Transcription des résultats du quatrième trimestre 2019 de Genworth Financial Inc (GNW) …

Source de l'image: The Motley Fool.

Genworth Financial Inc (NYSE: GNW) Call of Earnings Q4 2019 5 février 2020, 9 h 00 HE

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants
  • Remarques préparées:

    Opérateur

    Bonjour, mesdames et messieurs, et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du quatrième trimestre 2019 de Genworth Financial. Je m'appelle Derek et je serai votre coordinateur aujourd'hui. [Operator Instructions] Nous animerons une séance de questions-réponses vers la fin de cette conférence téléphonique. [Operator Instructions]

    J'aimerais maintenant confier la présentation à Tim Owens, vice-président des relations avec les investisseurs. M. Owens. Vous pouvez continuer.

    Tim Owens – Vice-président des relations avec les investisseurs

    Merci, opérateur. Bonjour à tous et merci d'avoir rejoint l'appel de résultats de Genworth pour le quatrième trimestre 2019. Notre communiqué de presse et notre supplément financier ont été publiés hier soir. Ce matin, notre présentation des résultats a été publiée sur notre site Web et sera référencée lors de notre appel. Nous vous encourageons à consulter tous ces documents.

    Aujourd'hui, vous entendrez notre président et chef de la direction, Tom McInerney; suivi de Kelly Groh, notre directrice financière. Suite à nos commentaires préparés, nous ouvrirons l'appel à une période de questions et réponses. En plus de nos conférenciers, Kevin Schneider, chef de l'exploitation; et Dan Sheehan, directeur des investissements, sera disponible pour répondre à vos questions.

    Au cours de la téléconférence de ce matin, nous pouvons faire diverses déclarations prospectives. Nos résultats réels peuvent différer sensiblement de ces déclarations. Nous vous conseillons de lire les mises en garde concernant les déclarations prospectives dans notre communiqué de presse et la présentation associée ainsi que les facteurs de risque de notre dernier rapport annuel sur formulaire 10-K déposé auprès de la SEC.

    La discussion de ce matin comprend également des mesures financières non conformes aux PCGR qui, selon nous, pourraient être utiles aux investisseurs. Dans notre supplément financier, notre communiqué de presse et les documents destinés aux investisseurs, les mesures non conformes aux PCGR ont été rapprochées des PCGR lorsque cela est requis conformément aux règles de la SEC.

    De plus, lorsque nous parlons de nos résultats de nos activités en Australie, veuillez noter que tous les changements en pourcentage excluent l'impact des devises. Enfin, les références aux résultats statutaires sont des estimations en raison du calendrier de dépôt des résultats statutaires.

    Et maintenant, je cède la parole à notre PDG, Tom McInerney.

    Thomas J. McInerney – Président et chef de la direction

    Bonjour et merci d'avoir rejoint l'appel d'aujourd'hui. Aujourd'hui, je concentrerai mes remarques sur l'état de notre transaction en cours avec Oceanwide. Comme nous en avons déjà discuté, y compris lors de l'Assemblée générale annuelle des actionnaires de Genworth du 12 décembre 2019, après la conclusion réussie de la vente de la participation de la société dans Genworth Canada pour environ 1,8 milliard de dollars, les deux principales approbations restantes de Genworth pour la transaction China Oceanwide sont: des GSE et du régulateur de New York, le New York Department of Financial Services. Ces organismes de réglementation avaient précédemment approuvé la transaction Oceanwide en raison du délai de clôture de la transaction compte tenu du temps qu'il a fallu pour conclure la vente de Genworth Canada, leurs approbations respectives ont expiré.

    Les GSE et la FHFA, leur organisme de réglementation, ont approuvé à nouveau la transaction, laissant l'approbation de New York comme l'approbation Genworth la plus importante. Genworth et New York ont ​​été engagés pendant des mois et ont discuté de l'examen des hypothèses du quatrième trimestre de 2019 pour Genworth Life Insurance Company de New York ou GLICNY et de la nouvelle approbation de la transaction. Dans le cadre du processus de discussion, New York a récemment déclaré à China Oceanwide et Genworth que la nouvelle approbation serait subordonnée à une contribution en capital de Genworth Financial à GLICNY. Les parties peuvent ou non être en mesure de parvenir à un compromis mutuellement acceptable et toute contribution en capital à GLICNY nécessiterait le consentement d'Oceanwide en vertu de l'accord de fusion.

    Les actionnaires de Genworth et les autres parties prenantes connaissent bien les nombreuses concessions que China Oceanwide et Genworth ont faites à divers régulateurs de Genworth depuis l'annonce de la transaction il y a trois ans et plus. Ces concessions et la volonté de China Oceanwide et de Genworth de poursuivre ce processus pendant plus de trois ans montrent clairement à quel point nous nous engageons tous deux dans la transaction. Comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, le conseil d'administration de Genworth et je crois que la transaction est la meilleure et la plus sûre alternative stratégique pour les actionnaires de Genworth. C'est également la meilleure option pour les autres parties prenantes, y compris nos assurés, nos employés et les communautés que nous desservons, en raison des avantages complets de la transaction par le biais de nos actionnaires respectifs et de toutes les parties prenantes. China Oceanwide et Genworth sont disposés à envisager des modifications de transaction et des adaptations réglementaires pour faire avancer la transaction.

    China Oceanwide et Genworth sont parfaitement conscients du juste équilibre que nous devons trouver pour accommoder chaque régulateur tout en rendant la transaction globale juste et acceptable pour tous les régulateurs et les parties prenantes qu'ils représentent. Dans le cas des principaux organismes de réglementation des assurances de l'État qui doivent officiellement approuver la transaction, le critère principal est de savoir si la transaction est ou non dans le meilleur intérêt de leurs titulaires de police respectifs. Ils ne tiennent pas compte des intérêts des actionnaires et des obligataires.

    Nous avons six régulateurs d'État en matière d'assurance qui doivent approuver la transaction. Nous avons l'approbation de cinq des six départements des assurances de l'État. Je voudrais noter que China Oceanwide et Genworth sont en train de fournir à certains régulateurs des informations supplémentaires leur permettant de confirmer leurs approbations. Le Delaware Department of Insurance est un organisme de réglementation clé pour Genworth Life Insurance Company ou GLIC. GLIC est la filiale de Genworth Life qui est l'assureur de plus d'un million de polices de SLD dans 49 États et le district de Columbia. En revanche, GLICNY a environ 76 000 polices de SLD en cours auprès des titulaires de police de New York.

    Dans le cadre du processus d'approbation de décembre 2019-2020 avec le Delaware, China Oceanwide et Genworth ont convenu d'apporter 175 millions de dollars de capital à GLIC à la clôture de la transaction. Je tiens à rappeler à tous ceux qui écoutent l'appel que nous pensons que les assurés de GLICNY et GLIC sont clairement avantagés par la transaction Oceanwide. Quel que soit le montant du capital convenu en ce qui concerne les autorités de réglementation, les contributions en capital de Genworth à GLICNY ou GLIC ne sont envisagées qu'en raison des 1,5 milliard de dollars de capital supplémentaire que China Oceanwide apporte à Genworth. Genworth n'apportera aucune contribution à l'une ou l'autre filiale en l'absence de transaction. China Oceanwide et Genworth ont fait valoir ce point à plusieurs reprises auprès de tous les régulateurs depuis le tout début de nos discussions, qui ont commencé en 2019-2020.

