Westinghouse Air Brake Technologies (WAB) Résultats du T4 2019 C …

Source de l'image: The Motley Fool.

Technologies de freinage pneumatique de Westinghouse (NYSE: WAB) Call of Earnings Q4 2019 Feb 18, 2020, 10:00 am ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants
  • Remarques préparées:

    Opérateur

    Bonjour. Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du quatrième trimestre 2019. [Operator instructions] Veuillez noter que cet événement est en cours d'enregistrement. J'aimerais maintenant confier la conférence à Kristine Kubacki, vice-présidente des relations avec les investisseurs.

    Kristine Kubacki – Vice-président des relations avec les investisseurs

    Merci, Kate. Bonjour à tous et bienvenue à l'appel de résultats de Wabtec au quatrième trimestre. Nous sommes accompagnés aujourd'hui du président et chef de la direction, Rafael Santana; CFO Pat Dugan; et vice-président principal des finances, John Mastalerz. La présentation de diapositives d'aujourd'hui, ainsi que notre publication des résultats et nos informations financières, ont été publiées sur notre site Web plus tôt dans la journée et peuvent être consultées sur notre onglet Relations avec les investisseurs sur wabteccorp.com.

    Certaines déclarations que nous faisons sont de nature prospective et représentent notre meilleure vision du monde et de nos activités aujourd'hui. Pour des risques, incertitudes et hypothèses plus détaillés concernant nos déclarations prospectives, veuillez consulter les informations fournies dans notre communiqué et présentation des résultats. Nous discuterons également des paramètres financiers non conformes aux PCGR et vous encouragerons à lire attentivement nos informations et tableaux de rapprochement lorsque vous examinerez ces paramètres. Et maintenant, je donne la parole à Rafael.

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Merci, Kristine, et bonjour à tous. Merci de vous joindre a nous. Aujourd'hui, je partagerai quelques réflexions sur le quatrième trimestre et la performance globale de 2019. Nous discuterons du marché du transport ferroviaire ainsi que des perspectives pour 2020.

    Ensuite, Pat couvrira le trimestre plus en détail. Passons à la diapositive 3. Vous pouvez voir que nous avons enregistré un solide résultat financier pour 2019. En particulier, nous avons généré une solide génération de trésorerie de plus de 1 milliard de dollars, qui a dépassé nos prévisions, tirée par une solide performance du fonds de roulement.

    Cela nous a permis de renforcer le bilan en réduisant la dette de plus de 500 millions de dollars depuis la fin du premier trimestre, ce qui crée la flexibilité nécessaire pour financer la future croissance stratégique organique et inorganique. Conformément à notre objectif de poursuivre l'expansion des marges, les marges opérationnelles ajustées pour l'ensemble de l'année se situaient à environ 14%, alors que nous continuons à mener des actions de gestion des coûts et des synergies résultant de la fusion de Wabtec et GE Transportation. Le bénéfice d'exploitation ajusté total pour le trimestre s'est élevé à 313 millions de dollars, tiré en partie par la croissance d'une année à l'autre du fret et du transit. Je tiens à souligner que le carnet de commandes total a augmenté au quatrième trimestre, tiré par le fret international, les services et une importante commande électronique numérique qui entraînera une optimisation du réseau améliorée pour un chemin de fer de classe I.

    Chacun a fourni une base solide pour la visibilité et la croissance à l'avenir. Enfin, nous avons terminé l'année avec un BPA ajusté se situant dans notre fourchette précédente d'environ 4,17 $. Nous avons atteint environ 30 millions de dollars de synergies nettes pour l'année, ce qui a dépassé notre objectif net de 20 millions de dollars, et nous met sur la voie de générer un total de 250 millions de dollars de synergies avant 2022. À l'horizon 2020, nous continuerons de prendre des mesures pour améliorer l'exécution du projet, en particulier dans Transit, et nous restons concentrés sur la priorisation des ressources et une allocation prudente du capital.

