Transcription modifiée de la conférence téléphonique sur les résultats de BHC ou présente …

MISSISSAUGA 24 février 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats de Bausch Health Companies Inc mercredi 19 février 2020 à 13 h 00 GMT

* Arthur J. Shannon

Bausch Health Companies Inc. – Vice-président principal et chef de l'IR et des communications

* Joseph C. Papa

Bausch Health Companies Inc. – PDG et président du conseil d'administration

* Paul S. Herendeen

Bausch Health Companies Inc. – Vice-président exécutif et directeur financier

* David A. Amsellem

* Terence C. Flynn

Evercore ISI Institutional Equities, Division de la recherche – MD principal et analyste principal de la recherche sur les actions

Bonjour et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats financiers du quatrième trimestre et de l'année 2019 de Bausch Health. (Instructions de l'opérateur) Veuillez noter que cet événement est en cours d'enregistrement.

J'aimerais maintenant confier la conférence à Arthur Shannon, vice-président principal des relations avec les investisseurs et des communications mondiales. Allez-y.

Arthur J. Shannon, Bausch Health Companies Inc. – Vice-président principal et chef de l'IR et des communications [2]

Merci, Alicia. Bonjour à tous et bienvenue à notre conférence téléphonique sur les résultats financiers du quatrième trimestre et de l'année 2019. Participent à l'appel d'aujourd'hui: le président et chef de la direction, M. Joe Papa; et chef de la direction financière, M. Paul Herendeen. En plus de cette webdiffusion en direct, une copie de la présentation des diapositives d'aujourd'hui et une rediffusion de cette conférence téléphonique seront disponibles sur notre site Web dans la section Relations avec les investisseurs.

Avant de commencer, nous aimerions vous rappeler que notre présentation d'aujourd'hui contient des informations prospectives. Nous vous demandons de prendre un moment pour lire la légende de l'énoncé prospectif au début de notre présentation car elle contient des informations importantes. Cette présentation contient des mesures financières non conformes aux PCGR. Pour plus d'informations sur ces mesures, veuillez consulter la diapositive 2 de la présentation.

Les rapprochements non conformes aux PCGR se trouvent dans l'annexe à la présentation publiée sur notre site Web. Enfin, les indications financières contenues dans cette présentation ne sont en vigueur qu'aujourd'hui. Notre politique est généralement de ne pas mettre à jour les directives avant le trimestre suivant et de ne pas mettre à jour ou confirmer les directives autrement que par une divulgation publique largement diffusée.

Sur ce, c'est avec plaisir que je donne la parole à Joe Papa.

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – PDG et président du conseil d'administration [3]

Merci, Art, et merci à tous au téléphone de vous être joints à nous aujourd'hui. Passons rapidement en revue les sujets que nous aborderons aujourd'hui. Je commencerai par un bref résumé des faits saillants de notre entreprise en 2019 avant de passer la parole à Paul Herendeen, notre directeur financier. Paul nous présentera les résultats financiers du quatrième trimestre et de l'exercice et fournira nos prévisions pour 2020. Je passerai ensuite en revue les faits saillants du segment et les catalyseurs avant d'ouvrir la ligne pour les questions.

À partir de la diapositive 4. En 2019, notre thème était de pivoter vers l'infraction ou de se concentrer sur la croissance organique de nos activités principales. Nous avons maintenant enregistré 8 trimestres consécutifs de croissance organique et 2019 a été notre première année complète de croissance du chiffre d'affaires depuis 2015. Bausch Health a connu une croissance organique de 4% en 2019 et son chiffre d'affaires a augmenté de 3%.

Notre plus grand segment, B + L / International, a enregistré sa troisième année consécutive de croissance organique à moyen et à un chiffre. Salix a déclaré pour la première fois un chiffre d'affaires annuel de plus de 2 milliards de dollars. Nous avons généré 1,5 milliard de dollars de trésorerie d'exploitation. Nous avons augmenté nos investissements en R&D de 14% par rapport à 2019-2020. Et nous avons utilisé environ 1,1 milliard de dollars en espèces pour rembourser environ 900 millions de dollars de dette et financer environ 250 millions de dollars d'acquisitions ou de produits de licence. Pivoter à l'infraction comprenait également le lancement de nouveaux produits et la stimulation de leur croissance, et nos nouveaux produits continuent de croître.

Tout d'abord, après le lancement de Thermage FLX en Asie-Pacifique, la franchise Thermage a enregistré une croissance organique de 73% de son chiffre d'affaires par rapport à 2019-2020. Ce taux de croissance exceptionnel a fait du Thermage l'une des 10 meilleures franchises de Bausch Health en 2019. LUMIFY a atteint une part de marché hebdomadaire d'environ 43% en 2019, est le produit n ° 1 recommandé par les médecins dans la catégorie des analgésiques.

TRULANCE TRxs a augmenté de 31% (sic) [30%] en glissement annuel et nous avons amélioré la position d'accès au marché pour environ 35 millions de vies depuis que nous avons acquis le produit au premier trimestre de 2019.

DUOBRII a été une autre vedette. Les TRx hebdomadaires ont augmenté de 25% du troisième au quatrième trimestre de 2019, et nous avons maintenant atteint 63% d'accès commercial.

Dans l'ensemble, toute l'équipe de Bausch Health de 22000 employés a tenu sa promesse de passer à l'offensive en 2019 et a démontré la durabilité de notre entreprise, que nous avons développée à la fois de manière organique et grâce à des acquisitions stratégiques renforcées. Grand effort de toute l'équipe de Bausch Health.

Paul va vous expliquer plus en détail le quatrième trimestre et les résultats annuels. Sur ce, je cède la parole à Paul.

————————————————– ——————————

Paul S. Herendeen, Bausch Health Companies Inc. – Vice-président exécutif et directeur financier [4]

————————————————– ——————————

Merci, Joe. Beaucoup à couvrir. J'essaierai d'aller vite. Bon trimestre et bonne année. Une approche un peu différente ce trimestre. Je vais commencer par la diapositive 5, un résumé des changements de revenus par segment et par grande unité commerciale pour le quatrième trimestre et pour l'année 2019. Je vais ensuite descendre le P&L de haut niveau pour le trimestre et fournir quelques observations sur toute l'année avant de passer à nos prévisions pour 2020.

Un rappel rapide, lorsque nous parlons de croissance organique, cela signifie exclure l'impact des variations des taux de change, l'impact des activités cédées et abandonnées au cours des périodes de l'année précédente et l'impact des entreprises acquises.

D'accord. Diapositive 5. Au cours du trimestre, nous avons enregistré une croissance organique de 4% de nos revenus par rapport au quatrième trimestre de 2019-2020. Rappelons que l'année dernière, nous avons pris des mesures pour réduire nos stocks de canaux détenus chez les grossistes et cela, ce qui a eu pour effet de réduire les revenus du quatrième trimestre de 2019-2020 d'un an. estimé à 76 millions de dollars. C'est donc un vent arrière pour nous ce trimestre. En excluant l'impact de la contraction des stocks, nous avons tout de même affiché une croissance organique des revenus de plus haut niveau de plus 1%. Il y avait beaucoup de pièces mobiles, mais beaucoup de bonnes choses dans chacun de nos segments.

Commençons par Salix, qui a été le plus grand contributeur à la croissance organique du chiffre d'affaires du trimestre, en hausse organique de 17% sur la poursuite de la forte performance de XIFAXAN, en hausse de 29%. RELISTOR, en hausse de 29%, et PLENVU ont également contribué à la croissance. Nous avons perdu l'exclusivité d'APRISO au cours du trimestre et cela, combiné à l'érosion générique continue d'UCERIS, a compensé une partie de la croissance. Bien que n'étant pas un facteur de croissance organique, les ventes de TRULANCE ont totalisé 18 millions de dollars au cours du trimestre et les TRx remplis ont augmenté de 69% par rapport au quatrième trimestre de 2019-2020. Un bon trimestre de Salix pour conclure une excellente année, affichant une croissance organique de 13% du chiffre d'affaires pour l'année par rapport à 2019-2020 malgré les LOE.

