Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présen …

NEW YORK 17 fév 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription révisée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats d'Ares Capital Corp mercredi 12 février 2020 à 17 h 00 GMT

* John W. Stilmar

* Penelope F. Roll

Compass Point Research & Trading, LLC, Division de la recherche – VP principal et analyste de la recherche

* Kenneth S. Lee

* Kyle M. Joseph

Bonne après-midi. Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du quatrième trimestre et de l'exercice clos le 31 décembre 2019 d'Ares Capital Corporation. (Instructions pour l'opérateur) Pour rappel, cette conférence est enregistrée le mercredi 12 février 2020. Je vais maintenant passer la parole à M. John Stilmar, directeur général des relations avec les investisseurs.

John W. Stilmar, Ares Capital Corporation – MD d'IR [2]

Génial. Merci Kate et bon après-midi à tous. Permettez-moi de commencer par quelques rappels importants. Les commentaires formulés au cours de cette conférence téléphonique et webémission ainsi que les documents d'accompagnement contiennent des déclarations prospectives et sont soumis à des risques et incertitudes. Bon nombre de ces déclarations prospectives peuvent être identifiées par l'utilisation de mots tels qu'anticipe, croit, attend, entend, entend, veut, devrait, et de telles expressions similaires. Les résultats réels de la société pourraient différer sensiblement de ceux exprimés dans ces déclarations prospectives pour quelque raison que ce soit, y compris ceux répertoriés dans ses documents déposés auprès de la SEC. Ares Capital Corporation n'assume aucune obligation de mettre à jour ces déclarations prospectives. Veuillez également noter que les performances passées ou les informations sur le marché ne garantissent pas les résultats futurs.

Au cours de cette conférence téléphonique, la société peut discuter de certaines mesures non conformes aux PCGR définies par le règlement G de la SEC comme le bénéfice par action de base ou le BPA de base. La société estime que le BPA de base fournit aux investisseurs un outil d'information utile sur la performance financière, car il s'agit d'une méthode utilisée par la société pour mesurer sa situation financière et ses résultats d'exploitation. Un rapprochement du BPA de base avec l'augmentation ou la diminution nette par action des capitaux propres résultant de l'exploitation, la mesure financière PCGR la plus directement comparable, peut être trouvé dans la présentation de diapositives ci-jointe pour cet appel.

De plus, un rapprochement de ces mesures peut également être trouvé dans notre communiqué de presse déposé ce matin auprès de la SEC sur formulaire 8-K. Certaines informations discutées dans cette présentation, y compris les informations relatives au portefeuille de sociétés, proviennent de tiers et n'ont pas été vérifiées de manière indépendante. Et en conséquence, la société ne fait aucune représentation ou garantie concernant ces informations.

La présentation des résultats du quatrième trimestre clos le 31 décembre 2019 peut être consultée sur le site Web de la société à l'adresse www.arescapitalcorp.com, en cliquant sur le lien Présentation des résultats du quatrième trimestre 2019 sur la page d'accueil de la section Ressources pour les investisseurs du site Web. La publication des résultats d'Ares Capital Corporation et 10-K sont également disponibles sur le site Web de la société. J'aimerais maintenant passer la parole à M. Kipp DeVeer, président-directeur général d'Ares Capital Corporation.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [3]

————————————————– ——————————

Merci, John. Bonjour à tous et merci de vous joindre à nous. Je suis ici avec notre coprésident, Michael Smith; notre directeur financier, Penni Roll; et plusieurs autres membres de notre équipe de direction. Je commencerai par souligner nos résultats du quatrième trimestre et de l'exercice, puis je ferai quelques réflexions sur la position de l'entreprise dans les conditions actuelles du marché.

Ce matin, nous avons annoncé un bénéfice de base de 0,45 $ par action au quatrième trimestre, ce qui marque une bonne fin pour une excellente année pour Ares Capital Corporation. Notre bénéfice de base pour l'exercice de 1,89 $ par action a profité d'une année active d'investissement, d'une croissance modeste du portefeuille et d'une utilisation accrue de nos facilités d'emprunt à faible coût. Nous avons généré un solide bénéfice GAAP de 0,48 $ par action pour le quatrième trimestre et de 1,86 $ par action pour l'année, ce qui a entraîné une nouvelle année de croissance de la valeur liquidative à 17,32 $ par action à la fin de l'exercice. Compte tenu de ces résultats, notre portefeuille continue d'afficher une performance de crédit stable.

Au-delà de ces bons résultats, nous pensons que l'entreprise est bien positionnée. L'opportunité de marché adressable pour Ares Capital est grande et croissante. Les petites et moyennes entreprises du marché supérieur accèdent de plus en plus aux marchés privés pour trouver des solutions financières. Nous en voyons des preuves concrètes, car le pipeline de transactions que nous examinons chaque année a augmenté d'environ 40% depuis 2015. Nous pensons que le facteur majeur ici est l'augmentation de notre part de marché dans les transactions plus importantes où nous pensons offrir aux entreprises une solution plus attrayante que la des offres syndiquées alternatives plus petites qui comportent généralement un risque d'exécution important pour leurs sponsors.