    China Oceanwide et Genworth continueront de collaborer avec New York. Cependant, nous pensons que nous ne pourrons pas parvenir à un accord avec New York qui soit également acceptable pour les autres organismes de réglementation des assurances d'État d'ici la fin mars. Genworth devra probablement avancer et chaque partie devra évaluer les alternatives. Au cours des trois dernières années et plus, les actionnaires et d'autres parties prenantes nous ont interrogés sur les scénarios alternatifs de Genworth. Le conseil d'administration de Genworth a évalué la valeur actionnariale des transactions China Oceanwide par rapport à de nombreuses autres alternatives au cours des trois dernières années. Chaque fois que nous avons prolongé l'accord de fusion, le conseil d'administration de Genworth, Genworth Management et nos conseillers financiers et autres conseillers externes, nous avons évalué la valeur pour les actionnaires de la transaction par rapport à la valeur de ces autres options. Chaque fois que la direction de Genworth discute de la transaction Oceanwide avec le conseil d'administration, nous pensons que c'était la meilleure et la plus sûre alternative pour les actionnaires et toutes les parties prenantes, y compris les titulaires de polices.

    La meilleure preuve à l'appui de ce point de vue est peut-être la remise actuelle du cours de l'action Genworth à l'offre de 5,43 $ par action de China Oceanwide. Genworth est prêt à aller de l'avant avec le meilleur plan B, si nous ne sommes pas en mesure de parvenir à un accord avec New York qui soit également acceptable pour la Chine dans tout l'océan.

    Comme dans le cas de la transaction China Oceanwide, notre objectif dans tout plan alternatif sera de créer la valeur la plus à long terme pour les actionnaires et les autres parties prenantes. Au cours des trois dernières années où nous nous sommes concentrés à 100% sur la clôture de la transaction China Oceanwide, Genworth a, dans le même temps, classé sur sa situation financière, livré des performances exceptionnelles dans USMI et exécuté par rapport à notre plan d'action de taux pluriannuel LTC, tous de ce qui a permis de stabiliser la situation financière de l'entreprise. Nous avons également examiné comment les extensions et concessions que nous avons faites peuvent avoir un impact sur d'autres alternatives. Heureusement, un certain nombre de mesures que nous avons prises pour accommoder les organismes de réglementation et d'autres étaient conformes aux mesures que nous devions probablement prendre dans le cadre de tout autre plan que le conseil de Genworth pourrait approuver à l'avenir.

    Les principales étapes suivantes accomplies par Genworth au cours des dernières années étaient conformes aux mesures que nous devions probablement prendre et à d'autres alternatives. Premièrement, nous avons refinancé la dette de premier rang de 597 millions de dollars échéant le 22 mai 2019-2020 avec des fonds en caisse et le financement par emprunt garanti que nous avons émis le 7 mars 2019-2020. Deuxièmement, nous avons reçu deux consentements des détenteurs d'obligations pour isoler davantage les sociétés d'assurance-vie d'USMI. Troisièmement, nous avons vendu Genworth Canada le 12 décembre 2019 à Brookfield pour 1,8 milliard de dollars. Comme nous l'avons décrit en détail dans les déclarations de sollicitation de procurations initiales des actionnaires publiées le 25 janvier 2019-2020 dans le cadre de la réunion du 7 mars 2019-2020 pour approuver la transaction China Oceanwide. Les autres solutions de rechange de Genworth, notamment la vente d'un ou de plusieurs de nos actifs d'assurance hypothécaire afin de réduire la dette au besoin pour améliorer la solidité financière et la flexibilité financière de Genworth.

    Quatrièmement, une partie du produit de la vente de Genworth Canada a été utilisée pour rembourser la dette garantie de 445 millions de dollars 2019-2020 de Genworth et la dette de premier rang de 397 millions de dollars de Genworth échéant en juin 2020. Par conséquent, à ce jour, la dette publique de Genworth a été réduite d'environ 3,6 $ à environ 2,8 milliards de dollars. Cinquièmement, à la suite de la récente réduction de la dette, la situation de trésorerie de Genworth Financial était d'environ 1 milliard de dollars. Cela représente environ 600 millions de dollars de plus que notre objectif de trésorerie et fournit une ressource importante à Genworth pour continuer à réduire sa dette parentale et à respecter ses autres obligations envers les parties prenantes. Ceci est particulièrement important compte tenu de nos échéances de 1,1 milliard de dollars de dettes dues en 2021 et des futurs paiements en espèces potentiels liés au litige AXA, dont Kelly discutera dans ses remarques.

    Nous sommes très chanceux d'avoir China Oceanwide en tant que partenaire stratégique dans la transaction plus importante. Bien que nous nous soyons tous deux engagés à 100% à conclure la transaction, China Oceanwide permet à Genworth de mettre en œuvre un nombre important d'étapes au cours des trois dernières années, que Genworth aurait probablement dû accomplir si la transaction était résiliée. Bien que les actionnaires soient mécontents du temps que ce processus a pris aujourd'hui et à juste titre, les actionnaires devraient être heureux que China Oceanwide autorise Genworth à mettre en œuvre ces cinq étapes majeures. Le conseil d'administration de Genworth et moi-même sommes très reconnaissants de la patience et de la flexibilité du président Lu's et de China Oceanwide que Genworth a dû franchir au cours des trois dernières années.

    Si nous recevons l'approbation de New York et accomplissons les autres étapes nécessaires à la clôture de la transaction Oceanwide, nous prévoyons de conclure la transaction d'ici le 31 mars 2020. Si nous ne recevons pas l'approbation de New York et devons mettre fin à la transaction, Genworth utilisera les principes suivants et le choix du meilleur plan alternatif B: créer de la valeur à long terme pour les actionnaires et les autres parties prenantes, s'appuyer sur les cinq étapes que nous avons déjà franchies, peser les risques d'exécution des options alternatives et leurs chances de succès; envisager les meilleures options possibles pour Genworth Australie ou GMA et l'assurance hypothécaire américaine ou USMI compatibles avec la création de la valeur la plus à long terme; utiliser tout produit en espèces potentiel supplémentaire généré par les options futures possibles pour protéger la valeur à long terme pour les actionnaires, ce qui pourrait inclure une réduction supplémentaire de la dette tout en rendant le capital aux actionnaires de Genworth; protéger la cote de solidité financière d'USMI, qui est absolument essentielle à la protection et à l'amélioration de la valeur à long terme d'USMI pour nos actionnaires. Et enfin, si nous ne sommes pas en mesure de conclure la transaction Oceanwide, nous annoncerons notre stratégie pour l'avenir et nous engagerons directement avec les investisseurs pour discuter de nos plans. Grâce à ce processus d'engagement, nous serons ouverts aux opinions des actionnaires sur diverses autres alternatives possibles. À la suite de cet effort, nous envisagerions d'organiser une journée des investisseurs.

    Une priorité stratégique cruciale pour Genworth est de continuer à réaliser des augmentations de primes justifiées par des calculs actuariels pour nos anciens livres de commerce de SLD. Cela restera une priorité critique dans le cadre de la transaction China Oceanwide ou de toute alternative du plan B. Nous continuons de progresser dans le cadre de notre programme d'action pluriannuel à taux majoré de SLD, ou MYRAP. À la fin de 2019, Genworth a atteint des augmentations cumulatives approuvées des primes de SLD équivalant à 12,5 milliards de dollars sur la base de la valeur actuelle nette et une augmentation de 2 milliards de dollars par rapport à la fin de 2019-2020.Je crois que c'est extrêmement important pour tous nos assurés et nos États. régulateurs. Le Genworth reste financièrement stable afin de continuer à servir ses 1,1 million de titulaires de contrats de SLD ainsi que de poursuivre ce programme d'augmentation tarifaire nécessaire et réussi qui lui permettra de s'acquitter de ses obligations futures envers nos titulaires de contrats de SLD.