Le chiffre d'affaires du segment B + L / International a augmenté de 3% en organique au cours du trimestre, mené par Global Consumer, plus 7% en organique grâce à LUMIFY aux États-Unis et à nos marques mondiales de solutions de lentilles de contact, renu et Biotrue polyvalentes. Global Surgical a enregistré une croissance organique de plus de 5% au cours du trimestre en raison de la résistance des consommables pour le dos de l'œil et des LIO enVista. Global Vision Care a enregistré une croissance organique de plus de 4% au cours du trimestre grâce à ses lentilles mensuelles en silicone hydrogel ULTRA, ses lentilles AQUALOX Daily SiHy au Japon et ses lentilles Biotrue ONEday. Notre activité pharmaceutique internationale est restée essentiellement stable par rapport au T4 de 2019-2020, tandis que Global Ophtho Rx a reculé de 2% de manière organique, la croissance de VYZULTA et PROLENSA ayant été plus que compensée par le déclin de la famille de marques LOTEMAX en raison de l'érosion générique.

Pour l'ensemble de l'année, B + L / International a connu une croissance organique de 5%, ce qui correspond à notre conviction que ce segment diversifié et durable peut générer une croissance moyenne à un chiffre au fil du temps. Les 5 unités commerciales B + L / International ont affiché une croissance organique de leurs revenus pour l'année, dirigée par Global Consumer, en hausse organique de 6% grâce à la force de LUMIFY aux États-Unis et de nos vitamines pour les yeux à l'échelle mondiale; suivi de Global Vision Care, en hausse organique de 7%, avec des contributions de nos verres Biotrue ONEday, nos verres mensuels ULTRA et nos verres AQUALOX Daily SiHy au Japon.

Notre activité pharmaceutique internationale est en hausse organique de 5% grâce à sa vigueur en Russie, en Égypte et au Canada. Global Ophtho Rx est en hausse organique de 2%. Contrairement au trimestre, sur l'ensemble de l'année, la croissance de VYZULTA, PROLENSA et d'un portefeuille de nos marques ophtalmiques internationales a surmonté la traînée LOE de LOTEMAX. Le segment Ortho Dermatologics a connu une baisse organique de 1% au quatrième trimestre de 2019 par rapport à 2019-2020, la croissance spectaculaire de notre activité mondiale d'esthétique, Solta, en hausse de 42%, a presque surmonté la baisse de 18% de la dermatologie médicale.

Dans le secteur Solta, la plate-forme Thermage figure désormais solidement dans le top 10 des produits pour l'ensemble de l'entreprise et a largement contribué à la croissance de l'entreprise. LOE a joué un grand rôle dans la baisse trimestrielle du derme médical, principalement la crème Elidel et Zovirax. Le solde des produits promus dans le derme médical, notamment DUOBRII, JUBLIA, SILIQ et BRYHALI, a tous augmenté par rapport au quatrième trimestre de 2019-2020. C'est à peu près la même histoire pour le segment Ortho Derm pour l'année entière, forte croissance de Global Solta, plus 45% en organique sur l'année, plus que compensé par le recul de la dermatologie médicale.

Pour l'année entière, le derm médical a été notre activité la plus impactée par les LOE, une traînée de croissance de moins 121 millions de dollars par rapport à 2019-2020. Du côté positif, JUBLIA était l'un des 15 principaux contributeurs à la croissance des revenus à l'échelle de l'entreprise en 2019 par rapport à 2019-2020. Alors que l'impact des LOE se modère dans ce segment, JUBLIA, avec nos marques en phase de croissance, c'est-à-dire DUOBRII, SILIQ et BRYHALI, constitue le cœur de notre portefeuille de derm médical et la base d'un retour attendu à la croissance de cette activité en 2020.

Enfin, le segment Diversifié, qui a connu une baisse organique de 5% au cours du trimestre, les LOE ayant pesé de 29 millions de dollars sur l'activité neuro. Notre activité génériques a connu une croissance organique de 3% au cours du trimestre, les versions génériques autorisées de nos produits de marque ayant perdu leur exclusivité, principalement UCERIS, APRISO, LOTEMAX et Elidel, assurant l'essentiel de cette croissance. Pour l'ensemble de l'année, Diversified a reculé de 5% de manière organique, la croissance de 11% de notre activité génériques compensant une partie de la perte de croissance de 116 millions de dollars de la LOE dans notre activité neuro. Le chiffre d'affaires total de l'entreprise pour l'année a augmenté de 4% en organique, 2% provenant de l'amélioration des prix de vente nets réalisés et 2% de l'augmentation du volume.

Passez à la diapositive 6, le résumé du compte de résultat pour le trimestre. Notre marge brute au cours du trimestre a été de 71,4%, en baisse d'environ 20 points de base par rapport au quatrième trimestre de 2019-2020, principalement en raison de la radiation de stocks plus élevée au quatrième trimestre de 2019 par rapport au trimestre de l'exercice précédent. A noter que sur l'ensemble de l'année, notre marge brute est de 72,7%, favorable de 80 points de base par rapport à 2019-2020, avec un mix moteur important, impactant notamment la croissance de XIFAXAN mais aussi des améliorations liées à nos activités Project CORE. Notre prévision finale pour l'année entière pour la marge brute était d'environ 73%.

Les frais de vente et de publicité sur le trimestre sont en hausse – ou défavorables à taux de change constants de 6% par rapport au T4 2019-2020 en raison de l'ajout de TRULANCE au portefeuille Salix et des coûts A&P plus élevés dans Vision Care pour soutenir les nouveaux lancements et dans l'industrie pharmaceutique internationale pour lancements de produits, notamment au Canada et en Russie. Les frais généraux et administratifs ajustés en devises constantes ont été de 8% défavorables au cours du trimestre par rapport au quatrième trimestre de 2019-2020, en raison de l'augmentation des coûts des initiatives de développement commercial et des coûts informatiques permanents plus élevés alors que nous continuons à travailler pour améliorer nos systèmes d'exploitation mondiaux.

Je tiens à souligner qu'au quatrième trimestre de 2019, le taux d'exécution ajusté des frais généraux et administratifs est – il est supérieur à ce que j'attendrais en moyenne que le taux d'exécution trimestriel soit en 2020. Le taux d'exécution ajusté des frais généraux et administratifs futurs est probablement compris entre les 163 millions de dollars que nous au quatrième trimestre et la moyenne de 140 millions de dollars sur les 3 premiers trimestres de 2019. La R&D est en baisse sur le trimestre, favorable de 5% à taux de change constant. Je ne lirais pas grand-chose là-dessus, car c'est simplement la façon dont le calendrier des dépenses a diminué au cours des deux périodes. Pour l'ensemble de l'année, la R&D a augmenté de 15% à taux de change constant, à 471 millions de dollars, légèrement en dessous de nos prévisions finales pour la R&D de 480 millions de dollars en 2019. Encore une fois, juste le moment où les dépenses ont chuté. Comme vous le verrez lorsque j'arriverai aux prévisions pour 2020, nous avons l'intention d'engager plus de capitaux dans les activités de R&D.

Le BAIIA ajusté du trimestre s'est établi à 898 millions de dollars, en hausse de 5% par rapport au trimestre de l'exercice précédent, en devises constantes. Un trimestre solide qui nous a permis d'afficher un EBITDA ajusté de 3,571 milliards de dollars pour l'année entière, qui était de plus 4% à taux de change constant par rapport à 2019-2020 et juste en dessous de l'extrémité supérieure de notre fourchette finale pour 2019.