À mesure que notre opportunité de marché se développe, nous bénéficions de notre grande plate-forme de création directe, de notre vaste portée sur le marché et de nos relations de longue date avec les entreprises, les sponsors financiers et les participants aux transactions. En examinant un grand pipeline, nous pouvons rester sélectifs et choisir d'investir dans ce que nous croyons être les emprunteurs les plus forts, ce qui est essentiel dans ces conditions de marché hautement concurrentielles. Au cours des 10 dernières années et plus, nous n'avons clôturé qu'environ 4% des investissements que nous avons évalués avec de nouveaux emprunteurs. Et en raison de notre vision prudente du marché pendant une grande partie de 2019, nous sommes devenus de plus en plus sélectifs, entraînant le deuxième taux de clôture des transactions le plus bas pour les nouveaux emprunteurs en une décennie.

L'une des sources les plus importantes de flux d'opérations est l'expansion du cœur du portefeuille de sociétés en place, qui, selon nous, nous permet de financer les besoins de croissance de nos meilleurs emprunteurs. Notre portefeuille de sociétés en place a représenté la moitié de nos investissements en 2019 et 52% de notre activité d'investissement au quatrième trimestre. Nous pensons que ces opportunités offrent des investissements attractifs et différenciés et reflètent souvent des propositions à faible risque, car nous avons généralement passé des années à observer l'équipe de direction et les opérations d'une entreprise.

Bien que ces tendances séculaires à long terme continuent de générer une opportunité croissante pour Ares Capital, nous avons dû contrer ce qui a sans aucun doute été de forts flux de nouveaux capitaux vers le secteur qui ont exercé une pression accrue sur nos activités d'investissement. À notre avis, les nouveaux venus acceptent souvent les conditions et réduisent les prix pour remporter des contrats et déployer leur capital. Compte tenu de nos critères de souscription rigoureux et de l'ampleur de notre flux de transactions, nous nous trouvons de plus en plus nombreux, et pour une multitude de raisons différentes, y compris les prix et la structure.

La bonne nouvelle est que nous voyons une économie stable et à croissance lente. Après une fin difficile en 2019-2020, le marché du crédit a passé la majeure partie de 2019 avec une dynamique positive et cela s'est poursuivi jusqu'en 2020. L'environnement de financement sain devrait perdurer, même si nous assistons à un ralentissement un peu en termes d'activité. Les entreprises et les investisseurs américains sont très concentrés sur le fait que nous avons une prochaine élection présidentielle et l'incertitude qui existe avec une variété apparemment large de résultats potentiels à ce stade. Il y a aussi une croyance selon laquelle une politique monétaire accommodante et des taux d'intérêt bas pour plus longtemps sont nécessaires pour soutenir la croissance des entreprises américaines. Dans cet esprit, nous ne sommes pas surpris de voir une approche attentiste de la part de nombreux sponsors et entreprises, en particulier en ce qui concerne les fusions et acquisitions.

Enfin, sur ces types de marchés, nous nous concentrons sur la constitution de sources profondes de capitaux engagés afin d'être positionnés de manière opportuniste si la volatilité du marché augmente. Depuis le début de 2019 jusqu'à aujourd'hui, nous avons renforcé notre situation financière en clôturant une nouvelle capacité de financement de 4,1 milliards de dollars de la part des banques et des fournisseurs de marchés de capitaux, et nous avons prolongé les échéances de plus de 3,5 milliards de dollars de financement bancaire engagé. Compte tenu de ces progrès, nous avons actuellement environ 3 milliards de dollars d'engagements de crédit non tirés et croyons que notre bilan continue d'être une source de force pour notre entreprise. Je cède maintenant la parole à Penni pour fournir plus de détails sur le quatrième trimestre et les résultats annuels.

————————————————– ——————————

Penelope F. Roll, Ares Capital Corporation – Directeur financier [4]

————————————————– ——————————

Merci, Kipp, et bon après-midi. Notre bénéfice par action de base était de 0,45 $ pour le quatrième trimestre de 2019, contre 0,48 $ pour le troisième trimestre de 2019 et conforme à 0,45 $ pour le quatrième trimestre de 2019-2020. À l'exclusion de l'incidence de 0,025 $ par action de l'exemption de frais expirée, notre noyau du quatrième trimestre de 2019 le bénéfice était largement conforme aux 2 trimestres précédents de 2019.

Notre bénéfice par action GAAP pour le quatrième trimestre 2019 était de 0,48 $, contre 0,41 $ pour le troisième trimestre 2019 et 0,36 $ pour le quatrième trimestre 2019-2020. Comme Kipp l'a mentionné, nous avons clôturé 2019 avec de solides résultats financiers, avec un résultat par action de base de 1,89 $ contre 1,68 $ pour 2019-2020 et un bénéfice net par action de 1,86 $ selon les PCGR contre 2,01 $ pour 2019-2020.

Au 31 décembre 2019, notre portefeuille de placements totalisait 14,4 milliards de dollars de juste valeur et notre actif total s'élevait à 14,9 milliards de dollars. Au 31 décembre 2019, le rendement moyen pondéré de nos dettes et autres titres productifs de revenus au coût amorti était de 9,6%, et le rendement moyen pondéré du total des investissements au coût amorti était de 8,6% contre 9,8% et 8,8%, respectivement au 30 septembre 2019 et contre respectivement 10,2% et 9% au 31 décembre 2019-2020.

Les rendements de fin d'année de notre portefeuille étaient en baisse par rapport au troisième trimestre, principalement en raison de la baisse du LIBOR. Nos bénéfices ont profité en 2019-2020 d'une hausse du LIBOR, mais nous avons vu que la tendance à la hausse a commencé à s'inverser au début de 2019, le LIBOR à 1 mois ayant baissé d'environ 74 points de base au cours de 2019. Cette inversion nous a créé un vent de face modeste tout au long de l'année et pourrait continuer à réduire encore les rendements tout compris (difficultés techniques) jusqu'à atteindre nos planchers LIBOR.