    Sur ce, je céderai la parole à Kelly, qui fournira une discussion plus complète du processus d'examen des hypothèses du quatrième trimestre de 2019 et des tests de flux de trésorerie de SLD, ainsi que de nos solides résultats 2019 et de notre situation actuelle du capital.

    Kelly L. Groh – Vice-président exécutif et directeur financier

    Merci Tom et bonjour à tous. Aujourd'hui, je couvrirai nos résultats financiers du quatrième trimestre et notre examen annuel des hypothèses. Je vais également discuter des niveaux de capital dans nos entreprises et fournir des mises à jour sur les liquidités et la flexibilité de notre société de portefeuille maintenant que nous avons conclu la vente de Genworth Canada et par la suite retiré environ 840 $ [Phonetic] millions de dettes jusqu'en janvier 2020.

    Comme nous en avons discuté en détail au dernier trimestre et noté dans notre communiqué de presse, nos états financiers actuels et historiques reflètent pleinement la cession de Genworth Canada. Au cours du trimestre, nous avons constaté une perte nette liée aux activités abandonnées, composée principalement de deux éléments: premièrement, 57 millions de dollars de revenus provenant principalement de Genworth Canada, qui comprenaient un ajustement fiscal favorable au fur et à mesure que nous affinions notre situation fiscale liée à la cession qui a pris fin en décembre; et deuxièmement, une charge d'un montant de 110 millions de dollars après impôts liée à l'ancienne activité d'assurance protection des paiements de Genworth, qui a été vendue à AXA en 2015. Cette décision faisait suite à une décision de justice britannique au début de décembre 2019. Cette charge couvre un paiement intermédiaire effectué en janvier. en ce qui concerne les dommages-intérêts qui pourraient être accordés à la suite d'une audience sur les dommages-intérêts de juin. Bien qu'ils ne soient pas courants aux États-Unis, les paiements intermédiaires sont courants dans le système juridique britannique avant la détermination des dommages. Nous avons engagé le processus d'appel de certains aspects de la décision de décembre. Pour le moment, nous ne sommes pas certains du résultat final de notre appel et de l'audience sur les dommages-intérêts de juin et nous ne pouvons pas non plus estimer les montants supplémentaires qui pourraient être dus ou demandés en vertu d'une décision. À ce jour, AXA nous a soumis des factures réclamant des pertes totales sur les paiements aux clients d'environ 430 millions GBP, qui peuvent être modifiées avant l'audience sur les dommages-intérêts. AXA souhaite également une majoration fiscale des montants facturés. Nous n'avons pas encore déterminé la validité des réclamations spécifiques sur le montant de la facture qui nous a été soumise ni l'opportunité d'un processus fiscal. Les dommages feront l'objet de l'audience de juin.

    Pour en revenir aux résultats, nous avons déclaré une perte nette disponible pour les actionnaires de Genworth pour le trimestre de 17 millions de dollars et un bénéfice d'exploitation ajusté de 24 millions de dollars. Le résultat net de l'exercice 2019 s'est élevé à 343 millions de dollars, contre 119 millions de dollars en 2019-2020. Et le résultat d'exploitation ajusté pour l'exercice 2019 s'est élevé à 420 millions de dollars, contre une perte de 5 millions de dollars en 2019-2020. Nos activités d'assurance hypothécaire continuent de bien performer avec un solide ratio de sinistres aux États-Unis et des niveaux de capital très solides sur les deux plateformes. Les résultats de US Life ont été mitigés, principalement en raison d'une mise à jour des hypothèses sur l'assurance-vie universelle liée à des hypothèses de taux d'intérêt plus bas, en plus de quelques autres éléments. Le total des frais d'UL a réduit le bénéfice de 139 millions de dollars, mais a été en partie contrebalancé par la persistance de fortes mesures tarifaires en vigueur dans l'assurance soins de longue durée. À USMI, les résultats globaux continuent de refléter des fondamentaux solides, notamment des taux d'intérêt bas, une croissance économique stable, un chômage faible et des prix du logement stables. Le résultat d'exploitation ajusté d'USMI s'est élevé à 160 millions de dollars au cours du trimestre, en hausse de 23 millions de dollars en séquentiel et de 36 millions de dollars par rapport à l'exercice précédent.

    Les résultats du trimestre reflétaient des mises à jour positives des réserves de primes et des provisions pour pertes non acquises de 11 millions de dollars après impôts et de 10 millions de dollars après impôts, respectivement, les deux mises à jour reflètent les fondamentaux sous-jacents soutenus, le rendement et la baisse des taux d'intérêt. Le ratio de sinistralité déclaré au quatrième trimestre était de 4%, en baisse de 7 points par rapport au trimestre précédent et de 3 points par rapport à l'année précédente. La mise à jour de la courbe des bénéfices et des réserves au cours du trimestre a réduit le ratio de sinistralité de 6 points.

    Les nouveaux impayés pour le trimestre ont légèrement augmenté sur une base séquentielle, reflétant la saisonnalité et la hausse d'une année à l'autre avec le portefeuille en vigueur plus important. La faveur des guérisons nettes et du vieillissement s'est poursuivie mais s'est modérée à partir du premier semestre, tirée par les tendances saisonnières. L'assurance primaire en vigueur dans l'USMI continue de croître, atteignant son niveau record de 192 milliards de dollars à la fin du quatrième trimestre 2019. Ceci est en hausse de 15% par rapport à l'année dernière et reflète un niveau très élevé de nouvelles assurances souscrites compensant la persistance activité de refinancement élevée compte tenu de la baisse des taux.

    Aux États-Unis, le marché des prêts hypothécaires est demeuré solide et a augmenté par rapport à l'année précédente en raison de l'augmentation des achats et des refinancements. Notre flux de nouvelles assurances souscrites ou NIW pour le trimestre s'est élevé à 18,1 milliards de dollars, en baisse de 4% en séquentiel et en hausse de 95% par rapport à l'année précédente. Nous prévoyons que notre part de marché estimée au quatrième trimestre 2019 par USMI est restée solide. Nous continuons de gérer une attente de rendement globale au milieu de l'adolescence pour l'année comptable 2019.

    En nous déplaçant en Australie, nous avons suivi de près les tragiques incendies de brousse. Pour le moment, nous ne pensons pas que cela aura un impact significatif sur l'entreprise. Et notre exposition serait très probablement limitée à tout ralentissement économique qui pourrait survenir dans l'impact des régions. Nous travaillons avec nos partenaires prêteurs pour aider les emprunteurs qui peuvent éprouver des difficultés à la suite des incendies et nous pourrions voir une augmentation temporaire des défaillances au cours des prochains mois, suivie d'un taux de guérison plus élevé, comme nous l'avons vu lors de catastrophes naturelles passées. événements. En ce qui concerne la performance financière de l'Australie pour le trimestre, nos niveaux de nouvelles affaires de flux ont augmenté de 9% par rapport au trimestre précédent et de 28% par rapport à l'année précédente, principalement en raison de la reprise dans le marché plus élevé des VBL et du volume plus élevé de montage hypothécaire de certains clients clés. Le bénéfice d'exploitation ajusté s'est élevé à 12 millions de dollars au cours du trimestre, ce qui est resté stable en séquentiel et en baisse de 6 millions de dollars par rapport à l'exercice précédent en raison de la baisse des primes acquises et des revenus de placements. Le ratio de pertes selon les PCGR des États-Unis pour le trimestre était de 30%, en baisse de 6 points par rapport au trimestre précédent, principalement en raison de la baisse saisonnière des nouveaux défauts de paiement nets des cures et en hausse de 1 point par rapport à l'année précédente. Sur la base de la comptabilité IFRS de l'Australie, le taux de perte de 41% au cours du trimestre et le taux de perte en année pleine de 51% étaient conformes aux prévisions de taux de perte pour l'année 2019 de 45% à 55%. Comme l'an dernier, nos activités d'assurance hypothécaire en Australie ont évalué leur modèle de reconnaissance des primes au cours du quatrième trimestre, qui s'est terminé sans changement recommandé.