Passons à la diapositive 7. Je pense qu'il vaut la peine de revenir sur notre performance en 2019 par rapport au point médian de nos prévisions initiales de 2019, qui étaient de 8,4 milliards de dollars de revenus et de 3,425 milliards de dollars d'EBITDA ajusté. Nos revenus réels pour 2019 étaient de 201 millions de dollars supérieurs au point médian des prévisions initiales, avec un résultat favorable en fonction de 4 facteurs: l'acquisition de TRULANCE a ajouté 55 millions de dollars; les revenus tirés des actifs de LOE se sont élevés à 53 millions de dollars; notre activité de base a été favorable de 115 millions de dollars; et en compensant les changements de taux de change, les revenus ont réduit les revenus de quelque 22 millions de dollars.

Le BAIIA ajusté était de 146 millions de dollars supérieur au point médian de nos prévisions initiales. FX n'a ​​eu aucun impact. TRULANCE n'a eu aucun impact. Les meilleurs revenus de LOE ont ajouté 36 millions de dollars de bénéfices. La meilleure performance de base a ajouté 71 millions de dollars de bénéfices, tandis que les investissements dans la R&D et les dépenses SG&A étaient tous les deux un peu au-dessus de notre vision initiale. Le principal facteur unique de l'amélioration du BAIIA ajusté a été notre marge brute, qui s'est établie à 120 points de base mieux que prévu initialement, ce qui a représenté environ 100 millions de dollars de hausse.

Le fait est que, au cours de l'année, nous avons eu de la chance avec les actifs LOE. Mais la part du lion des meilleurs résultats est venue de nos unités commerciales qui ont amélioré les performances dans nos activités de base, de nos activités de projet CORE pour améliorer le brut-net et de nos efforts incessants pour améliorer l'efficacité de notre chaîne d'approvisionnement. Une bonne année.

Passons à la diapositive 8, le résumé des flux de trésorerie. Notre trésorerie nette fournie par les activités d'exploitation en 2019 s'est élevée à 1,501 milliard de dollars, le bas de notre fourchette attendue, car nous avons augmenté les stocks de certains produits clés et API pour garantir un approvisionnement ininterrompu. Notez qu'à la fin de l'année, nous disposions de 3,244 milliards de dollars de liquidités, car nous avions finalisé une offre de 2,5 milliards de dollars de billets non garantis fin décembre et n'avions pas encore affecté ces produits au paiement du Contentieux américain en valeurs mobilières, soit 1,21 milliard de dollars, et le remboursement anticipé d'autres dettes totalisant 1,24 milliard de dollars. Déduction faite de ces montants et des frais connexes, notre trésorerie d'exploitation à la fin de l'exercice était d'environ 750 millions de dollars.

De même, à la diapositive 9, la trésorerie et la dette de notre bilan à la fin de l'exercice sont gonflées en raison du moment de l'augmentation de la dette de 2,5 milliards de dollars et de l'utilisation de ce produit net. Je pense à ça comme ça. Pro forma pour le déploiement de ces fonds, notre dette nette à la fin de l’année aurait été d’environ 24,2 milliards de dollars. Le règlement de l'affaire des valeurs mobilières américaines nous a fait reculer dans nos progrès en réduisant le montant de notre dette et en améliorant nos ratios de levier, mais c'était absolument la bonne chose à faire pour quantifier et régler une importante incertitude en surplomb.

Un petit aparté, la semaine dernière, nous avons commencé à appeler un autre montant principal de 100 millions de dollars d'obligations. Nous avons l'intention de continuer à réduire systématiquement notre dette.

Une dernière chose au bilan. Au cours du trimestre, nous avons comptabilisé le règlement de l'affaire de chute des stocks aux États-Unis, d'autres affaires connexes et des litiges et enquêtes en cours. La charge à payer totale s’élevait à 1,39 milliard de dollars et est incluse dans les autres produits et charges PCGR de notre compte de résultat. Pour éviter toute ambiguïté, nous excluons cette charge du calcul du BAIIA ajusté et du bénéfice net ajusté.

Enfin, et pour les diapositives financières pour moi, en commençant par la diapositive 10, montrant nos prévisions pour 2020. Nos prévisions de revenus pour 2020 se situent entre 8,65 milliards de dollars et 8,85 milliards de dollars, ce qui représente une fourchette de croissance de plus 1% à plus 3% aux taux de change actuels. Nos prévisions de BAIIA ajusté se situent entre 3,5 et 3,65 milliards de dollars, ce qui représente une fourchette de croissance de moins 2% à plus 2% aux taux de change actuels.

Je veux couvrir les autres éléments de nos conseils sur cette diapositive avant de parler de la façon de penser à ces taux de croissance des revenus et des bénéfices pour 2020. Les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux s'élevaient à 2,5 milliards de dollars en 2019, et nous nous dirigeons à environ 2,6 milliards de dollars pour 2020. L'augmentation d'environ 100 millions de dollars ou 4% est plus élevée qu'elle ne pourrait l'être alors que nous nous tournons vers 2021 et 2022.

Dans notre plan 2020, nous avons rationalisé OpEx dans plusieurs unités commerciales, mais nous avons également alloué des ressources de vente, de publicité et de promotion supplémentaires à certaines unités pour soutenir les produits de lancement et les produits en phase de lancement, y compris les lentilles Daily SiHy, LUMIFY, DUOBRII et Thermage. En G&A, nous continuons à développer notre organisation et notre infrastructure informatique mondiale, et cela a un coût, augmentant notre G&A ajusté en 2020 par rapport à 2019. À mesure que nous progressons en 2021 et 2022, nous devrions être en mesure de maintenir la croissance des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux inférieurs à ceux de la croissance des revenus.

Nous prévoyons environ 500 millions de dollars de R&D pour 2020, en hausse d'environ 30 millions de dollars par rapport à 2019. Si vous remontez à 2019-2020, notre investissement en R&D s'est élevé à 361 millions de dollars. Au cours des dernières années, nous avons mis en place l'organisation et l'infrastructure de R&D pour prendre en charge un volume accru de produits afin de soutenir chacun de nos principaux métiers. Cela comprend la réduction de l'intensité des investissements dans certains domaines, tout en augmentant les engagements dans d'autres domaines où nous avions été sous-investis pendant un certain nombre d'années, et c'est spécifiquement l'IG, le B + L Surgical et l'Ophtho Rx. Bien qu'une augmentation de 6% de la R&D réduise nos bénéfices et notre croissance à court terme, c'est la bonne chose à faire pour améliorer nos perspectives de croissance organique à long terme. Pour les intérêts débiteurs, nous nous dirigeons à 1,55 milliard de dollars, en baisse par rapport à 1,6 milliard de dollars malgré l'ajout de 1,21 milliard de dollars de dette pour financer le règlement du recours collectif américain Securities.

Notre taux d'imposition sur le bénéfice ajusté était de 7,8% en 2019. Nous prévoyons qu'il sera à peu près le même, environ 8%, en 2020. Vers le bas de la page, notez que nous nous dirigeons vers des dépenses en capital en 2020 d'environ 300 $ million. Dans le passé, j'ai dit que notre CapEx à l'état d'équilibre pourrait être d'environ 160 millions à 175 millions de dollars par an, et que la hausse en 2019 était principalement due aux investissements liés à l'initiative quotidienne de lentilles hydrogel en silicone et à la construction de notre systèmes informatiques mondiaux.

Au fil du temps, nous avons déterminé que le sous-investissement, en particulier dans notre chaîne d'approvisionnement, au cours des dernières années, nécessitait une augmentation des investissements en 2020 et au-delà. Nous pensons actuellement qu'après environ 300 millions de dollars d'investissement en 2020, nous verrons probablement les besoins en CapEx diminuer en 2021 et de nouveau en 2022. Notre état d'équilibre dans quelques années pourrait être plus proche de 225 millions de dollars de CapEx par an.