À la fin de l'exercice, existant – ou désolé, à l'exclusion de notre investissement dans les certificats SDLP, 78% de notre portefeuille total était dans des investissements à taux variable, et 79% de ces investissements à taux variable avaient un plancher LIBOR moyen d'environ 1,1%. Nous continuons de nous concentrer sur l'obtention de planchers LIBOR pour de nouveaux investissements et de modifier les documents sur les investissements existants pour ajouter des planchers LIBOR dans la mesure du possible. Surtout, pour nos nouveaux engagements ce trimestre avec un plancher, nous avons pu négocier un plancher LIBOR moyen plus élevé d'environ 1,3%.

Déplacement vers la droite du bilan. Nos capitaux propres au 31 décembre 2019 étaient de 7,5 milliards de dollars, soit une valeur liquidative par action de 17,32 $ contre 17,26 $ il y a un trimestre et 17,12 $ à la fin de 2019-2020. Au 31 décembre, notre ratio d'endettement était de 0,95x et notre ratio d'endettement, net des liquidités disponibles de 153 millions de dollars, était de 0,93x. Cela se compare à 0,91x et 0,89x, respectivement, au 30 septembre 2019. Nous avons terminé 2019 avec notre effet de levier à l'extrémité inférieure de notre fourchette cible actuelle de 0,9 à 1,25x. J'ajouterais que nous sommes un peu en retard par rapport aux objectifs d'endettement plus élevés que nous espérions atteindre maintenant, mais nous avons pris du retard uniquement pour être prudents sur le front de l'investissement.

Comme Kipp l'a mentionné, nous nous sommes concentrés tout au long de 2019 sur l'extension et l'augmentation de notre accès à des sources de capitaux d'emprunt efficaces et engagées. Au cours du quatrième trimestre de 2019, nous avons payé par anticipation 600 millions de dollars de 3,870% (sic) [3.875%] les billets non garantis au pair qui devaient initialement arriver à échéance en janvier 2020, en profitant de la fonction de remboursement au pair anticipé des billets, et nous avons augmenté la facilité de financement renouvelable de notre SMBC de 150 millions de dollars. Au 31 décembre 2019, nous disposions d'environ 2 milliards de dollars de capital disponible.

Après la fin de l'exercice, nous avons continué d'être actifs sur le front de la mobilisation de capitaux, portant notre capital disponible à un peu plus de 3 milliards de dollars. En janvier, nous avons émis 750 millions de dollars de billets non garantis, échéant en juillet 2025, avec un coupon de 3,25%. Cette exécution a été l'émission de billets non garantis la moins chère de l'histoire de BDC et est inférieure au coût global actuel de nos lignes bancaires selon les taux du marché d'aujourd'hui. Nous n'avons maintenant plus de dette à terme venant à échéance au cours des 2 prochaines années civiles et notre prochaine échéance n'est qu'en janvier 2022.

En ce qui concerne nos facilités de crédit garanties à taux variable, nous avons augmenté nos facilités de financement SMBC et Wells Fargo en janvier d'un montant combiné de 325 millions de dollars et allongé la durée de la facilité de Wells d'un an. L'échéance la plus rapprochée de nos facilités de crédit bancaire est maintenant mars 2024.

Avant de conclure, je veux discuter de notre revenu imposable non distribué et de notre dividende. Pour 2019, nous avons encore une fois gagné les dividendes que nous avons payés, ce qui a entraîné une augmentation de notre revenu imposable non distribué. Nous estimons actuellement que notre produit dérivé a atteint 408 millions de dollars ou 0,95 $ par action à la fin de 2019, soit une augmentation de 65 millions de dollars ou 0,15 $ par action par rapport au niveau de 2019-2020. Nous pensons que le fait d'avoir un effet d'entraînement non réparti solide et significatif soutient notre objectif de maintenir un dividende stable dans des conditions de marché variables. À cette fin, ce matin, nous avons annoncé que nous avions déclaré un dividende régulier de 0,40 $ par action au premier trimestre, ce qui correspond au dividende trimestriel régulier versé tout au long de 2019. Ce dividende du premier trimestre est payable le 31 mars 2020 aux actionnaires inscrits le 16 mars 2020. Il s'agit de notre 42e trimestre consécutif de publication d'un dividende régulier stable ou supérieur pour nos actionnaires. Maintenant, avec cela, je voudrais donner la parole à Michael pour parcourir nos activités d'investissement pour le trimestre et l'année.

————————————————– ——————————

Michael Lewis Smith, Ares Capital Corporation – coprésident [5]

————————————————– ——————————

Merci Penni et bon après-midi. Je voudrais consacrer quelques minutes à fournir plus de détails sur nos investissements et notre portefeuille de performance pour la fin de l'exercice et le quatrième trimestre de 2019. Je fournirai ensuite une mise à jour sur l'activité après la fin du trimestre et notre carnet de commandes et notre pipeline.

En 2019, notre équipe a généré 7,3 milliards de dollars de nouveaux engagements d'investissement dans 163 transactions, dont 1,6 milliard de dollars d'engagements envers 43 emprunteurs au quatrième trimestre. Nos investissements tout au long de l'année sont venus d'un ensemble diversifié d'entreprises de haute qualité dans plus de 20 secteurs distincts. Le BAIIA des sociétés que nous avons financées cette année varie de 12 millions de dollars à 670 millions de dollars, ce qui devrait donner à nos investisseurs une meilleure idée de l'étendue de nos capacités d'approvisionnement.

