés du pétrole et du gaz?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Oui. Donc, je veux dire, nous ne donnons généralement pas par les détails de la gamme de produits, mais dans mes remarques préparées, j'ai indiqué que nous avons eu une augmentation des commandes dans notre région Europe sur une base annuelle qui était plus que compensatoire baisse dans les Amériques. Et c'est pourquoi Barry a indiqué qu'attendre et voir comment CONEXPO sortait parce que nous ne savons pas vraiment combien de commandes sont mises en rayon jusqu'à ce que CONEXPO arrive. Les commandes étaient donc en baisse en Amérique et en Europe.

    Thomas Simonitsch – J.P.Morgan – Analyste

    D'ACCORD. Et juste un suivi sur CONEXPO. Vous notez les modèles de commande potentiels autour du spectacle. Mais pouvez-vous clarifier les coûts attendus liés au spectacle au premier trimestre?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    C'est environ 3 millions de dollars.

    Thomas Simonitsch – J.P.Morgan – Analyste

    Merci beaucoup.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Je vous en prie.

    Opérateur

    La question suivante vient de Jerry Revich avec Goldman Sachs.

    Jerry Revich – Goldman Sachs – Analyste

    Oui. Salut. Bonjour. Vous avez pu, en livrant de nouveaux produits, les livrer à de meilleures marges de fabrication.

    Pouvez-vous simplement parler des produits que vous allez livrer pour CONEXPO plus tard cette année, de la marge intégrée améliorée intégrée, mais je suppose que vous configurez ces produits au moment où nous nous dirigeons vers production?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Eh bien, pas vraiment parce que nous ne fournissons pas vraiment cela. Mais ce que je dirais, c'est que nous ne le faisons pas – lorsque nous introduisons la nouvelle grue, il y a tellement de frais généraux associés au coût des prototypes, en particulier, pour tester ces grues. Mais nous ne nous attendons vraiment pas à ce qu'au cours des six à neuf premiers mois, la marge augmente grâce à l'introduction du nouveau produit. Et peut-être que David pourrait fournir un peu plus de couleur à ce sujet.

    Mais vraiment, ce que nous faisons, c'est la façon dont nous tenons compte, c'est que ces coûts de prototype doivent être absorbés par les revenus. Et puis après cela, la période de six à neuf mois, c'est quand nous voyons vraiment l'expansion de la marge nous revenir.

    David Antoniuk – Premier vice-président et directeur financier

    Et Barry, oui, juste pour ajouter à cela, Jerry. Donc, ce qui finit par arriver, c'est que nous construisons des grues prototypes qui vont ensuite dans notre inventaire que nous utilisons pour tous les tests pendant une période assez longue et ces grues sont probablement à un niveau de coût plus élevé associé en raison des exigences de temps et de tout. . Et puis, une fois que nous avons un dispositif de plan de vente pour cela, ce que nous faisons ensuite, nous passons à l'externalisation et nous nous retrouvons avec des coûts d'approvisionnement inférieurs pour une grande partie du matériel utilisé dans cette grue. C'est donc une marge plus faible au début et les marges s'améliorent avec le temps.

    Jerry Revich – Goldman Sachs – Analyste

    Et David, quand vous dites mieux, je suppose que cela signifie mieux que la gamme de produits qui est remplacée.

    David Antoniuk – Premier vice-président et directeur financier

    Correct.

    Jerry Revich – Goldman Sachs – Analyste

    Et puis, bien sûr, vous avez bien contrôlé les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux en 19. Et compte tenu des perspectives de ventes pour 2020, prévoyez-vous être en mesure de réduire les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux en ligne avec la baisse du chiffre d'affaires? Ou est-ce que cela baisse un peu?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Nous allons continuer de cibler les réductions des frais ACG. Comme je l'ai dit, nous sommes toujours en train de transformer le portefeuille. Et nous avons ciblé les investissements à réaliser, notamment en Europe en matière d'émissions. Ce sera donc presque une partie fixe des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux pour l'année, ce qui ne nous permettra pas d'en tirer une réduction substantielle.

    Mais soyez assurés que chaque dollar de frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux est constamment surveillé et que nous sommes loin de pouvoir tirer les leviers.

    David Antoniuk – Premier vice-président et directeur financier

    Et puis, Jerry, juste pour ajouter à ce que Barry a dit, sachez simplement qu'au cours du deuxième trimestre, les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux ont été favorablement touchés par environ 9 millions de dollars.

    Jerry Revich – Goldman Sachs – Analyste

    D'accord, merci.

    Opérateur

    Notre prochaine question vient de Mike Shlisky de Dougherty & Company.