Les contreparties éventuelles, les jalons et les accords de licence ont totalisé 58 millions de dollars en 2019, et nous prévoyons environ 100 millions de dollars en 2020. L'augmentation est liée à un jalon de vente prévu sur RELISTOR et aux paiements liés aux droits récemment acquis sur XIPERE et NOV03.

Enfin, restructuration et autres. En 2019, ces éléments ont totalisé 52 millions de dollars. En 2020, nous nous dirigeons vers 75 millions de dollars, soulignant que cet élément représente notre estimation des coûts de restructuration, de l'intégration de certains systèmes et du règlement des cas juridiques et des enquêtes.

Passons à la diapositive 11, le pont entre les résultats réels de 2019 et nos prévisions pour 2020. Tout d'abord, concentrez-vous sur l'impact de la LOE. Nous prévoyons un ralentissement de la croissance de 275 millions de dollars du panier d'actifs de LOE en 2020. La bonne nouvelle ici est que nous sommes enfin sur le point de mettre derrière nous l'impact du large ensemble de LOE. Dans 27 (sic) [2019-2020] contre '16, le ralentissement de la croissance était de 486 millions de dollars; en 18 contre 17, c'était 289 millions de dollars; en '19 contre '18, c'était 360 millions de dollars. Au cours des 3 dernières années, notre croissance des revenus a été entravée par plus de 1,1 milliard de dollars de traînée de LOE.

En 2020, nous prévoyons que la traînée passera à 275 millions de dollars. Et voici la bonne partie. Cela est basé sur le fait que nous réalisons des revenus sur le panier de LOE de 237 millions de dollars en 2020. Et même si ce montant diminuera en 2021 par rapport à 2020, la traînée sera considérablement réduite. Nous n'avons ajouté aucune nouvelle LOE au panier de LOE en 2020. Et sur la période allant de 21 à 23, nous nous attendons à ce que l'impact des futurs actifs de LOE soit assez gérable.

La performance de base de plus 100 – excusez-moi 415 millions de dollars est affectée de manière négative par quelques choses que j'ai appelées lors de notre dernier appel et quelques autres qui méritent d'être notées. Premièrement, il y a la partie non récurrente des améliorations du brut par rapport aux moustiquaires que nous avons constatée en 2019, en particulier au troisième trimestre, qui constitue un obstacle à la croissance de 2020. Ensuite, la trajectoire – est la trajectoire de Glumetza. Glumetza avait été un performant solide au cours des 3 premiers trimestres de 2019 auparavant, comme nous l'avions prévenu. Il a chuté de près de moitié au quatrième trimestre et devrait maintenant afficher une tendance à la baisse à partir de là au cours des prochains trimestres.

Ensuite, et que je n'avais pas encore appelé pour vous, nous avons réalisé d'excellentes performances dans notre activité génériques en 2019 avec des contributions majeures des versions génériques autorisées d'UCERIS et d'Elidel. À mesure que des versions plus génériques de ces produits seront lancées, nous verrons une baisse significative des revenus de nos AG en 2020. Considérez les AG comme nous étirant la queue des marques qui perdent leur exclusivité. C'est bon, mais ça part.

Un autre bit de couleur. La performance de base aurait pu être meilleure, mais nos prévisions incluent une estimation d'un vent significatif pour – sur notre région Asie-Pacifique, en particulier la Chine, associée à la situation des coronavirus. Nos prévisions de revenus incluent un impact d'environ 50 millions de dollars sur les coronavirus. C'est une estimation, et nous verrons comment cela se déroulera au cours de 2020. De toute évidence, cela a également eu une incidence sur nos prévisions de BAIIA ajusté. Ces éléments font donc partie de la raison pour laquelle la croissance des revenus en 2020 impliquée par les prévisions n'est que de l'ordre de 1% à 3% aux taux de change actuels.

En ce qui concerne le pont EBITDA en bas de la page, les effets de change, de LOE et de R&D sont explicites. Dans la performance de base, nous absorbons l'augmentation d'environ 100 millions de dollars ou 4% des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux. Et l'impact du coronavirus sur nos prévisions de revenus a également un impact sur notre EBITDA ajusté. Tous ces éléments réunis sont les moteurs des taux de croissance du BAIIA ajusté sous-entendus par le fait que nos fourchettes indicatives sont inférieures à notre taux de croissance des revenus.

C'est tout pour moi. Retour à vous, Joe.

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – PDG et président du conseil d'administration [5]

————————————————– ——————————

Merci, Paul. Sur la diapositive 12, il y a beaucoup d'informations, mais le message important à souligner est que nous avons maintenant enregistré 3 années consécutives de croissance organique à mi-chiffre de B + L / International. B + L / International a augmenté de 6% en 2019-2020, de 4% en 2019-2020 et de 5% en 2019.

Passons à la diapositive 13. Global Vision Care a été un acteur performant, et je tiens à souligner 2 produits qui ont été les principaux moteurs de la croissance de cette entreprise: les lentilles de contact Biotrue ONEday et ULTRA. Nous avons indiqué les revenus déclarés sur 5 ans pour chacun dans le graphique à partir du bas de la diapositive 13. À gauche, de 2015 à 2019, les verres Biotrue ONEday ont affiché un taux de croissance annuel composé de 22% et les revenus organiques ont augmenté de 23% en 2019 À droite, les lentilles ULTRA avaient un TCAC de 32% au cours des 5 dernières années et ont connu une croissance organique de 24% en 2019. Nous avons annoncé les étapes importantes qui ont entraîné une croissance progressive, y compris les lancements de lentilles pour l'astigmatisme, la presbytie et la prolongation. porter.

La forte performance souligne la durabilité de ces produits et la force de la marque Bausch + Lomb. Nous constatons une augmentation de la part de marché aux États-Unis dans Vision Care. Cette activité a gagné 1,6 point de partage à 11% d'unités d'actions pour le mois de décembre 2019 contre 9,4% en décembre 2019-2020. Enfin, nous prévoyons de lancer nos lentilles hydrogel en silicone aux États-Unis plus tard cette année. Les lentilles en silicone hydrogel sont l'un des segments à plus forte croissance du marché des lentilles de contact.

Passons à la diapositive 14 pour une mise à jour sur Global Consumer. Je veux souligner 2 franchises. Premièrement, notre portefeuille de vitamines oculaires le plus vendu aux États-Unis, Ocuvite et PreserVision, a connu une croissance organique de 4% en 2019 et avait un TCAC d'environ 7% de 2015 à 2019. Et deuxièmement, LUMIFY, le produit n ° 1 recommandé par les médecins aux États-Unis. catégorie anti-rougeurs, a réalisé un chiffre d'affaires de 63 millions de dollars en 2019 et atteint une part de marché hebdomadaire d'environ 43%.

Sur la diapositive 15, nous avons mis en évidence les performances d'enVista dans nos activités chirurgicales mondiales. La famille de lentilles intraoculaires enVista, ou LIO, sont des lentilles artificielles claires que les chirurgiens ophtalmologues utilisent pour remplacer les lentilles naturelles d'une personne lorsqu'elle devient trop trouble en raison d'une cataracte. enVista a connu une croissance organique de 36% en 2019. Le graphique ci-dessous présente les revenus déclarés d'enVista pour les 5 dernières années, qui ont augmenté à un TCAC de 22%.

Nous avons également lancé un enVista toric en 2019, que nous avons montré en bas à droite. Dans la perspective du catalyseur 2020, nous prévoyons de lancer une plateforme de lentilles intraoculaires à profondeur de champ étendue en 2020. Avec l'introduction de cette plateforme, nous entrerons dans le segment des LIO premium en dehors des États-Unis. Enfin, nous prévoyons de lancer une LIO préchargée plate-forme d'injecteurs pour les LIO enVista au deuxième trimestre 2020.

Passons maintenant à la diapositive 16. Avant de passer en revue les principaux faits saillants de Salix, je voudrais aborder 2 mises à jour.