Comme Kipp l'a mentionné plus tôt, en 2019, la moitié de nos engagements visaient les emprunteurs existants, et l'autre moitié provenait d'un pipeline important et croissant de nouvelles opportunités d'investissement. Pour toute l'année 2019, nous avons évalué plus de 1600 nouvelles opportunités de prêt, qui étaient diversifiées selon les industries et les zones géographiques et affichaient un BAIIA moyen de 47 millions de dollars. Si l'on suppose que l'entreprise moyenne a besoin d'environ 5 à 6 fois le BAIIA pour le financement par emprunt, cela se traduit par un volume de transactions potentiel d'environ 375 milliards à 450 milliards de dollars que nous avons examiné pour l'année.

En ce qui concerne la composition du portefeuille à la fin de 2019, 80% de notre portefeuille, y compris l'investissement SDLP, était constitué de prêts garantis de premier rang, ce qui est similaire à la composition du portefeuille à la fin de 2019-2020 et 2019-2020. L'EBITDA moyen pondéré de nos sociétés de portefeuille de 139 millions de dollars accordent une plus grande importance à notre position de détention importante, tandis que notre BAIIA moyen de 75 millions de dollars reflète notre concentration continue sur le marché intermédiaire supérieur.

Nous avons continué d'élargir et de diversifier notre portefeuille ce trimestre, atteignant 354 emprunteurs différents avec une position de détention moyenne à la juste valeur de seulement 0,3%. En excluant nos investissements dans SDLP et Ivy Hill, notre principal emprunteur unique ne représentait que 2,6% du portefeuille à la juste valeur, soulignant qu'aucun nom unique n'est susceptible d'avoir un impact significatif sur la performance globale de notre société. Nous pensons que notre portefeuille important et diversifié, axé sur les flux de trésorerie disponibles élevés et les industries non cycliques, est résilient et bien positionné pour bien performer dans une grande variété de conditions économiques.

Vous avez peut-être remarqué qu'à la fin de l'année, nous avons révisé la classification sectorielle de notre portefeuille de placements afin de nous conformer aux classifications GICS. Nous pensons que cette présentation apporte aux parties prenantes plus de clarté en ce qui concerne notre portefeuille et est plus conforme aux normes de marché plus larges. Vous pouvez examiner dans quelle industrie GICS repose chacune de nos sociétés de portefeuille et notre calendrier d'investissements.

La qualité du crédit de notre portefeuille demeure stable. Notre portefeuille a généré une croissance moyenne pondérée du BAIIA de 3% au cours des 12 derniers mois, ce qui était conforme au trimestre précédent. Notre ratio noncrual de fin d'année 2019 de 1,9%, au coût amorti, est inférieur aux 2,5% déclarés à la fin de 2019-2020. Deux sociétés ont été ajoutées à la liste noncrual en 2019 et 6 sociétés se sont retirées, laissant le nombre total d'entreprises non -crual légèrement inférieur à celui de la fin de l'année dernière.

Avant de remettre l'appel à Kipp pour quelques remarques de clôture, permettez-moi de fournir une brève mise à jour sur notre activité d'investissement après le trimestre. Du 1er janvier au 6 février 2020, nous avons pris de nouveaux engagements d'investissement totalisant 453 millions de dollars, dont 361 millions de dollars ont été financés. Au cours de cette même période, nous avons annulé ou remboursé des engagements d'investissement de 282 millions de dollars, générant environ 21 millions de dollars de gains nets réalisés à la sortie. Au 6 février, notre carnet de commandes et notre pipeline s'élevaient respectivement à environ 735 millions de dollars et 390 millions de dollars. Veuillez noter que notre carnet de commandes contient des investissements qui sont toujours soumis à des approbations et des documentations et peuvent ne pas fermer ou nous pouvons vendre une partie de ces investissements après la clôture. Sur ce, je cède la parole à Kipp.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [6]

————————————————– ——————————

Merci beaucoup, Michael. En conclusion, notre solide quatrième trimestre a clôturé une autre année fructueuse de bénéfices solides et de croissance continue de l'ANR. Nous continuons d'exécuter le même plan que nous avions depuis 15 ans: maintenir un portefeuille positionné défensivement; investir dans des capacités d'origination pour voir le flux de transactions le plus large; être très sélectif pour concentrer nos investissements sur les emprunteurs de la plus haute qualité; et le maintien d'un bilan solide avec de profondes sources de liquidité.

Nous entrons dans 2020 avec une prudence continue du côté des investissements, mais nous sommes convaincus que nous sommes toujours en mesure de trouver des opportunités d'investissement convaincantes pour l'entreprise. Nous restons également optimistes quant à notre position concurrentielle et à nos avantages de plate-forme, qui, selon nous, permettront à ARCC de continuer à bénéficier de la croissance du marché intermédiaire et du changement séculaire que nous constatons alors que davantage d'entreprises recherchent des capitaux privés.

Réfléchissant sur l'année et clôturant nos remarques préparées, je voudrais remercier les équipes d'investissement et de gestion de portefeuille pour leurs efforts considérables dans la création et le suivi du portefeuille, les équipes financières et comptables pour leur travail continu dans l'extension de nos facilités de crédit et long terme. à long terme, les équipes juridiques et de conformité pour toujours nous surveiller et faire avancer nos efforts à DC, et enfin un merci à notre équipe Relations Investisseurs qui fait toujours un superbe travail de représentation de l'entreprise. Ce fut une année 2019 fantastique pour ARCC.