    Mike Shlisky – Dougherty and Company – Analyste

    Hé, bonjour les gars. Dans la question précédente, vous aviez mentionné que vous deviez peut-être redonner du prix cette année dans certains cas. Je me demandais si vous pouviez nous donner une idée de quelles parties du monde pourraient se produire? Et s'il existe des opportunités dans d'autres parties du monde pour obtenir un meilleur prix?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Eh bien, nous cherchons toujours l'opportunité d'augmenter les prix. Mais quand vous voyez les choses que certains de nos concurrents font qui semblent irrationnelles, nous devons être en mesure de participer aux marchés que nous avons ciblés pour des gains de part. Donc je suppose que c'est une façon hétéroclite de dire que lorsque nous pensons que les revenus aux États-Unis vont baisser autant qu'ils le sont selon nos prévisions actuelles, nous avions vu pour nous penser que nous n'aurions pas à donner un certain prix.

    Mais nous nous battrons aussi dur que possible pour garder ce que nous avons fait sur le marché. Et dans certains cas, nous nous sommes déjà éloignés de certaines entreprises en raison de la tarification folle qui arrive de certains de nos concurrents. Ce n'est donc pas une stratégie, croyez-moi, pour rendre le prix, mais stratégiquement quand nous en avons besoin, nous le ferons.

    Mike Shlisky – Dougherty and Company – Analyste

    Bien-sûr. Merci. Et mon autre question, mon suivi est, j'étais plutôt content de voir que vous avez connu une croissance du marché secondaire en 2019 sur une base de devise constante, ce qui était super à voir. Pensez-vous qu'il existe des opportunités de croissance supplémentaire ici en 2020? Et pouvez-vous simplement nous expliquer quelques-unes de nos initiatives et stratégies pour l'année à venir?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Absolument. Comme j'ai essayé de télégraphier un peu dans nos remarques préparées, en Europe, nous essayons d'utiliser la technologie que nous avons déjà intégrée dans les grues avec CraneSTAR Diag, notre outil de diagnostic, avec nos militaires qui sont maintenant tous colocalisés à Lyon , France, afin qu'ils puissent réellement – lorsqu'un appel arrive d'un client, nos personnes de remplissage qui prennent la commande d'un service peuvent se connecter à la grue, voir quel est le problème, donner au technicien les pièces dont il a besoin pour réparer la grue et l'expédier en conséquence. Nous sommes donc absolument déterminés à nous concentrer sur le marché secondaire. Et comme je l'ai dit dans le passé, c'est une partie substantielle de notre stratégie d'acquisition pour nous assurer que tout ce que nous faisons de manière inorganique vise à augmenter notre pourcentage de revenus récurrents des ventes.

    Mike Shlisky – Dougherty and Company – Analyste

    D'ACCORD. Mais juste pour clarifier. Si les gens achètent un peu moins de nouveaux cette année et choisissent d'utiliser leurs anciennes grues, il existe des opportunités de revenus supplémentaires pour les pièces justes – des revenus de pièces justes pour l'année à venir?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Hétéro, oui, absolument.

    Mike Shlisky – Dougherty and Company – Analyste

    Barry, merci beaucoup.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Je vous en prie.

    Opérateur

    Nous allons maintenant répondre à notre prochaine question de Seth Weber de RBC Marchés des Capitaux.

    Seth Weber – RBC Marchés des Capitaux – Analyste

    Hé, bonjour les gars. Je suppose que, pour environ 5 millions de dollars de dépenses de restructuration en 2020, qui seront en baisse par rapport à 2019, que recherchez-vous pour devenir plus agressif avec certaines restructurations et certaines mesures supplémentaires concernant les installations? Je veux dire, que faudrait-il, je suppose, pour que vous puissiez amener cela à un autre niveau à ce stade étant donné les conditions de marché actuellement assez mitigées? Merci.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    D'ACCORD. Donc, en Amérique du Nord, nous avons une installation, non? Je veux donc dire que nous allons procéder à une rationalisation des installations en Amérique du Nord, je pense, ce n'est tout simplement pas dans les cartes. Vous m'avez également entendu dire que dans mes remarques préparées, notre taux de commandes européennes au cours du trimestre était en hausse. Donc, penser que nous sommes dans une situation où nous allons pouvoir faire une rationalisation rapide de l'usine en Europe avec nos taux de commande en hausse n'est pas non plus dans les cartes.

    Cela laisse donc notre opération en Chine. Et au contraire, nous allons étendre notre présence en Chine, il n'y aura donc pas de restructuration là-bas. Nous savons donc où iront les 5 millions de dollars. Au-delà de cela, nous continuerons à vous mettre à jour au cours de l'année.

    Seth Weber – RBC Marchés des Capitaux – Analyste

    OK très bien. Deuxièmement, juste une question de suivi. Les dépenses de garantie des produits ont augmenté. Y a-t-il quelque chose de notable que vous appelleriez? Y a-t-il un produit ou un site particulier qui vous pose des défis? Merci

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Je dirais simplement que c'est – vous avez raison, la garantie des produits augmente un peu d'une année à l'autre. C'est principalement en Europe, où nous voyons certaines de ces choses, mais nous ne donnons généralement pas de détails à ce sujet. Nous avons adopté une approche conservatrice quant aux garanties des produits. Et nous pensons que certains des changements que nous allons apporter et certaines des choses que nous allons déployer sur le terrain aideront cela.