Tout d'abord, après avoir examiné notre portefeuille IG à la lumière des opportunités du marché, nous avons décidé de nous concentrer davantage sur la promotion de XIFAXAN et TRULANCE et nous avons cessé de promouvoir DOPTELET et LUCEMYRA. De plus, nous avons récemment reçu un avis indiquant que Norwich Pharmaceuticals a déposé un ANDA pour les comprimés de rifaximine de 550 milligrammes. Alfasigma et Bausch Health intenteront une action contre Norwich, alléguant une violation de brevet et entraîneront une suspension de l'approbation de 30 mois. Nous restons confiants dans la force des 23 brevets couvrant XIFAXAN, et nous continuerons à défendre vigoureusement notre propriété intellectuelle.

Le graphique de droite montre la croissance de XIFAXAN TRx au cours des 9 derniers trimestres. Comme vous pouvez le voir, les TRx ont augmenté de 7% de 2019-2020 à 2019-2020 et de 8% de 2019-2020 à 2019. Pour IBS-D en particulier, les TRx ont augmenté de 15% en 2019 par rapport à 2019-2020.

Passant maintenant à RELISTOR, les TRx ont augmenté de 6% en 2019. Et à partir de 2020, nous avons récemment amélioré la position d'accès au marché oral de RELISTOR pour plus de 50 millions de vies.

Enfin, TRULANCE. Les TRx ont augmenté de plus de 30% en 2019. Et depuis l'acquisition, nous avons amélioré la position d'accès au marché pour environ 35 millions de vies. Nous constatons des progrès sur le marché de la marque IBS-C, où la nouvelle part de marché de TRULANCE Rx a augmenté de – de 3,9% à 6,4% en 2019.

Passons à la diapositive 17, Ortho Dermatologics. Premièrement, les DUOBRII TRx ont augmenté de 25% au quatrième trimestre par rapport au troisième trimestre, et nous sommes très satisfaits de ce lancement. Comme nous le montrons dans le tableau en bas à gauche, dans les 2 trimestres de son lancement, DUOBRII capture environ 40% des nouveaux patients qui commencent avec un produit de première ligne topique ou oral contre le psoriasis. Lorsque vous regardez DUOBRII par rapport à ces 3 concurrents répertoriés, nous pensons qu'il donne une perspective sur l'opportunité pour DUOBRII et les économies potentielles qui pourraient résulter du retard de la nécessité de commencer les patients sur un produit biologique.

Aussi, je suis ravi de dire que DUOBRII est désormais à 63% d'accès commercial aux États-Unis. Et nous gagnons – à mesure que nous gagnons une couverture incrémentielle, nous prévoyons de réduire le support de couponnage et nous nous attendons à ce que le brut-to-nets s'améliore avec le temps. Fait important, le prix de vente moyen a augmenté par rapport au troisième trimestre, et nous avons terminé l'année avec un ASP plus élevé. Nous allons clairement dans la bonne direction. Nous sommes très enthousiastes à l'idée de l'opportunité pour DUOBRII, principalement parce que, pour la première fois, nous pouvons offrir aux patients atteints de psoriasis un produit topique avec un corticostéroïde à haute puissance qu'ils peuvent traiter jusqu'à la clairance plutôt que d'être limité à une certaine durée.

Passons maintenant à SILIQ. Les TRx ont augmenté de 100% en 2019 par rapport à l'année précédente, et nous avons atteint 67% d'accès commercial. Les TRY BRYHALI ont augmenté de 60% au second semestre 2019 par rapport au premier semestre, et BRYHALI dispose désormais de 71% d'accès commercial. Nous croyons que des taux d'accès de 60% à 70% démontrent que les soins gérés reconnaissent la valeur et l'efficacité de nos produits contre le psoriasis pour aider à améliorer la vie des patients.

À droite, nous mettons en évidence un nouveau modèle de paiement en espèces pour nos produits de dermatologie sur ordonnance aux États-Unis qui est maintenant disponible en ligne sur Dermatology.com. La télémédecine et le commerce électronique sont disponibles sur la plateforme depuis hier. Des produits emblématiques tels que Retin-A seront disponibles sur Dermatology.com ainsi que de nouveaux produits comme ALTRENO. La plate-forme a été lancée avec un portefeuille de 15 produits, et nous prévoyons d'augmenter le nombre de produits en espèces au fil du temps. Nous pensons que Dermatology.com a le potentiel de répondre aux besoins des patients et de développer notre activité dermatologique.

Passons à la diapositive 18. Notre activité esthétique, Global Solta, a connu une croissance organique de 42% au quatrième trimestre de 2019 par rapport au quatrième trimestre de 2019-2020 et de 45% sur l'ensemble de l'année, tirée par l'expansion mondiale de Thermage FLX. Thermage est une thérapie par radiofréquence non invasive qui peut aborder la science du vieillissement cutané. Vous pouvez voir la tendance dans le graphique de gauche avec un TCAC de 46% par rapport à 2019-2020. Pour 2020 au-delà, nous prévoyons une expansion mondiale continue de Thermage FLX, y compris une expansion géographique dans l'UE.

Sur la diapositive 19, vous pouvez voir que nous avons un bon nombre de programmes de développement à un stade avancé dans chacun de nos 4 secteurs d'activité. Nous avons augmenté nos investissements en R&D en 2019 par rapport à 2019-2020 et alloué un pourcentage plus élevé de notre budget de R&D à Bausch + Lomb et Salix sur une base annuelle. Le lancement de nouveaux produits stimulera notre croissance future, et nous sommes ravis d'avoir un pipeline actif en phase avancée de nouveaux programmes innovants susceptibles d'élargir notre portefeuille de produits de santé oculaire, gastro-intestinale et dermatologique.

J'ai parlé de certains programmes en cours de route, mais je veux en souligner quelques-uns plus en détail. Avant de passer à la diapositive 20, au début de 2019-2020, nous avons identifié les sept significatifs comme moteurs clés de la croissance future. Ces 7 produits ont augmenté collectivement de 68% en 2019. Bien que nous soyons satisfaits de cette croissance, nous limiter à 7 produits et exclure les produits de croissance comme Biotrue, ULTRA, PreserVision, enVista IOL, Thermage, Aplenzin, TRULANCE et XIFAXAN ne donne pas de image complète des moteurs attendus de notre croissance future des revenus. Par conséquent, nous continuerons de déclarer les revenus de nos 10 meilleurs produits pour chaque entreprise et, globalement, pour Bausch Health, mais nous ne déclarerions plus les revenus combinés pour les Seven Significant.

Passons à la diapositive 20 pour plus de détails sur nos programmes prometteurs de stade avancé en GI et en santé oculaire. Amiselimod est un composé oral à un stade avancé qui cible le récepteur S1P, qui joue un rôle important dans les maladies auto-immunes telles que la maladie inflammatoire de l'intestin. Environ 1,6 million d'Américains souffrent actuellement d'IBD et jusqu'à 70 000 nouveaux patients sont diagnostiqués aux États-Unis chaque année. We entered into an exclusive licensing agreement with Mitsubishi to develop and commercialize amiselimod in April 2019.

In January 20, we completed an FDA-approved cardiovascular clinical trial protocol that compared amiselimod to placebo and moxifloxacin. The primary endpoint demonstrated that amiselimod had no effect on QT interval prolongation and no other secondary safety signals were identified. We expect to initiate a multi-arm, randomized, placebo-controlled Phase II study in 2020 in ulcerative colitis for amiselimod.

On Slide 21, we highlight NOV03, which we recently licensed in for the U.S. and Canada. NOV03 is a nonaqueous eye drop for the treatment of Dry Eye. The prescription Dry Eye market represents a great opportunity with 6.8% of the U.S. adult population projected to have diagnosed Dry Eye disease, and prevalence will increase with age.