Cela conclut nos remarques préparées. Nous serions heureux d'ouvrir la ligne pour les questions.

================================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Instructions pour l'opérateur)

La première question vient de Rick Shane avec JPMorgan.

————————————————– ——————————

Richard Barry Shane, JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Analyste principal des actions [2]

————————————————– ——————————

Je veux m'assurer que nous comprenons les mouvements dans le non-crédible, parfois les noms changent. Il nous semble que le nouveau non -crual ce trimestre est VPROP, et je veux juste m'assurer que nous examinons cela correctement en ce qui concerne le fait que ce n'était pas du non -crual auparavant, c'est un nouveau non -crual et ce qui s'est développé là-bas.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [3]

————————————————– ——————————

C'est vrai. Il y a donc 2 nouveaux non-crédibles. L'un est VPROP, l'autre était un petit prêt hérité appelé Ioxus de l'ancien portefeuille de capital-risque.

————————————————– ——————————

Richard Barry Shane, JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Analyste principal des actions [4]

————————————————– ——————————

Je l'ai. Et, Kipp, cela vous dérange de fournir un peu – VPROP est un investissement relativement important sur la base des coûts. Les notes ont été assez bénignes à ce stade, donc l'impact est relativement faible, mais nous voulons nous assurer que nous comprenons les risques là-bas et également l'impact du point de vue des revenus d'intérêts.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [5]

————————————————– ——————————

Oui. Je veux dire, Penni peut jeter un coup d'œil. Je pense qu'elle a probablement le numéro de revenu d'intérêt. Mais, regardez, Vista est l'un des investissements pétroliers et gaziers dans lesquels nous sommes depuis assez longtemps. Nous l'avons augmenté au fil des ans. Il s'agit d'une entreprise privée qui traite et distribue du sable de fracturation pour l'industrie du forage, l'industrie de la fracturation et du forage. Si vous regardez certaines des compositions publiques dans cet espace, vous verrez qu'il y a beaucoup de stress dans cette industrie. Il y a eu pas mal de surcapacité.

Cette entreprise, je pense que la bonne nouvelle est, possède des actifs de haute qualité qui se trouvent principalement dans les régions de forage, c'est-à-dire que tous leurs actifs se trouvent au Texas. L'entreprise a donc fait du bon travail au fil des ans en développant son entreprise car elle avait des avantages logistiques. Cela étant dit, 2019 a été une année difficile pour cette industrie, car le prix des matières premières, en raison de l'offre excédentaire de sables et de mines de sable dans l'industrie, avait été surchargé. Vous venez de voir un prix s'effondrer. Je pense donc que nous sommes prudents, mais il y a un vrai travail à faire là-bas. Je veux dire, nous sommes engagés au jour le jour avec l'équipe de direction qui travaille sur une restructuration.

————————————————– ——————————

Penelope F. Roll, Ares Capital Corporation – Directeur financier [6]

————————————————– ——————————

Oui. Et puis (inaudible) je suis désolé.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [7]

————————————————– ——————————

Je ne sais pas si vous avez besoin des numéros de Penni mais vous les avez peut-être.

————————————————– ——————————

Richard Barry Shane, JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Analyste principal des actions [8]

————————————————– ——————————

Oui, s'il vous plait, continuez.

————————————————– ——————————

Penelope F. Roll, Ares Capital Corporation – Directeur financier [9]

————————————————– ——————————

Pardon. Oui, si vous regardez la perte de revenus pour 2020, nous l'avons mise en non -crual au quatrième trimestre car nous avons eu une petite perte de revenus pour '19. Mais si vous regardez la perte d'une année complète jusqu'en 2020, c'est environ 0,03 $ par action, net de frais.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [10]

————————————————– ——————————

Oui. Donc, je veux dire, écoutez, la bonne nouvelle, c'est que nous avons, et j'ai essayé de souligner cela aussi, d'un trimestre à l'autre, nous avons une entreprise très diversifiée. Et contrairement à certains des autres BDC dans lesquels des personnes peuvent être investies ou que vous pouvez tous suivre en tant qu'analystes, il est vraiment difficile d'avoir un impact, d'une manière ou d'une autre, sur le profil d'exploitation de notre entreprise avec un seul ou même quelques défauts même dans des noms plus grands, non? La diversité nous permet de générer des revenus très constants et de maintenir le dividende là où il est, bien sûr, même si nous avons quelques bosses le long de la route.

————————————————– ——————————

Opérateur [11]

————————————————– ——————————

La question suivante est posée par Arren Cyganovich de Citi.

————————————————– ——————————

Arren Saul Cyganovich, Citigroup Inc, Division de la recherche – VP et analyste principal [12]

————————————————– ——————————

Ne pas trop insister sur la qualité du crédit, mais dans le communiqué, vous aviez mentionné que 9% des sorties étaient en non-crédibilité, mais je n'ai rien vu d'aussi important au dernier trimestre qui était en non-crédité. Y a-t-il eu quelque chose à l'intérieur du quartier qui a été basé sur le non-crédible et qui est ensuite sorti?

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [13]

————————————————– ——————————

Je ne l'avais pas remarqué. Donc, le – il y avait 3 noms réalisés. Premièrement, je sais avec certitude que c'était sur non -crual, qui était Indra Holdings. Je regarde – c'est quoi? Je suis désolé. Dan dit oui. La reconnaissance d'un ancien nom de pétrole et de gaz que nous avons mis sur des années non crédibles appelé PetroFlow.