    Pour ce qui est de notre secteur de l'assurance-vie aux États-Unis, nous avons terminé notre examen annuel des marges actives des PCGR au quatrième trimestre. Les résultats de nos tests pour le bloc total de soins de longue durée, tant les polices souscrites depuis la fin de 1995 que le bloc ou les polices acquis souscrits avant la fin de 1995, ont donné une marge positive combinée d'environ 0,5 milliard à 1 milliard de dollars, ce qui est comparable. à 2019-2020. Je discuterai des principales mises à jour que nous avons apportées aux hypothèses dans un instant. En ce qui concerne la performance financière trimestrielle, nous continuons de constater un résultat opérationnel ajusté positif dans les soins de longue durée, stimulé par de solides résultats avec notre plan d'action pluriannuel. Les résiliations de demandes d'indemnisation continuent d'être plus faibles de façon saisonnière pour le deuxième semestre de l'année. Les taux d'utilisation des prestations sur les sinistres existants, qui ont été mis à jour chaque trimestre sur une base continue, ont eu un impact légèrement favorable sur le bénéfice du trimestre, mais pas aussi favorable qu'au trimestre précédent. Les nouveaux soins de longue durée continuent de refléter un nombre de demandes plus élevé pour nos blocs Choice 1 et Choice 2 plus importants, ce que nous prévoyons à mesure que ces blocs vieillissent. Cependant, nous avons constaté une évolution favorable des sinistres survenus, mais non déclarés ou IBNR au cours du trimestre, ce qui a plus que compensé la charge supplémentaire pour les nouveaux sinistres.

    Les avantages globaux des mesures tarifaires en vigueur pour les soins de longue durée, en particulier la réduction des répercussions sur les prestations, comme l'illustre la page 11 du document destiné aux investisseurs publié ce matin, continuent d'être solides. Cela est principalement lié aux récentes hausses de taux dans certains des plus grands États, qui sont actuellement mises en œuvre. Comme l'a noté Tom, nos approbations de 2019 sur la base de la valeur actuelle nette devraient valoir environ 2 milliards de dollars en amélioration de la marge. Comme nous en avons discuté au dernier trimestre, ces approbations d'actions tarifaires comprenaient des options de prestations réduites et de primes stables élargies, qui continuent d'être sélectionnées à une fréquence plus élevée par nos titulaires de police, car bon nombre de ces titulaires de police ont fait l'objet de plusieurs séries d'augmentations. Nous nous attendons à ce qu'un niveau significatif de libérations de réserves résultant des réductions des prestations de soins de longue durée associées aux augmentations des taux de prime se poursuive au cours de 2020. Compte tenu de la taille variable des États et des montants d'approbation mis en œuvre, ainsi que des différents choix de prestations réduites que les assurés peuvent sélectionnez, le niveau des libérations de réserves des élections à prestations réduites peut varier d'un trimestre à l'autre à l'avenir.

    Concernant nos marges de vie active, nous avons revu les hypothèses clés et mis à jour le cas échéant. Ces mises à jour comprenaient des mises à jour de routine pour les défaillances, la mortalité, les dépenses et les taux d'intérêt. Les marges 2019 incluent des mises à jour défavorables importantes pour les incidents, en particulier sur nos nouveaux produits ainsi que pour l'utilisation des avantages. Ces deux derniers éléments défavorables ont entraîné des mises à jour importantes de notre plan d'action sur les taux en vigueur, qui est essentiel à notre stratégie de gestion proactive et d'atténuation de l'expérience émergente défavorable.

    Notre vaste bloc Choix 2 et notre nouvelle expérience en matière de séries de polices continuent de se développer avec plus de crédibilité à mesure que de plus en plus de titulaires de polices font des réclamations. Notre hypothèse d'instance comprend environ 11 000 réclamations de Choice 2 et de séries plus récentes, ce qui représente moins de 5% des réclamations depuis la création du bloc global de soins de longue durée. Au fur et à mesure que nous acquérons de l'expérience, nous évaluons la crédibilité de cette expérience en développement au fil du temps dans le processus global d'examen des hypothèses. Bien que nos nouvelles hypothèses d'incidence de bloc de 2019-2020 sur ces nouveaux produits aient globalement bien performé, nous avons observé des taux d'incidence plus faibles chez les jeunes souscripteurs de moins de 75 ans, mais commençons à voir des taux d'incidence plus élevés chez les souscripteurs de plus de 75 ans par rapport à nos hypothèses initiales . Étant donné que la majorité de nos réclamations se produiront à ces âges plus avancés, il était important pour nous de refléter cette expérience émergente.

    Un autre facteur clé dans nos mises à jour d'hypothèses a été la mise à jour des taux d'utilisation des avantages à long terme. Bien que la mise à jour trimestrielle du taux d'utilisation au cours du dernier semestre ait eu des effets favorables sur les bénéfices, elle a été entraînée par de légères modifications favorables aux cellules sensibles, et l'expérience d'utilisation globale en 2019 a été défavorable à notre projection de test de marge. Nous nous attendons à ce que les taux globaux d'utilisation des prestations diminuent chaque année à mesure que les pools de prestations augmentent, et chaque année, nous recalibrons le point de départ de la tendance pour refléter l'expérience réelle. En 2019, cela s'est traduit par une baisse des marges, l'utilisation étant défavorable à nos projections.

    Un certain nombre de petites mises à jour ont également été apportées en 2019, y compris un rafraîchissement des hypothèses de taux d'intérêt et de dépenses. Pour rappel, nous actualisons nos marges PCGR en utilisant le rendement de notre portefeuille, qui évolue plus lentement que les variations des niveaux actuels des taux d'intérêt. Nos mises à jour de notre plan d'action tarifaire en vigueur incluent désormais une estimation des futures actions tarifaires approuvées d'environ 7,5 milliards de dollars, ce qui a augmenté par rapport à l'année dernière, mais compense les effets défavorables nets d'autres mises à jour d'hypothèses. Nous envisageons des mises à jour similaires alors que nous sommes en train de finaliser nos hypothèses de test de flux de trésorerie pour notre filiale de New York, GLICNY. Il est à noter que contrairement aux tests de comptabilisation des pertes GAAP qui utilisent les hypothèses de meilleure estimation, dans les tests de flux de trésorerie statutaires, les tests sont effectués sur la base de l'entité juridique avec des provisions pour écarts défavorables. Nous commençons à voir une expérience émergente concernant la gravité plus élevée de nos assurés GLICNY par rapport à l'expérience nationale, mais cette expérience limitée n'est pas encore pleinement crédible et davantage de données et d'analyses sont nécessaires.

    Nous avons historiquement utilisé l'expérience nationale pour établir des hypothèses de soins de longue durée dans les tests de flux de trésorerie pour toutes nos entités juridiques, y compris GLICNY, ce qui est conforme aux pratiques du secteur étant donné le manque de crédibilité statistique pour d'autres approches. Genworth a été un chef de file dans la reconnaissance des nombreux problèmes du secteur de l'assurance de soins de longue durée et dans la prise de mesures proactives appropriées. Nos efforts de mise à jour de notre plan d'action tarifaire pluriannuel s'alignent sur cette approche. La plupart des hypothèses d'action tarifaire supplémentaires ajoutées au plan d'action tarifaire pluriannuel de cette année sont nos nouvelles séries de produits, y compris les produits pour lesquels nous n'avons pas demandé d'augmentation tarifaire par le passé.