    Je dirais donc que c'est juste des problèmes de démarrage sur de nouveaux produits et normaux d'un point de vue normal, mais rien d'extraordinaire, Seth. Nothing structurally that I would say is the driver.

    Seth Weber — RBC Capital Markets — Analyst

    OK, and so just to go back to Mike's question on pricing. I think it was Mike's question. Is that a function of — are the competitors getting aggressive because there's too much industry inventory? How would you characterize industry inventory, I guess? Merci.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Oui. I mean, in the U.S., there's a lot of industry inventory. I mean, we know where our competitors store their inventory and we do drive by and there's a lot of it there. You drive by our factories, you don't see a lot of inventory in Shady Grove.

    The inventory that you see is our dealer stock because we basically are not producing inventory. So the industry itself in North America does have, I think, a little bit too much inventory, which is why we have taken the view that we've taken in North America for this year. There's a lot of dealer inventory in North America currently.

    Seth Weber — RBC Capital Markets — Analyst

    I appreciate it, guys. Merci beaucoup.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Je vous en prie.

    Opérateur

    We will now take our next question from Stanley Elliott with Stifel.

    Stanley Elliott — Stifel Financial Corp. — Analyst

    Hey, good morning, guys. Thank you for squeezing me in. A quick question on the products that you're going to launch or show at CONEXPO, how quickly can you ship those products? Is that going to be later 2020 event? And then curious to what extent the prototyping within that is impacting kind of the 200-basis-point delta on the margins?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Some of the products will be available for sale immediately and some of the products might — one of the products might go as late as the beginning of 2021 for shipments.

    Stanley Elliott — Stifel Financial Corp. — Analyst

    Parfait. Then, Dave, we talked about kind of the $30 million to $60 million of free cash flow, kind of what are expectations for inventory because I imagine you've got — obviously, you've got the sales decline, but then I would imagine there's going to be some level of build just to support all of the six new launches. So how do we think about ending inventory into 2020?

    David Antoniuk — Senior Vice President and Chief Financial Officer

    Oui. So great question, Stanley. I think, generally speaking, we feel we have opportunities in our inventory. And that's surely baked into our guidance of $30 million to $60 million in free cash flow.

    And it's one of the primary drivers of it.

    Stanley Elliott — Stifel Financial Corp. — Analyst

    Perfect, guys. Merci beaucoup. Thanks a lot.

    David Antoniuk — Senior Vice President and Chief Financial Officer

    Je vous remercie.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Je vous remercie.

    Opérateur

    [Operator instructions] We will now take a follow-up from Mig Dobre with Baird.

    Mig Dobre — Baird — Analyst

    Salut les gars. Thanks for taking the follow-up. I appreciate the color on new equipment pricing. But I also know quite a bit about used crane prices.

    Is there any color that you can give us there? And if you can also comment by geography? I'd be curious on that as well. Merci.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    We track most of our — the used inventory in the U.S. We don't own very much of it any longer. We did do a good job, in my opinion, of liquidating most of that. It's almost a pause, if you will, in used equipment sales outside of the U.S.

    Some of that has to do with the aggressive nature of the Chinese, the Belt and Road countries. A substantial portion of the used cranes that used to leave the U.S. went to regions where the Chinese have now infiltrated with their lower-priced cranes. However, we still believe that as we see South America, particularly, Brazil, begin its recovery, we believe there is a market for the cranes that are used here in the U.S.

    And I believe that we will continue to see opportunities.

    Mig Dobre — Baird — Analyst

    And I'm sorry if I missed this, but as far as U.S. used crane prices?

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Stable.

    Mig Dobre — Baird — Analyst

    Génial. Appreciate it. Je vous remercie.

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    Je vous en prie.

    Opérateur

    And that does conclude our question-and-answer session for today. I would now like to turn the conference back over to Mr. Warner for any additional or closing remarks.

    Ion Warner — Vice President of Marketing and Investor Relations

    Je vous remercie. Before we conclude today's call, please note that a replay of our fourth-quarter 2019 conference call will be available later this morning by accessing the investor relations section of our website at www.manitowoc.com. Thank you, everyone, for joining us today and for your continued interest in The Manitowoc Company. We look forward to speaking with you again next quarter.

    Have a good day, everyone.

    Opérateur

    [Operator signoff]

    Duration: 42 minutes

    Appeler les participants:

    Ion Warner — Vice President of Marketing and Investor Relations

    Barry Pennypacker – Président et chef de la direction

    David Antoniuk — Senior Vice President and Chief Financial Officer

    Jamie Cook – Credit Suisse – Analyste

    Mig Dobre — Baird — Analyst

    Stephen Volkmann – Jefferies – Analyste

    Thomas Simonitsch — J.P. Morgan — Analyst

    Jerry Revich — Goldman Sachs — Analyst

    Mike Shlisky — Dougherty and Company — Analyst

    Seth Weber — RBC Capital Markets — Analyst

    Stanley Elliott — Stifel Financial Corp. — Analyst

    More MTW analysis

    Tous les relevés d'appel des gains

    Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2019 de Manitowoc (MTW)
    4.9 (98%) 32 votes