If approved, NOV03 will be the first new prescription treatment for Dry Eye disease with a mechanism of action that is different from currently available products. A Phase II study has already been completed, which showed significant and clinically meaningful improvements in both signs and symptoms of Dry Eye disease. There's a Phase III study underway, and we expect to initiate a second Phase III study later this year.

To wrap up, on Slide 22, we have provided an overview of the 2020 vision for our 3 core businesses which includes both a look back and what has driven performance and a look ahead to what is coming into focus for 2020.

First, Bausch + Lomb. We expect mid-single-digit growth to continue for 2020 based on 5 years of organic revenue growth for ULTRA, Biotrue and Ocuvite and PreserVision and new products like LUMIFY and VYZULTA. Looking ahead, we see significant opportunities in the SiHy launch in the U.S., in EU and the rest of the world, the ramp-up of our enVista IOL platform and the expected launch of an extended depth of focus for the IOL platform.

Next, in Salix, while absorbing the headwinds from APRISO and Glumetza in 2020, our GI business will be based on 2 years of high single TRx growth for XIFAXAN, increased market share for TRULANCE and double-digit growth driven by market access for our RELISTOR oral business. In 2020, we are planning to look forward to also PLENVU ramp-up, continued development of new formulations and indications for rifaximin and pipeline expansions, including dolcanatide and amiselimod.

Third, Ortho Dermatologics, we expect this business to return to growth in 2020 based on a 73% organic revenue growth for Thermage franchise, weekly DUOBRII TRx growth and increased commercial access, driving improved gross-to-nets and the continued ramp of launch products, including SILIQ, BRYHALI and ALTRENO.

Looking ahead, we seek opportunity in building out the cash pay model with more products, telemedicine and e-commerce and the launch of ARAZLO. Finally, we continue to expect to deliver on our 3-year CAGRs on a constant currency basis. And for the midpoint of 2019 guidance, we expect revenue to grow at 4% to 6% CAGR and adjusted EBITDA to grow at 5% to 8% CAGR.

With that, operator, let's open up the line for questions.

================================================================================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Operator Instructions) The first question today comes from Terence Flynn of Goldman Sachs.

————————————————– ——————————

Terence C. Flynn, Goldman Sachs Group Inc., Research Division – MD [2]

————————————————– ——————————

Maybe 2 for me. Just wondering, at a high level, what's embedded in your 2020 guidance for net pricing across the portfolio. How that compares to 2019?

And then on SiHy, the launch in Japan. I was wondering any details you can share on market share. And then how we should think about pricing and positioning as you approach the U.S. launch?

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – CEO & Chairman of the Board [3]

————————————————– ——————————

Okay. Let me start on our pricing — net pricing. Our expectation is that we'll have somewhere in that 2% range, approximately. That's very consistent with what we saw in our 2019 information. Net pricing was approximately 2%. We expect it to be something comparable to that. Now there will be some variation between the product A and product B, but on balance there.

In terms of the SiHy market share, again in Japan, we're pleased with our initial launch in Japan. There were some issues that we had to deal with as we launched a new product, but on balance, we're pleased with what we've seen in terms of that launch. And as Paul said in previous quarters, importantly, as we looked at the Japan market, we believe the SiHy market as a percentage of Japan is about 15% and is growing by about 31%, so — the SiHy market that is. So we think it's an important contributor to growth and will be an important contributor for a long time and also as we launch here in the U.S. later this year. The U.S. is a little smaller percentage of total market in the U.S. It's less than, I think, 13%, but we also see it growing quickly. So we're excited about what that means for us.

We probably aren't going to say anything about pricing yet on the SiHy Daily, but I think you can think that will be competitive with the other products out in the marketplace in the U.S. SiHy Daily business.

————————————————– ——————————

Opérateur [4]

————————————————– ——————————

(Operator Instructions) The next question comes from David Amsellem of Piper Sandler.

————————————————– ——————————

David A. Amsellem, Piper Sandler & Co., Research Division – MD & Senior Research Analyst [5]

————————————————– ——————————

I wanted to focus on XIFAXAN. And looking at the IQVIA retail data is in January, it looks like the growth trajectory of prescriptions is a little more muted compared to 2019. So I'm wondering if there's any indication that the franchise is maturing in any way. And how should we think about the trajectory of volumes for both IBS and AG as we move more into 2020?

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – CEO & Chairman of the Board [6]

————————————————– ——————————

Sûr. I'll start with that one. We always see some normal variation in the early year, especially as patients have the donut hole questions and different reimbursement challenges as we start the year. So we don't see anything specifically happening there that is unusual relative to what we've seen in the past.

I think as you think about trajectory, I mean if you — one of the comments I made was talking about XIFAXAN specifically relative to IBS-D. I remind you that within IBS-D, we were growing, I think, it was mid-double digits. Somewhere around 15%. And importantly, we believe the opportunity there is still very significant for us with XIFAXAN.

Remember that the IBS-D category, for example, has about 9 — I'm sorry, has about 12 million antispasmodic prescriptions. And as we've looked at that, we're less than, let's call it, 10% of that business. Therefore, we believe we've got a great product for IBS-D patients, where, with an episodic treatment, you can potentially get these patients to just move off of these products like the antispasmodics like BENTYL dicyclomine and actually get relief from — long-term relief for use of XIFAXAN. So we're going to continue to promote that area, and we continue to expect to see that growth going on into the future to be clear.

————————————————– ——————————

Opérateur [7]

————————————————– ——————————

The next question comes from Ken Cacciatore of Cowen and Company.

————————————————– ——————————

Kenneth Charles Cacciatore, Cowen and Company, LLC, Research Division – MD & Senior Research Analyst [8]

————————————————– ——————————

Congratulations on all the progress. I know from time to time, you're asked about splitting or selling some of the businesses. But I was wondering, as you get more credit for your performance and the underlying value of all the entity and everything that you're doing, your equity is clearly responding. So I just wanted to know, strategically, how do you view your equity? Is this something that you would think about using to deleverage? Is it something you're thinking about in terms of maybe larger acquisitions? Just wanted to get your thoughts on that.

————————————————– ——————————

Paul S. Herendeen, Bausch Health Companies Inc. – Executive VP & CFO [9]

————————————————– ——————————

Oui. Thanks for the question, Ken. It's Paul. Oui. Our equity has responded. It kind of opens the door to potentially using that equity in some way. I'd say that, for now, I mean, we have a great deal of runway to continue to run our businesses and using equity to reduce our leverage and just be — based on the quantum of our debt and what it would take in order to make a meaningful change, probably not the path we go down.

Now using equity in the context of a value generative transaction, obviously, would have to be the right transaction and something we were incredibly excited about, but we would indeed consider that. I want to touch on because it's interesting. We haven't heard the question as often about splitting the company up over the last, I'd say, several months as the stock has performed better. But I think when you look longer term, the trend — the overall trend in financial markets is for a preference on the part of investors for pure plays. And we own a bunch of great businesses that are today together, and I think that they are stronger — we are stronger with those businesses together today in light of our capital structure.

But as we look down the road, some day down the road, there may be opportunities to pursue more pure plays with respect to one or more of our businesses. But that's just something that's down the road.

————————————————– ——————————

Opérateur [10]

————————————————– ——————————

The next question comes from Umer Raffat of Evercore.

————————————————– ——————————

Umer Raffat, Evercore ISI Institutional Equities, Research Division – Senior MD & Senior Analyst of Equity Research [11]

————————————————– ——————————

I have 2, if I may. One for you, Joe — maybe both for you, Joe. Okay. So you clearly characterize the pivot to be offense and the EBITDA growth of 5% to 8%. But in light of the guidance for this year and in light of our raising investor debate on whether the base business is truly a growth business in the first place, I'm curious, do you feel strongly that the 5% to 8% CAGR is achievable? Especially this year, tracks at the midpoint of the guidance?