————————————————– ——————————

Arren Saul Cyganovich, Citigroup Inc, Division de la recherche – VP et analyste principal [14]

————————————————– ——————————

OK, j'ai compris.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [15]

————————————————– ——————————

Mais rien de précis dans ce trimestre, mais on peut vérifier les chiffres avec vous, si vous voulez, hors ligne, Arren, mais c'est le …

————————————————– ——————————

Arren Saul Cyganovich, Citigroup Inc, Division de la recherche – VP et analyste principal [16]

————————————————– ——————————

Il est possible que je les ai ratés. D'accord. Et puis en termes de – vous avez levé une petite quantité de fonds propres dans le GAB. Juste curieux de savoir pourquoi utiliseriez-vous cela lorsque vous n'êtes pas tout à fait à votre portée de levier dans laquelle vous vouliez être, évidemment, dans le bas de gamme.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [17]

————————————————– ——————————

Oui, je pense que nous considérons le programme ATM comme un moyen pratique et relutif de lever de petites quantités de capitaux propres et de ne pas nous faire penser à une offre commercialisée ou achetée de manière plus large. Nous pensons donc que c'est une bonne planification à long terme, car nous voulons continuer à faire croître l'entreprise. De toute évidence, la société a besoin de capitaux propres à long terme pour sa croissance, alors nous adoptons simplement une vision à long terme à ce sujet.

————————————————– ——————————

Opérateur [18]

————————————————– ——————————

La prochaine question vient de Ryan Lynch de KBW.

————————————————– ——————————

Ryan Patrick Lynch, Keefe, Bruyette et Woods, Inc., Division de la recherche – MD [19]

————————————————– ——————————

Je voulais faire un suivi sur l'offre de guichet automatique d'actions. Donc, parce que vous avez émis des actions ce trimestre, mais vous avez toujours eu des déploiements qui ont en fait accru votre effet de levier global, nous attendons-nous – devrions-nous nous attendre à ce que l'ATM ne fasse que compléter la croissance du portefeuille, et nous devrions réellement nous attendre à ce que l'effet de levier continue de croître ? Ou allez-vous gérer votre effet de levier cible à ce niveau via des déploiements de capitaux ainsi que maintenant des offres d'actions ATM?

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [20]

————————————————– ——————————

Oui, nous ne sommes pas – regardez, la direction dans laquelle nous aimerions tirer parti de l'effet de levier est en hausse. Vous l'avez vu au cours des deux derniers trimestres. Encore une fois, l'émission de GAB a été minime, mais nous avons trouvé que c'était un outil utile. Je pense donc que la réponse simple est oui, c'est-à-dire que nous allons probablement continuer à lever un peu de fonds propres et, avec cela, augmenter le portefeuille et augmenter également l'effet de levier.

————————————————– ——————————

Ryan Patrick Lynch, Keefe, Bruyette et Woods, Inc., Division de la recherche – MD [21]

————————————————– ——————————

D'accord. Et puis mon suivi, je voulais parler du dividende. De toute évidence, vous avez eu une très bonne année en 2019. Vous avez versé des dividendes spéciaux et, en fait, même en versant un dividende spécial, vous avez quand même augmenté vos revenus indirects de manière assez significative. Je pense que cela montre les bons résultats que vous avez obtenus. Vous n'avez pas déclaré de dividende spécial pour 2020. Pouvez-vous simplement expliquer pourquoi cette décision a été prise, de ne pas en déclarer du tout? Et jusqu'à présent en 2020, ce qui est un peu différent de la politique que vous avez dite en 2019 de déclarer des dividendes spéciaux trimestriels pour commencer l'année en quelque sorte.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [22]

————————————————– ——————————

Sûr. Donc, le dividende supplémentaire de l'année dernière que nous avons annoncé – nous avons vraiment annoncé, si vous vous en souvenez, parce que nous avons eu des gains nets inhabituels vraiment importants en 2019-2020. Donc, évidemment, les actionnaires en ont profité avec les versements tout au long de 2019. Il y en a quelques des choses qui sont différentes à l'horizon 2020. Premièrement, le LIBOR a baissé de 90 points de base environ au cours des 12 derniers mois, et il y a une courbe prévisionnelle qui devrait être inférieure, donc je pense que nous sommes prudents aujourd'hui.

L'autre chose que je dirais, c'est que nous gérons l'entreprise depuis longtemps. Il s'agit évidemment d'un espace où les investisseurs nous ont conditionnés à la prudence à l'égard du dividende car il y a des ramifications assez négatives des coupures de dividendes, comme nous l'avons vu dans d'autres sociétés. Je pense donc que nous sommes simplement conservateurs pour le moment, souhaitant examiner l'environnement LIBOR et les bonnes performances. Je vous remercie d'avoir fourni ce commentaire, Ryan. Cela nous permettra peut-être de le faire à l'avenir, mais nous pensions que ce trimestre, nous laisserions les promotions de l'année dernière décoller et l'évaluer à mesure que nous progressons dans l'année.

————————————————– ——————————

Opérateur [23]

————————————————– ——————————

La prochaine question est posée par Kyle Joseph de Jefferies.