    Notre augmentation moyenne cumulée du taux à l'échelle nationale pour le choix 2 est d'environ 70% sans rien reçu sur le bloc le plus récent et de 200% plus pour certaines de nos anciennes séries de politiques héritées, certains États approuvant 300% plus sur certains des produits hérités. Ces nouvelles séries de produits ont également un âge atteint inférieur et une piste plus longue pour la perception des primes d'addition. Cela permet des augmentations de primes plus petites et plus gérables pour nos assurés, mais un avantage de valeur actuelle nette plus élevé pour l'augmentation de primes approuvée.

    En ce qui concerne l'assurance-vie, comme je l'ai mentionné plus tôt, nos résultats incluent une charge de 139 millions de dollars pour la vie universelle principalement liée à des frais de déverrouillage, principalement pour refléter l'environnement de taux d'intérêt plus bas ainsi que les corrections de modèle. La mortalité globale dans la vie pour le trimestre s'est améliorée par rapport au trimestre précédent et à l'exercice précédent.

    L'activité d'assurance-vie temporaire continue d'être affectée négativement par des défaillances de choc qui sont plus élevées que nos hypothèses d'immobilisation initiales, en particulier avec les grands blocs d'assurance-vie temporaire à prime de 20 ans souscrits en 1999 et 2000 qui entrent dans leurs périodes de prime post-niveau. L'amortissement total de la pile d'assurance vie temporaire, un impact hors trésorerie principalement lié à ces déchéances de la durée de vie, a réduit le bénéfice de 21 millions de dollars après impôts, ce qui est stable par rapport au dernier trimestre. Nous nous attendons à ce que l'amortissement lié aux blocs de 1999 et 2000 demeure élevé jusqu'en 2020 et au début de 2021, car une plus grande partie de cette activité entre dans la période de prime post-niveau et les caducités s'accélèrent.

    Comme pour les soins de longue durée, nous avons également terminé nos mises à jour des hypothèses actuarielles pour nos produits d'assurance-vie au cours du quatrième trimestre. Ces mises à jour d'hypothèses pour l'assurance-vie étaient principalement axées sur la mortalité, la persistance et les taux d'intérêt. La plupart de ces mises à jour étaient conformes aux hypothèses existantes dans leur ensemble, à l'exception des taux d'intérêt et de la mortalité dans le produit à terme. La charge de 139 millions de dollars après impôts sur la vie universelle de la période en cours est principalement due à l'environnement des taux d'intérêt, où la trésorerie à 10 ans a diminué de 77 points de base au cours de l'année et la courbe à terme s'est considérablement aplatie. Cette charge est hors trésorerie et représente principalement une augmentation des réserves et un amortissement accéléré des frais d'acquisition reportés. Les changements d'hypothèse de mortalité dans les produits à terme, qui n'ont eu aucun impact financier au cours de la période actuelle, se sont concentrés sur les améliorations de la mortalité au cours de la période de prime post-niveau en fonction des tendances observées et de l'expérience émergente. Ces améliorations à nos hypothèses de mortalité ont augmenté la marge du produit à terme.

    Dans nos produits de rente fixe, nous n'avons comptabilisé aucune charge liée aux tests de reconnaissance des pertes au cours du trimestre en cours, contre 13 millions de dollars comptabilisés au trimestre précédent et 17 millions de dollars l'année précédente. De plus, les réserves de notre produit de rente fixe indexé ont été réduites en raison de taux d'intérêt légèrement plus élevés par rapport au trimestre et à l'année précédents, et nos rentes immédiates ont bénéficié d'une mortalité plus élevée ou d'une longévité réduite par rapport au trimestre et à l'année précédents.

    Notre perte d'exploitation ajustée dans les sociétés et autres a été de 50 millions de dollars pour le trimestre. Cette perte était plus élevée par rapport au dernier trimestre et l'an dernier en raison principalement d'ajustements fiscaux moins favorables. Les résultats ont également reflété la hausse des dépenses par rapport au dernier trimestre en raison d'une redistribution des frais généraux et d'une baisse des dépenses par rapport à l'exercice précédent.

    Passant maintenant aux niveaux de capital, nos activités d'assurance hypothécaire aux États-Unis et en Australie continuent de maintenir des positions de capital très solides. À USMI, nous avons terminé le trimestre avec un ratio de suffisance PMIER de 138%, contre 129% le trimestre dernier. Les facteurs déterminants du trimestre sont la poursuite de la forte rentabilité, l'exécution d'une opération liée à des billets liés à l'assurance ou d'une opération ILN sur le nouveau livre écrit d'assurance de janvier à septembre 2019, et la vente de la propriété d'USMI de MI Canada contre de la trésorerie, ce qui a éliminé l'escompte PMIERs sur la société affiliée Stock. Ces facteurs ont été partiellement compensés par un dividende de 250 millions de dollars versé au cours du trimestre. Le niveau de suffisance du PMIER dépasse de plus de 1 milliard de dollars le niveau des actifs requis au 31 décembre 2019.

    Vous remarquerez que la valeur comptable que nous publions dans notre supplément financier trimestriel PCGR pour USMI a augmenté. Une grande partie de cette augmentation provient de la conversion des actions canadiennes en espèces. Cela est dû au fait que la propriété d'USMI de Genworth Canada a été éliminée lors de la consolidation dans les états financiers de Genworth Financial déposés auprès de la Securities and Exchange Commission.

    When I announced USMI's October dividend on last quarter's call, I mentioned that we expect USMI to be able to pay an annual dividend going forward based on its strong capital levels and our current plans. These plans assume favorable trends and performance continue within the business. They also assume macroeconomic factors such as the US housing market and employment levels continue to be strong but moderate from 2019's robust growth. Future dividend amounts and timing will be based upon a variety of factors, including economic factors, regulatory constraints, ratings considerations, business performance, and the transaction with Oceanwide.

    Our Australia MI business ended the quarter with an estimated capital ratio of 191%, down from 198% last quarter, which is in excess of AUD400 million above the high end of the prescribed capital amount, or PCA management target range of 132% to 144%. The decrease in Australia's capital ratio primarily reflected the special dividend of AUD100 million that was paid during the fourth quarter.

    Finalizing our US life capital levels requires completion of our ongoing statutory cash flow testing processes, including stand-alone testing requirements such as AG38, as well as the matters under consideration for GLICNY that I referred to earlier. We are currently working through these processes and will disclose results when finalized closer to our 10-K filing later this month.

    Absent any impact from cash flow testing, we would expect capital in Genworth Life Insurance Company, or GLIC, as a percentage of company action level RBC to increase compared to the 199% as of the end of the third quarter.

    The US life statutory income in the quarter benefited from earnings in long-term care from in-force rate actions as well as income in variable and fixed annuities. Additionally, during the quarter, US life executed a reinsurance transaction by consolidating and restructuring three existing captive entities that were used to finance excess statutory reserves for universal and term life insurance. This transaction increased Genworth Life and Annuity Insurance Company's capital by approximately $175 million, reducing annual financing and administrative costs by approximately $5 million to $10 million and benefited the overall GLIC consolidated RBC ratio by approximately 10 points to 15 points.