And secondly, I was very curious about the S1P1 press release you guys put out in January, not only because I could still never find the trial online anywhere. So I was curious where it was actually done. And — but also, it seemed to me that the issue with the drug was cardiovascular adverse events and not exactly a QT signal. So I was curious that FDA asked you to do a QT study as a clearing event for larger trials.

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – CEO & Chairman of the Board [12]

————————————————– ——————————

Okay. So I'll start on the first part of the question of what we're thinking about pivot to offense and guidance, but I'm going to also turn it over to Paul who's worked his way through that. And then I'll comment on the S1P modulator.

So the simple answer to your question on the CAGRs, are we confident? La réponse est oui. We continue to look at that revenue guidance of 4% to 6% growth and then the 5% to 8% on the EBITDA as something that is achievable, and I'm going to let Paul comment more about that specifically. But the simple answer is yes. And Paul, do you want to make some specific comments, and then I'll come back on the amiselimod?

————————————————– ——————————

Paul S. Herendeen, Bausch Health Companies Inc. – Executive VP & CFO [13]

————————————————– ——————————

Yes, sure. I mean — and thanks for the question because we — Umer, because we do get this question a fair amount. Joe said in his remarks, so let's refresh what we meant when we said 4% to 6% and 5% to 8%. It was off the midpoint of our original 2019 guidance at constant currency. If you adjust that, you would could come up with a range of targets for 2022 in order to meet that CAGR in the range of, say, circa $9.4 billion to $9.95 billion in revenue, $3.9 billion to $4.29 billion for adjusted EBITDA. Yes, we continue to believe that we can and will produce revenue and adjusted EBITDAs in that range. I mean, that's our current belief. Obviously, not a forecast or a bit of guidance that we take lightly. It is fully supported by our bottoms-up long-term view of what we think we can do with each of our businesses.

I want to point out because people lose sight of this, and say it was off the midpoint of 2019 guidance. I spent some time in my prepared remarks talking about how we did in 2019 relative to that original midpoint. We did better so that helps us along the road. I think people are going to look at our revenue — forecast revenue off of our guidance range of plus 1% to plus 3% and adjusted EBITDA minus 2% to plus 2%, say, gee, you're not on track. And say, first of all, we've said this a million times, it's not linear. And we are focused on where we need to be in 2022 in order to be able to achieve those targets that we set for ourselves, and we remain confident that we can achieve those targets.

The good news is we had a great 2019. The bad news is part of that was through LOEs that continued on. We're delighted to have earned the profit and have generated the cash from those LOEs, but that goes away. And so that's a bit of a growth track for us in 2020. Net-net, we are on track.

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – CEO & Chairman of the Board [14]

————————————————– ——————————

On the second part of your question, Umer, on the S1P modulator, amiselimod, the trial that we did was an FDA-approved protocol that we had gone and had the FDA approve the protocol. So we had that in place. We wanted to solve that question or answer that question so that we were assured that there was no QT elongation issue. As you know, other products in this category have had that problem. And we wanted to make sure that, that was not going to happen with this product.

We had belief that it wasn't, but we finished — we wanted to finish the definitive trial for amiselimod to get to that answer. So that is the reason we did it. There was no request or anything. It was just — we had asked and had that as part of the information that we acquired when we received the product from Mitsubishi on amiselimod. So I think that answers that part of the question.

On the rest of it, we will publish this trial. It has not been published yet, but it will be published and presented in a poster session in the not-too-distant future. And I think that was the other part of the question.

————————————————– ——————————

Opérateur [15]

————————————————– ——————————

The next question comes from Gregg Gilbert of SunTrust.

————————————————– ——————————

Gregory Daniel Fraser, SunTrust Robinson Humphrey, Inc., Research Division – Research Analyst [16]

————————————————– ——————————

It's Greg Fraser on for Gregg Gilbert. On XIFAXAN, can you comment on payer coverage for the IBS indication and whether there's any room for improvement there? And can you also please comment on your initiatives to drive higher growth for the HE indication?

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – CEO & Chairman of the Board [17]

————————————————– ——————————

Sûr. We have very strong coverage for XIFAXAN. Overall, it's 98.7%. HE is a little bit stronger, but at that level, it's essentially universal coverage. I mean, we've got very strong coverage on XIFAXAN. There is some variation from plan A to plan B, but we're very pleased with that.

On the question of HE, our view is that we are going to continue to try to improve the compliance and adherence to the product. We have great data that says that if a patient stays compliant with XIFAXAN, you can reduce rehospitalization for hepatic encephalopathy. And if we're able to do that, obviously, we could save the healthcare system a tremendous amount of dollars. So that's our plan and our focus, and we continue to go out and share that data with plans so that they can help lower the cost.

Our fundamental belief, though, is that as healthcare plans, and there's mergers where the medical and the pharmaceutical comes together, we believe we're going to have even more traction on that as we look at the opportunity to not only lower the total cost of the patient from the point of view of both the drug cost and the cost of rehospitalization, et cetera.

So that's our plan, and that's how we've been working on it. We think it's going to be important for patients going into the future with hepatic encephalopathy. And you may recall from our previous comments, we're even looking at trying to get to some of these patients before the actual hepatic encephalopathy by going after some clinical trial evidence that we see in patients who have cirrhosis. So a lot more work. Stay tuned to that for the future.

————————————————– ——————————

Opérateur [18]

————————————————– ——————————

The next question comes from Jason Gerberry of Bank of America.

————————————————– ——————————

Jason Matthew Gerberry, BofA Merrill Lynch, Research Division – MD in US Equity Research [19]

————————————————– ——————————

So a quick question on XIFAXAN. I think previously, in September, you communicated around a 10% to 12% range of growth with minimal contribution from Project CORE. I just wanted to confirm if that's still the fundamental outlook.

And then just on the Significant Seven, is the change in disclosure more or less, hey, this isn't indicative of our broader pipeline value? Or is there a diminished outlook as it pertains to the $1 billion target end of 2022?

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – CEO & Chairman of the Board [20]

————————————————– ——————————

Paul, why don't you take the first part of that?

————————————————– ——————————

Paul S. Herendeen, Bausch Health Companies Inc. – Executive VP & CFO [21]

————————————————– ——————————

Oui. Oui. On the first part of that, I think what we said was we kind of continue to believe that XIFAXAN would — in 2020 versus 2019 that the way — best way to forecast that would be to think about TRxs in growth and use as a proxy for unit growth. And I think we continue to believe that, that can be in the high single digits. And to that, you need to add a couple hundred basis points of net price increase. And the reason it's only a couple hundred basis points is that nonrecurring part of the revenue that we saw in 2019 related to the nondurable part of the improvements in gross-to-nets. Some of it is reflected in absolutely improved net selling price increases that we've realized in '19, but some of it is — it just goes away and becomes kind of a growth headwind.

So net-net, I think we pretty much said high single-digits units and a couple hundred basis points of growth, so circa 10%.

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – CEO & Chairman of the Board [22]

————————————————– ——————————

On the second part of your question on Significant Seven, the way we looked at it is if you go back historically, in 2019-2020 — early 2019-2020, we identified 7 products that we felt were the key growth drivers for us. And as we thought about that, we had great success. This year, it was up 68%, achieved $269 million and expect to see it continue to grow to be clear going forward.

But what we felt is that that's going to leave out some really important growth drivers like XIFAXAN, like TRULANCE, like Thermage, like Biotrue, ULTRA, PreserVision, enVista, Aplenzin. And we really came up with a group of not 7, but actually, I could be fair to say, so close to 15 products that are clear drivers for our future. Now we're not going to comment specifically about those. But my point was that there are some big opportunities there for the future relative to where we saw the future of this business.

And specifically, you get a product like XIFAXAN, our largest product growing double digits, it really is a meaningful contributor. And you can't leave that out of the equation as you're thinking about the future for our business. So that was really the issue. It was — no concerns about our expectations for the future on that one.