————————————————– ——————————

Kyle M. Joseph, Jefferies LLC, Division de la recherche – Analyste actions [24]

————————————————– ——————————

Tout d'abord, au cours du trimestre, pouvez-vous nous donner une idée du rythme ou du calendrier des déploiements et des remboursements? Juste pour nous donner une meilleure idée de la dynamique des rendements au cours du trimestre.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [25]

————————————————– ——————————

Nous ne fournissons généralement pas ce type de couleur. Nous ne fournissons pas de conseils à cette entreprise, donc je ne veux pas – je ne veux pas vraiment répondre directement à cette question, si cela vous convient, Kyle. Je veux dire, regardez, comme je l'ai dit, l'activité est lente. Smitty vous a donné quelques chiffres en termes de pipeline et d'arriéré et tout cela. Donc, si vous regardez au cours des 4 derniers trimestres, je vous dirais que notre rythme est raisonnablement constant d'un trimestre à l'autre. Donc, prenez les 4 derniers trimestres de l'année dernière, divisez-le par 4, puis soustrayez le pipeline et le carnet de commandes et la probabilité ajustée, vous pouvez probablement obtenir un nombre qui vous indique à quoi il a ressemblé au cours des 6 dernières semaines. Mais je ne veux pas vraiment donner de conseils concernant le premier trimestre.

————————————————– ——————————

Kyle M. Joseph, Jefferies LLC, Division de la recherche – Analyste actions [26]

————————————————– ——————————

Non, désolé, Kipp. Je parlais du Q4 en termes de si l'un des déploiements est en quelque sorte pondéré en arrière.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [27]

————————————————– ——————————

Q4? Je ne sais pas, il faudrait que je retourne voir. En fait, je ne le sais pas – je ne suis pas sûr que nous ayons cela devant nous. Je ne dirais rien de remarquable. Je ne pense pas que ça va – rien qui va changer votre exercice de modélisation ou votre pensée sur le trimestre.

————————————————– ——————————

Kyle M. Joseph, Jefferies LLC, Division de la recherche – Analyste actions [28]

————————————————– ——————————

Je l'ai. Et puis mon suivi. Juste en reculant, vous avez commenté où les taux sont allés et puis aussi, étant donné que nous avons vu de nombreux pairs augmenter l'effet de levier dans l'espace BDC. Pouvez-vous simplement nous rafraîchir sur une sorte de changements concurrentiels que vous voyez de la part des banques ou d'autres BDC?

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [29]

————————————————– ——————————

Non, je dirais que c'est pareil, toujours compétitif. Beaucoup de capitaux ont été apportés dans l'espace. J'ai fait un commentaire sur le ralentissement des activités pour commencer l'année, une sorte d'approche attentiste sur de nombreux fronts pour les gens. Et encore une fois, nous regardons le LIBOR parce que, évidemment, nous sommes dans une entreprise basée sur les spreads. Nous avons en grande partie des actifs LIBOR-plus sur le côté gauche du bilan et environ la moitié du côté droit en termes de passifs n'importe où à taux variable, mais je ne peux pas vous dire ce que je – je n'ai pas vraiment une vue, un moyen de ne pas regarder la courbe avant autour du LIBOR. Si je devais deviner, je vois la stabilité. Nous ne voyons aucun besoin de diminution mais je ne le vois pas vraiment flotter. J'espère donc que cela répond à la question.

————————————————– ——————————

Kyle M. Joseph, Jefferies LLC, Division de la recherche – Analyste actions [30]

————————————————– ——————————

Cela fait.

————————————————– ——————————

Opérateur [31]

————————————————– ——————————

La prochaine question est posée par Kenneth Lee de RBC Capital Markets.

————————————————– ——————————

Kenneth S. Lee, RBC Marchés des Capitaux, Division de la recherche – VP de la recherche sur les actions [32]

————————————————– ——————————

Juste un. En ce qui concerne les coûts de financement, vous avez récemment prolongé les échéances et vous avez également récemment entrepris des efforts pour diversifier les sources de financement. Vous vous demandez, compte tenu de l'environnement actuel, si vous prévoyez d'autres changements dans votre composition de financement en ce moment?

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – PDG et administrateur [33]

————————————————– ——————————

Je vais laisser Penni commenter mais je ne pense pas que nous le fassions. Nous essayons de le maintenir équilibré entre garanti et non garanti, entre flottant et fixe, et de maintenir la durée moyenne des passifs en ligne avec ce que nous pensons l'échéance moyenne ou la durée moyenne d'occupation des actifs.

————————————————– ——————————

Penelope F. Roll, Ares Capital Corporation – Directeur financier [34]

————————————————– ——————————

Je veux dire, je pense que c'est vraiment la même chose que d'habitude. We try to watch the markets and continue to issue into the markets when we see a strong market to issue into, just like we did back in January. But as far as the composition of the balance sheet, I see a lot of the same as we move forward.

————————————————– ——————————

Kenneth S. Lee, RBC Capital Markets, Research Division – VP of Equity Research [35]

————————————————– ——————————

Got you. And just one follow-up, if I may. Just in terms of the — in the investment backlog, the pipeline, and realize this is just a snapshot, but just looking at the industry breakdowns there, wondering how that lines up to what you think which sectors are the most favorable or at least favorable to invest in, in the current environment, also realizing that you tend to prefer noncyclical industries.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – CEO & Director [36]

————————————————– ——————————

Sûr. Yes, I mean, we have kept the industry mix albeit changing the way that we report it. And as Smitty mentioned, this quarter, very similar. The places that we're being cautious, I think, are the places where we've seen issues, i.e., oil and gas, retail, probably some aspects of the health care services business. But generally, the backlog and pipeline is in line with what you've seen from us in the past.