    I want to remind investors once again that as part of the initial agreement with Delaware regarding the Oceanwide transaction, Genworth will contribute $175 million to GLIC. This contribution to GLIC is a special commitment made as part of the Delaware approval process and in conjunction with the proposed transaction with Oceanwide. This is possible due to the $1.5 billion capital contribution committed as a part of that transaction. Absent any contributions made to US life subsidiaries in connection with the closing of the Oceanwide transaction, it is our intention to manage all of our US life entities, including GLICNY, on a stand-alone basis with no plans to infuse any additional capital. The US life businesses will rely on their consolidated statutory capital, prudent management of in-force blocks, and actuarially justified rate actions to satisfy policyholder obligations.

    Moving to the holding company, with the Genworth Canada sale to Brookfield complete, we ended the quarter with approximately $1.5 billion in cash and liquid assets, up from $366 million from the prior quarter. During the quarter and depicted on page 17 of the investor deck, net proceeds to the holding company from the MI Canada sale were $1.2 billion with approximately $800 million remaining after paying off the term loan. During the quarter, the holding company also benefited from $334 million in dividends, which included $250 million from USMI, $34 million from Australia's special dividend, as well as Canada's ordinary and special pre-close dividends of $50 million.

    Intercompany tax payments, which were elevated this quarter due to timing of certain items, were a source of cash to the holding company. Other miscellaneous items, primarily driven by lower cash collateral from an uptick in interest rates, increased during the quarter, benefiting cash by approximately $12 million. And Finally, offsetting these inflows during the quarter were interest payments of $44 million.

    As noted in my earlier remarks, following quarter close we paid AXA $134 million plus attorney fees and we fully redeemed the $397 million of outstanding debt due in 2020, plus accrued and unpaid interest and make-whole fees. As we manage our liquidity in 2020 and beyond, we are planning for the repayment of our intercompany note of $200 million to Genworth Life Insurance Company that is due in March of 2020, possible incremental litigation expenses with AXA damages hearing taking place in June, and approximately $1.1 billion in combined debt maturities in February and September of 2021.

    Before I conclude, we continue to receive inbound investor questions regarding the underlying components of Genworth's value we discussed on our second quarter 2019 call. As our fourth quarter results demonstrate, our US mortgage insurance subsidiary continues to be a strong business given the sustainability in favorable economic trends, its underlying new business growth, favorable loss performance, and capital initiatives. Genworth Australia has improved in value comparing the June 30, 2019 stock price to its closing trading price yesterday of AUD3.91 per share. For US life, we believe it is appropriate for investors to continue to value this business at zero given our isolation actions.

    As Tom said, we continue to believe that the Oceanwide transaction is the best and most certain outcome for our shareholders, but wanted to provide an update on these perspectives given the inquiries we have received.

    In closing, it was a strong quarter for Genworth's mortgage insurance businesses as they continued to execute on their priorities and are performing very well financially with solid earnings, robust capital levels, and significant dividends to the holding company. We remain focused on the operational progress, including our long-term care rate action plan and other strategic actions intended to improve and help stabilize our US life insurance businesses.

    With that, let's open it up for questions.

    Questions and Answers:

    Operator

    Thank you. Ladies and gentlemen, we will now begin the Q&A portion of the call. [Operator instructions] Our first question comes from Ryan Krueger with KBW. Allez-y.

    Ryan Krueger — Keefe, Bruyette & Woods — Analyst

    Hi, good morning. I had a few questions. First, can you give us any indication of the potential size of the capital contribution that New York is asking for? And then, I guess, any more perspectives on — would you be willing to make some level of capital contribution to New York to get their approval but just less than they're currently asking for?

    Thomas J. McInerney — President and Chief Executive Officer

    Ryan, that's a very good question. It's very hard to answer because we're in active discussions with New York. What I would say is China Oceanwide and Genworth are willing to make a capital contribution. The size is to be determined and to be discussed with New York. The one thing I would remind people is GLIC, Genworth Life Insurance Company is — the LTC policies, a little over a million policies, 1,040,000 I think for all 49 states, and so the 49 states have an interest in GLIC and GLIC's capital position. As part of the transaction, we did agree, as you all know, to put $175 million into GLIC. China Oceanwide and we agreed to that.

    In the case of New York, in their original approval they didn't ask for capital. They are now, and part of that is clearly the fourth quarter review and discussions we're having. One thing that I tried to say in my remarks is GLICNY is much smaller than GLIC, 76,000 policies all in New York, so it's one state, and I think part of the challenge for Genworth and Oceanwide on one side and New York on the other side is it's just not the two parties, because there are 49 other states and 49 other regulators who also have an opinion, and so one of the things that we have to keep in mind is the views of Delaware and Virginia, there our two other lead states, and then North Carolina, which is USMI, but they all have LTC policies, North Carolina, Virginia and Delaware in GLIC. So the size of any capital contribution, obviously, it's important to New York, they'll want more than less, but we do have to make sure it's reasonable given what we agreed to for the 49 state company.

    Ryan Krueger — Keefe, Bruyette & Woods — Analyst

    Is that because the capital contribution would actually come from GLIC, or would the capital contribution come from the holding company but they just want to make sure the amount is fair relative to what you agreed to put into Delaware?

    Thomas J. McInerney — President and Chief Executive Officer

    What we're talking about would be a capital contribution from Genworth Financial, the parent.

    Ryan Krueger — Keefe, Bruyette & Woods — Analyst

    D'accord. And my — just last question, I guess, related to the New York, so if you do get the approval from them before March 31st, would you be willing to extend the agreement beyond March 31st if you haven't received all the other approvals at that point, or is that comment just specific to New York?

    Thomas J. McInerney — President and Chief Executive Officer

    Another good question, Ryan. I would say that we have all the key approvals except for New York, so if we could come to a conclusion with New York soon, and we've been talking to them for many months, and they approved and their approval was acceptable to the other regulators who have approved, and we still owe a few pieces of financial information, some of it is relative to results for China Oceanwide and their recent quarters and things, but I think if New York — if we could agree with a capital amount with New York that was acceptable to China Oceanwide, acceptable to the other regulators, then I think we're ready –Genworth is ready to close. I think Oceanwide is also ready to close. As we've said before, the one remaining significant issue in China is they would have to talk to the State Administration of Foreign Exchange, or SAFE, in terms of the $2.7 billion they're paying to purchase Genworth, where is that coming from, and China Oceanwide does have significant excess cash in China, and if they were able to use that, that would cover the purchase price. However, and this has been part of the filings for more than a year, to the extent that SAFE put a limit on how much capital could come out from China, they do have a contingency plan to fund the balance of the transaction from outside of China.

    So that would be if New York — we agreed with New York, acceptable to China Oceanwide, acceptable to other regulators, we're both ready to close and then China Oceanwide, obviously is in the lead in discussions with SAFE about where the funding comes from. And therefore, we certainly — our goal is to close by the end of the first quarter. We recognize that it's been 3.5 years and we can't keep extending forever.

    Ryan Krueger — Keefe, Bruyette & Woods — Analyst

    Je l'ai. Thank you.

    Operator

    Thank you. Our next question comes from Joshua Esterov with CreditSights. Allez-y.

    Joshua Esterov — CreditSights — Analyst

    Hi, thank you. Bonjour. With regards to what you were just mentioning with China Oceanwide needing regulatory approval from SAFE, is that a process that can only start once the US regulatory —

    Thomas J. McInerney — President and Chief Executive Officer

    I didn't quite catch the last of it. Would you repeat your question, Josh? It's a good question, just in case —

    Joshua Esterov — CreditSights — Analyst

    Yes, with regard to — sure, sorry about that. With regards to China Oceanwide requesting approval from SAFE for the currency conversion and purchase, is that a process that can only start once the US regulatory process has concluded?