————————————————– ——————————

Opérateur [23]

————————————————– ——————————

The next question comes from Chris Schott of JP Morgan.

————————————————– ——————————

Christopher Thomas Schott, JP Morgan Chase & Co, Research Division – Senior Analyst [24]

————————————————– ——————————

Maybe — first question was maybe one for Paul and just following up with the potential for a split and some of those comments you made on investor appetite for pure plays. I think you mentioned that's a trend to think about down the road. But just maybe a little more color on what you'd need to see to enable a split. Is this simply just a matter of getting leverage to a lower level? Or is there something fundamentally we need to think about in the businesses before you would consider maybe separating out into individual kind of units as compared to the portfolio you have today?

My second question was just a quick one on the second XIFAXAN filer. Just any color about this filer relative to Sandoz as you think about the defense of that franchise over time?

————————————————– ——————————

Paul S. Herendeen, Bausch Health Companies Inc. – Executive VP & CFO [25]

————————————————– ——————————

Oui. Chris, thanks for the question. I'll obviously take the first one. Leverage, I would say our level of leverage today is a — makes — it would make it challenging to pursue something where we spin out one of our entities or whatever. It's not impossible, but it would make it a fairly significant challenge. That is the primary thing that we'd sit there and say, it becomes more clear for us with the passage of time. And again, I don't think I'm saying anything here that's groundbreaking.

A pure play is a thing. I mean, people love pure play. Nous avons compris. We own businesses that are very attractive and very attractive in their own right. As we're sitting here today and for the near term, we continue to believe that we are, based on our cap structure, stronger together. And we'll continue to evaluate opportunities for providing that pure play as we go forward.

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – CEO & Chairman of the Board [26]

————————————————– ——————————

On the second part of your question, new XIFAXAN filer, as I mentioned in my comments, that company is Norwich. My understanding, although we don't have all the information yet, is they filed specifically on both the IBS-D and HE. Our belief is that we have 23 patents. So when we initially settled with the largest generic company, Teva, we had 22 patents. We have now supplemented that with another patent. So we have 23 patents. So we feel very strong about our intellectual property position relative to this filing. And we don't see anything specifically different from this — from what they filed versus what Teva filed.

So we continue to believe we've got a strong intellectual property position. So no other specifics — any differences that we've observed.

————————————————– ——————————

Opérateur [27]

————————————————– ——————————

The last question comes from Akash Tewari of Wolfe Research.

————————————————– ——————————

Akash Tewari, Wolfe Research, LLC – Director of Equity Research & Senior Research Analyst [28]

————————————————– ——————————

So look, if we take into account the $275 million LOE impact, the roughly $160 million kind of inventory true-up accrual benefit you had in 2019 that we might not necessarily carry over, it looks like you need over $500 million in new product sales year-over-year to kind of hit the midpoint of your guidance on reps. Can you walk us through where that growth is coming from?

I'm assuming maybe like $150 million is on XIFAXAN, but what's the contribution on the Significant Seven? What's the contribution on Thermage, et cetera, et cetera? Any color would be really appreciated.

And then just a bit on the cash flow. There was a bit of dip in Q4. I'd love a bit more color on what happened. And then how we should think about it in 2020. It looks like your 2020 cash flow from operations is $1.5 billion, which is a bit lower than what I had expected. So if there's any color on that, we'd really appreciate it.

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – CEO & Chairman of the Board [29]

————————————————– ——————————

Okay. I'm going to start, but Paul — we're going to — there were quite a few questions there. We're going to have to take pieces here.

I think the fundamental first question is, where can we grow and how can we grow in 2020 and beyond? And what I would simply go back to is that as we look at our business, we think the overall B + L/International business is going to grow at that mid-single-digit rate. I think your characterization of XIFAXAN growing ballpark 10%, I think that's a fair characterization. Solta, I think you saw the growth that we experienced with Solta in 2019. We clearly think that, that's a great opportunity. And then the final area I'd say is the derm returning to growth is a really important message. If you think about our business, the B + L business, the Salix business have been important to us, but we've had a headwind with dermatology.

As that dermatology grows, especially with some of the new programs, new products like DUOBRII plus the Derm.com — Dermatology.com contribution to our business, we think are all going to be important parts of that growth for the future. And obviously, we got less LOEs versus we had in the past. But Paul, anything you want to add to that portion or talk a little bit about cash flow with them?

————————————————– ——————————

Paul S. Herendeen, Bausch Health Companies Inc. – Executive VP & CFO [30]

————————————————– ——————————

Well, sure. I mean, I actually — I do want to talk about the kind of the growth, where is it going to come from. First is, I think you stated a number on the kind of an inventory issue that was well above what it really was. In 2019, the '18, the aggregate amount that it was kind of a onetimer, if you will, of us taking those wholesale inventories down was $76 million. A big number in the quarter, a couple of hundred basis points of volume growth that was based on that relative — basically what was a relative expansion, although it was not an expansion at all. And for the year, yes, it was also baked into our year versus 2019-2020, but not as big a factor on a total revenue base of $8.6-odd billion.

If you look at the bridge on Slide 11 of our presentation, that $415 million of increase in coming from what we call base performance is obviously net of any pipeline things that would have come up. So that bridge shows you, I think, how we will get to in the aggregate at a company-wide basis, how we'll get to within our revenue guidance.

With respect to cash flow, I mean, I don't want to start with 2019 because, as I said in my prepared remarks, we were at $1.501 billion. So just at the low end of our guidance range. And to be super clear, that is for cash generated from operations, and that's on a GAAP basis.

The primary difference between us at being $1.5 billion and being $1.55 billion or $1.6 billion was that we did at the end of the year have more inventory than we had perhaps been thinking about when we started the year. And that was based on specific decisions that we took to increase inventories, both finished goods and of API for key products to ensure that we had consistency of supply. You'll get our balance sheet later this year. You'll see the increase in our inventory at the end of the year, and that was a primary driver.

Looking ahead to 2020, we have all the factoids that you essentially need to make — come up with a forecast for cash flow from ops. You've got our adjusted EBITDA from the guidance range. You've got our interest expense. You've got restructuring and other. You've got recent milestones and license agreements. You have a pretty good idea what our taxes will be based on our guidance there. And the 1 wildcard is working capital. We will grow in 2020, 2019. And accordingly, that growth, if you assume we're currently at the right level of adjusted working capital, which I would comment on in a minute, that you would add some working capital.

So you'll do that math and you're going to come out somewhere near $1.5 billion. That's the way the math works out. I mean, the pieces that you can't see or can't forecast as well as we can is the interaction or the impact of accruals and other things that are very difficult to forecast. But I think the length — the $1.5 billion will be consistent. I mean, interesting if you look at the history, in 2019-2020, it was $1.501 billion. In 2019, it was $1.501 billion. And we're guiding to $1.5 billion in 2020. It's what we expect today. It could be more than that, but we'll just have to wait and see how that year plays out.

On my last comment, I said about inventory and working capital. I want to provide additional texture. Over time, we are going to drive our inventory balance down. We made some progress, and we've now taken some strategic steps that have moved us in the opposite direction. Longer term, we will be able to unlock cash from our balance sheet by better managing our inventory balances. It's — we're not seeing it in 2019. And I'm essentially telling you we're not going to see it in a significant way in 2020. Stop there.

————————————————– ——————————

Joseph C. Papa, Bausch Health Companies Inc. – CEO & Chairman of the Board [31]

————————————————– ——————————

Okay. Let me just thank everyone for joining us, and we'll see you soon as we will be on the road for the next few months at the various healthcare conferences. Thank you, everyone, for joining. Have a great day, everyone.

————————————————– ——————————

Opérateur [32]

————————————————– ——————————

The conference has now concluded. Thank you for attending today's presentation. You may now disconnect.

Transcription modifiée de la conférence téléphonique sur les résultats de BHC ou présente …
4.9 (98%) 32 votes