————————————————– ——————————

Opérateur [37]

————————————————– ——————————

The next question is from Casey Alexander of Compass Point.

————————————————– ——————————

Casey Jay Alexander, Compass Point Research & Trading, LLC, Research Division – Senior VP & Research Analyst [38]

————————————————– ——————————

I just have one question and no follow-up. I noticed in your originations a couple of sub debt loans made in the solar power industry, which has been an area that has been kind of tricky for BDCs to lend to. So I was kind of wondering what was unique or interesting about those opportunities that led you to go ahead and lend into those.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – CEO & Director [39]

————————————————– ——————————

Oui. Thanks, Casey, we did. And the structure of that market is a little bit different. You tend to see more mezzanine paper, equity-like paper behind longer termed-out senior financing. So I think we did a $135 million deal to developer of residential solar, one of the largest in the U.S. The other one is a vertically-integrated developer of utility-scale solar projects. So, look, we've got a team that's been here a long time, making investments in the space for us. We think the 2 that they found this past quarter were particularly interesting.

We've actually had great experience and have had no defaults in our power investing vertical, so to speak, these days. So we're — nothing unusual, maybe just 2 deals that happened to come in the same quarter.

————————————————– ——————————

Opérateur [40]

————————————————– ——————————

Your next question is from Fin O'Shea with Wells Fargo.

————————————————– ——————————

Finian Patrick O'Shea, Wells Fargo Securities, LLC, Research Division – Associate Analyst [41]

————————————————– ——————————

Just a small one on the SDLP. I think with some of your opening remarks on execution risk in the syndicated market and some peers talking about this as well in the unitranche opportunity, would we look at the SDLP as perhaps a candidate for a leg-up in investment in size this year?

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – CEO & Director [42]

————————————————– ——————————

Peut être. I mean, I think it will grow. I think your point on some of these larger deals getting done by nonbanks is a phenomenon that's likely to continue to increase. That being said, Fin, with the size of our balance sheet overall, these — we can do those deals either on our own or in the SDLP. So — and they get all perhaps be a beneficiary but I think the company as a whole will be a beneficiary, whether it's in SDLP or not.

————————————————– ——————————

Finian Patrick O'Shea, Wells Fargo Securities, LLC, Research Division – Associate Analyst [43]

————————————————– ——————————

Sûr. And then just one, Ivy Hill. This mark obviously moves around a little bit. Correct me if I'm wrong, the dividend was up this quarter. That's also been sort of a normal thing for the fourth quarter, but any change in the course of business in Ivy Hill? Anything to look into on the valuation improvements?

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – CEO & Director [44]

————————————————– ——————————

Oui. No, I mean, it was just — maybe it was actually just a fair value increase. I don't think the dividend increased this quarter. But look, I mean, they were a little bit under-invested, so they got more cash to work in their vehicles. And obviously, with less cash drag in a CLO, you're generating better returns. The other thing I'd say, look, the market conditions have been more favorable, i.e., spreads have tightened and that's a beneficiary for them or that's a benefit for them, rather.

————————————————– ——————————

Opérateur [45]

————————————————– ——————————

(Operator Instructions)

The next question is from Robert Dodd with Raymond James.

————————————————– ——————————

Robert James Dodd, Raymond James & Associates, Inc., Research Division – Research Analyst [46]

————————————————– ——————————

On the LIBOR floor issue, and I appreciate the color that you gave on that already. I mean, you said 79% of the floating book has them. The new commitments were at slightly higher floors. But in the upper, upper end of the market, floors seem to be getting [better], which seems a lot with LIBOR falling. But — so on the new commitments, is it — are they as relatively easy to get, i.e., should we expect the round numbers, 80% of your floating book that has floors, to stay stable? Or are they getting harder to achieve in the book, but where you can get them, at slightly higher floors? Any color on that?

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – CEO & Director [47]

————————————————– ——————————

Oui. I mean, I think the general answer is yes. With the prospect of LIBOR likely to increase, call it, whatever that was 12 months ago, the expectation was that short rates were going up. When that changes, obviously, it forces us and the rest of the market to be more cautious and insist upon LIBOR floors. So I think over the last 2 quarters, that it's gotten easier to do that, and we think it will continue in that direction, particularly with a forward curve showing a 40 basis point decline on the LIBOR side. I think we're going to be pretty focused on it.

————————————————– ——————————

Opérateur [48]

————————————————– ——————————

This concludes our question-and-answer session. I'd like to turn the conference back over to Mr. Kipp DeVeer for any closing remarks.

————————————————– ——————————

Robert Kipp DeVeer, Ares Capital Corporation – CEO & Director [49]

————————————————– ——————————

I'd just thank everybody for joining the call and your interest in the company and we'll catch up with you all next quarter.

————————————————– ——————————

Opérateur [50]

————————————————– ——————————

Ladies and gentlemen, this concludes our conference call for today. If you missed any part of today's call, an archived replay of this conference call will be available approximately 1 hour after the end of the call through February [26,] 2020 at 5:00 p.m. to domestic callers by dialing 1 (877) 344-7529 and to international callers by dialing +1 (412) 317-0088. For all replays, please reference conference number 10137626. An archived replay will also be available on a webcast link located on the homepage of the Investor Resources section of Ares Capital website. The conference has now concluded, please disconnect. Thank you for attending today's presentation.

Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présen …
4.9 (98%) 32 votes