    Thomas J. McInerney — President and Chief Executive Officer

    So first of all, there have been other China regulatory approvals, including with the NBRC, and so that was passed on. I think the remaining issue is with SAFE. Chairman Lu, who is the owner of Oceanwide, and the Oceanwide management team have been talking to all the regulators and others in China. I have said in the past that I think because of the aging problem in China, if you read a lot of public commentary from the government and others in China, there is a significant elderly, aging problem, so I do think generally China and the regulators are supportive of the deal. I've talked to CBIRC, which is the regulator, four or five times and they've always been supportive because of the Genworth expertise.

    So — SAFE has been in touch with Oceanwide along the way. I think they know it's hard for SAFE to make a final determination of what they're going to approve until they know what the final deal is. I will say that none of the China regulators have asked for any concessions, any accommodations on our deal over the last 3.5 years. The only concessions and accommodations were from Genworth regulators, so first we had CFIUS and you know that took 18 months, and then we had the Delaware process and they wanted the $175 million, and that was approved, and then OSFI wouldn't really give us an answer and so we felt the only way around that was to sell Genworth Canada. We think we got a very attractive price for it, so did China Oceanwide, so that meant that we didn't need the Canadian regulatory approval.

    I did say in my remarks one of the things that I want to give a lot of credit to is China Oceanwide and Chairman Lu, because we both would have preferred to keep Genworth Canada, it's a good company, but we were committed to do the deal, and he did know that if we couldn't get all the regulatory approvals, we wouldn't get the $1.5 billion from China Oceanwide, and we had the $397 million of debt due in June of 2020. We do have the GLIC note that I think Kelly talked about, which is $200 million. We made the $135 million payment to AXA and we did pay off $800 million in debt to get that to $2.8 billion. So I would say that I think the China side of this transaction has been great. The Chinese regulators, I think, have been very good to work with. It's been more challenging in the US.

    I'm not blaming any of the regulators. They all have their own issues. Obviously, there's the geopolitical issues at the federal level, and then the states because, let's face it, LTC is a challenge. We still need — we've gotten $12.5 billion net present value of premium, that's not easy for those 50 states to give those large premium increases. On page 12, you can see the history. And I talked about it, we've gotten more than 200%, some regulators have given us more than 300%. So again, I do think in fairness to Delaware and New York, they do see part of this as — they know we're not — if there's no deal, we're not putting capital in, and if there is a deal and we close, we're not putting capital in the future, so there is an opportunity for the regulators to at least ask for capital, and we've been — as I said, China Oceanwide, give them a lot of credit, they've been open and flexible to accommodate various US-based regulators, and also Canada.

    But with New York, it has to come down to is their request, one, reasonable and something that Genworth and Oceanwide are comfortable with, and then two, is Delaware, Virginia, and all the other 49 regulators, do they think whatever we committed to New York to get their approval is fair versus what we agreed to with GLIC, given that GLIC is a much larger company.

    Joshua Esterov — CreditSights — Analyst

    Yeah, really appreciate all those thoughts on the regulatory front. Merci beaucoup.

    Operator

    Thank you. We'll next go to Bill Kavaler with Litespeed Partners.

    Bill Kavaler — Litespeed Partners — Analyst

    Hey, Tom. I'm going to try this again. If I do my numbers right, you're paying basically $175 per cover — per policy, which means that New York is owed roughly $13 million-odd, maybe call it $15 million. Is that kind of what you're offering and they're asking for dramatically more? That's my first question. And my second question is, are you talking to the staff or is this actually coming directly from the Director of DFS? Merci.

    Thomas J. McInerney — President and Chief Executive Officer

    So, good questions, two-part question. I'll take the first part. There are different metrics you can use to compare the size of New York to the Delaware company. One is lives, and so it's 76,000 to 1,040,000. The other is relative capital, and since we haven't finished the statutory process yet, I'll go with 9/30 numbers. At 9/30, the capital in New York was around $300 million and the capital in GLIC was $2 billion, so if you do that basis, $300 million to $2 billion, I think it's 15%. Then if you look at premiums, generally the premiums are higher per policy in New York than the other states because New York is more expensive. For example, I think the average cost for a year in a nursing home in New York is $125,000, the national average is $100,000. So generally, I think the agents and financial advisors who sold those 76,000 policies generally had the policyholders in New York buy higher daily benefit amounts, so therefore the daily benefit amount per policy is higher in New York so the premiums on average in New York are higher.

    If you do premiums on the 76,000 policyholders — I'm using 2019-2020 data, it rounds $240 million were the annual premiums in '18, and the annual premiums in GLIC were about $2.4 billion, so roughly 10%. Those are different metrics, we've talked about different metrics, different bases with New York, and I'm not going to go into where we are with New York, but I would say I think it does matter ultimately, and I would just expect and we are talking to Delaware, we're talking to Virginia, and I talk to all 50 states all the time because I'm generally involved in all the premium increase discussions, so I have a good sense where all the regulators are. And I think — I will tell you I think all the regulators that are important to GLIC want this deal to happen because they see the benefits to their policyholders in this deal, there's no question about that. And I think they understand that New York, and we are discussing and Kelly talked about the nationwide experience, the New York-only experience and how you view that. What I will say is we have — the total claims all time in New York are 13,000, the total claims all time for Genworth are 280,000, so when you look at 13,000 claims and 280,000 claims and you project those in the next 30 years, clearly the claim experience on 280,000 is more credible, more actuarially significant. But the question is on the 13,000, is that — and Kelly talked about this, is that — we are experiencing higher claims than in nationwide, and — but with only 13,000 claims we really don't know if that's fully credible. I don't think the New York regulator really knows that either. And if it is fully credible, at some point we're going to have premium increases to cover that, but it could also be that as the 13,000 claims grow that it reverts to the mean and the New York experience ends up looking more like the experience of the 280,000.

    So that's notable, and it makes a little bit complicated in these discussions in terms of what you think about the New York-only experience and the nationwide, and different people, different actuaries, we have our actuaries, they have theirs can have different opinions on that. So these are, it's a complex issue but ultimately I think what we're trying to do is — and China Oceanwide and Genworth really want this deal to close. I think all the other states want it to close. I think New York wants it to close, but it comes down to what is a fair capital commitment to New York, and we're flexible on that. I think China Oceanwide and Genworth have shown flexibility. It's taken us a long time to get through all those things, but we've shown flexibility. But in the end, it's got to be an amount that New York thinks is appropriate but that the other 49 regulators think is appropriate, and that is somewhat of a complex process, as you can imagine.

    Bill Kavaler — Litespeed Partners — Analyst

    Understood, thank you. This is very helpful. So this is still actuaries to actuaries? This is still where you are in the process, rather than at the top, kind of at the approval level?

    Thomas J. McInerney — President and Chief Executive Officer

    I would say it goes from the top through the actuaries for Genworth and it goes from the top through all of the staff at New York.

    Bill Kavaler — Litespeed Partners — Analyst

    Thank you. Thank you. Our next question comes from Drew Figdor with TIG. Allez-y.

    Drew Figdor — TIG Advisors — Analyst

    Salut. I was curious, reading through the report we saw come out last night, it seemed that the margin testing was rather benign in terms of the long term care, so I'm curious what New York has found this year as so concerning that they need to have capital injected, but last year they were fine and they didn't ask for anything in terms of capital commitment. So what changed in the year in terms of margin testing that New York is so concerned about?

    Kelly L. Groh — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Drew, this is Kelly Groh. Thanks for the question. What I would say about New York is we really just have very emerging experience. I mean I think Tom mentioned about 13,000 cumulative claims. If you think about 13,000 cumulative claims, our view is those, like I mentioned in my prepared remarks, those aren't credible just given the fact you've got to look at different underwriting classes, different genders, different age groups of the folks and different policy series, because there were underwriting changes that occurred. But we have seen, as I mentioned, different experience and particularly higher severity from some of those claims in New York. We don't quite view those as credible yet, but it is emerging, and that's the discussion we're having. Now, we're also under a triannual exam right now, and so they're taking a much deeper look at it, and we are working with their group as a part of that exam and discussing that experience. But it is under discussion and we're working through the cash flow testing assumptions right now. Did that answer your question?

    Drew Figdor — TIG Advisors — Analyst

    Yeah, thank you.

    Kelly L. Groh — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Thank you, Drew.

    Operator

    Thank you. Ladies and gentlemen, we have time for one final question from Himanshu Shah with Shah Capital. Allez-y.

    Himanshu Shah — Shah Capital — Analyst

    Good morning, Tom. I have a question on your Plan B. Do you think Genworth can get $2 billion or more IPOing 40% to 50% of the USMI in early Q2, if you cannot close this deal by the end of March?

    Thomas J. McInerney — President and Chief Executive Officer

    Himanshu, good morning. Thanks for the question. Thanks for being on the call and thanks for being a good, long term investor. I would say that our Board has looked at all different kinds of alternatives, including I think all of the possible alternatives with USMI. The only thing I would say is there are tax consequences depending on the amount of the IPO, and so you could have significant tax friction depending on the size that you do. I'm not going to try to value USMI. I think we disclosed today the book value for USMI, I think it's around $3.8 billion. There are comparable companies out there that are publicly traded. That doesn't mean that we would trade the way they trade, but I think they're reasonable comparables. And so I think for you, Himanshu, or other investors, I think you have to look at our book value, look at the earnings, the 2019 earnings were strong in USMI, $568 million. So there's $568 million, look at the comparable PE multiples. The book value is 3.8, look at the comparable book value And then you can come up with a view as to what you think the values are. But I would say that — and I'm sure you know this and others know that when you go beyond a certain amount in the IPO, you could create tax issues and also — and again, not getting in all the rules, etc., depending on how much you do, you can prevent a future down the road opportunity to do a tax-free spinoff to Genworth shareholders.

    So I don't want to go into all the different alternatives. I will tell you, as I said in my script, we've extended this deal 13 times. Every time we extended the deal, we valued what we thought China Oceanwide was worth, it's pretty easy, $5.43 per share. We think it's the highest and it's certainly the most certain, because it's a specific price. Any of the other options, including the one you talked about, as all part of reviews that we've done for the last three years, and 13 times we formally had Board meetings where we evaluated the China Oceanwide deal versus the other alternatives, and we always concluded it was the best and most certain.

    If we're unable to close the deal with China Oceanwide, we'll look at the alternatives, including the alternative, Himanshu, you just talked about. It's certainly a reasonable alternative. I think it's feasible, what you said, whether it's the best alternative, I don't know. The other thing, and we are running out of time, so I want to say to you and to all the shareholders, Kelly and I, Tim Owens and Head of IR, and others, we're always available to listen to your points of view on alternatives. Right now we are under a merger agreement that doesn't expire until the end of the first quarter, so we can't really consider any alternatives. We can value them but we can't consider them. But if we decide, which I think would be unfortunate for all stakeholders, including our shareholders, not to do the China Oceanwide deal, the Plan B will be the best value that the Board and management and our outside advisors concludes is the next best Plan B, and we'll certainly take your input, Himanshu, and you and I have talked about this before, and several others. I'm sure several other shareholders have their own views on this, and we want to — we do, Kelly and I and others at Genworth management team and our Board, do care what you all think. At the end of the day, it's our job to try to make the determination what's the best alternative. Right now, we think the best and most certain is Oceanwide. If we can't complete it, we'll look at the next best and most certain alternative.

    Himanshu Shah — Shah Capital — Analyst

    All the best, Tom, but the way the stock is trading at for the last three years or so, and especially today, it clearly tells me that the company should plan aggressively for Plan B. Thank you.

    Thomas J. McInerney — President and Chief Executive Officer

    You know, I think there's two ways to look at it, Himanshu. One is what you just said, and we'll do that. The other is that I do think that most in the market seem to agree that the best option is the China Oceanwide option, which is $5.43, because the stock has traded at a discount. And I think every time the stock has changed and when it's gone down, who knows why. We had a great fourth quarter, we had a great 2019, so I don't think it's because of our operating results. We're making great progress on the LTC premium increases, so I don't think it's that. But I do think investors recalibrate the probability of the China Oceanwide deal closing and they know what that's worth, $5.43. They all have — the market has a view of what the next best alternatives are. And so I think when the stock goes down, because we raise — we want to be transparent that we're in negotiations with New York, I think that means shareholders put a lower probability on the Oceanwide deal closing, and I think the market is telling –what I think it's telling the Genworth Board and management is we prefer the Oceanwide deal, we agree with you it's the best and most certain deal. We continue to get over 90% support for all the directors on the Board, including as of last December. And so when the stock falls, we're watching it as you are. I think it's falling because investors are reassessing the probability of Oceanwide closing and it's falling because the $5.43, perhaps they put a low probability on that.

    But I don't know you — best to market. But be assured we hope we can close the deal, we're doing all we can to try to get it done. We're talking to New York and then all the other regulators, and China Oceanwide. I hope we can get it done. If we can't, we'll do what you said, we'll move quickly to the best Plan B. We'll talk to shareholders like yourself and get input. And I believe we'll ultimately hold an investor Day so we can talk — if we have to get to a Plan B, to talk about that and say whatever the Plan B, why we think it's the best. But shareholders have different views, and based on those views we think another alternative is better. And — because in the end it's about what's the best long-term shareholder value to shareholders, and if there's another idea that emerges better, we'd obviously consider it.

    And with that, Himanshu, I appreciate that. I do want to say to all the investors, we ran a little bit over 10 minutes, there's obviously a lot of questions on the deal, so we wanted to take some of them. But Kelly and I are happy to continue the discussions with any shareholders who want to give us their views or talk to us. Please contact Tim Owens and IR.

    And let me just sum up and then I'll turn it back to Derek to end the call. All of us at Genworth want to thank you for your questions and your continued investment and interest in Genworth. As I've said, we're working hard to close the China Oceanwide transaction. We continue to believe it's the best and most certain outcome for our shareholders and all of the other stakeholders. But having said that, I also want to be clear today that if we can't complete the transaction, we are prepared to move forward with evaluating other alternatives, and the Board and I and the management team take very seriously our fiduciary duty to maximize the value to shareholders, no matter what ultimate outcome we pursue.

    With that, Derek, I'll turn the call back to you.

    Operator

    [Operator Closing Remarks]

    Duration: 71 minutes

    Appeler les participants:

    Tim Owens — Vice President of Investor Relations

    Thomas J. McInerney — President and Chief Executive Officer

    Kelly L. Groh — Executive Vice President and Chief Financial Officer

    Ryan Krueger — Keefe, Bruyette & Woods — Analyst

    Joshua Esterov — CreditSights — Analyst

    Bill Kavaler — Litespeed Partners — Analyst

    Drew Figdor — TIG Advisors — Analyst

    Himanshu Shah — Shah Capital — Analyst

    More GNW analysis

    Tous les relevés d'appel des gains

    Transcription des résultats du quatrième trimestre 2019 de Genworth Financial Inc (GNW) …
    4.9 (98%) 32 votes