    Nous prévoyons que les conditions du marché continueront d'être difficiles principalement sur le marché du fret nord-américain, mais notre portefeuille mondial diversifié, notre base installée importante et notre carnet de commandes nous aideront à surmonter ces vents contraires. Compte tenu de ces facteurs, nous prévoyons que les revenus de 2020 seront d'environ 8,7 milliards de dollars; les marges augmenteront d'environ 100 points de base, tirées par les synergies et l'amélioration continue du segment Transit; Le BPA augmentera et nous aurons une autre année génératrice de trésorerie solide, ce qui nous permettra de renforcer davantage le bilan. Enfin, ce matin, la société a annoncé une autorisation de rachat d'actions de 500 millions de dollars. Le programme renforce notre confiance dans l'entreprise, notre capacité à générer de solides flux de trésorerie tout au long du cycle et à générer de la valeur pour les actionnaires.

    Alors que nous passons à la diapositive 4, j'aimerais couvrir les conditions du marché que nous observons dans les segments du fret et du transit. Permettez-moi de commencer par le fret. Notre entreprise a bien performé malgré des conditions difficiles en Amérique du Nord. Les chargements de voitures en Amérique du Nord ont diminué d'environ 7% au quatrième trimestre et ont diminué d'environ 4% pour l'ensemble de l'année par rapport à 2019-2020.

    Cette situation est due en grande partie à l'incertitude commerciale, à la faiblesse des conditions macroéconomiques mondiales qui ont entraîné une baisse du trafic intermodal, à la baisse des produits de base comme le charbon et l'agriculture. Nous prévoyons que les volumes de wagons complets en 2020 seront stables à légèrement inférieurs à ceux de l'an dernier, et nous prévoyons que la construction des wagons sera d'environ 40 000 wagons contre environ 58 000 en 2019. Et nous prévoyons que les livraisons de locomotives seront en baisse à deux chiffres par rapport à 2019, tirées par Amérique du Nord. Ces hypothèses sont incluses dans nos prévisions pour 2020.

    Comme nous l'avons indiqué lors des appels précédents, la baisse des volumes de wagons, ainsi que le chemin de fer à horaire fixe précis, ont un impact sur les nouvelles commandes locales. Cependant, les impacts continuent d'être partiellement compensés par les commandes internationales, la croissance des services, y compris notre programme de modernisation et les ventes de pièces de rechange. Nous restons très alignés avec nos clients pour accroître l'efficacité et la productivité de leurs opérations grâce à une technologie de pointe, des solutions numériques et des offres de services uniques. Notre activité d'électronique numérique a connu une solide dynamique, avec un carnet de commandes à deux chiffres en 2019.

    Cela nous donne une confiance supplémentaire que l'entreprise peut croître, en moyenne, plus rapidement que l'ensemble du segment Fret. Dans notre base installée internationale, nous continuons de voir de fortes opportunités de croissance, en particulier en Asie, dans des régions comme la Russie / CEI, l'Australie et l'Inde, où nous avons livré plus de 100 locomotives en 2019 dans le cadre de notre contrat de 1000 locomotives. Dans le segment du transport en commun, nous continuons de constater une croissance régulière de l'achalandage et de l'urbanisation, des investissements dans les systèmes ferroviaires de transport en commun en Europe, au Royaume-Uni et même dans certains États-Unis.

    les marchés présentent des opportunités de croissance uniques. Cela comprend la croissance des dépenses d'infrastructure dans les économies établies comme l'Allemagne, où les dépenses ferroviaires augmentent régulièrement en raison du passage aux économies vertes et émergentes comme l'Inde, où nous sommes particulièrement bien placés pour gagner. Au quatrième trimestre, nous sommes en mesure de profiter de ces tendances de croissance, avec des commandes notables de freins et de portes en Inde, en Europe, aux États-Unis et en Asie.

    Et dans l'ensemble de notre portefeuille de segments, nous avons un carnet de commandes pluriannuel solide qui contribuera à la croissance. Sur ce, je vais céder la parole à Pat, qui fournira une plongée plus profonde dans les finances.

    Pat Dugan — Directeur financier

    Merci, Rafael. Alors que nous passons à la diapositive 5, vous pouvez voir que nous avons clôturé 2019 sur une note solide et créé une bonne dynamique pour plus que compenser les défis du marché du fret en Amérique du Nord. Les ventes pour le quatrième trimestre se sont élevées à 2,4 milliards de dollars. Cette augmentation des ventes d'une année à l'autre est principalement attribuable à la fusion de GE Transportation, d'OE mix et à l'augmentation des revenus de Transit, quelque peu compensée par les devises, ainsi qu'à la baisse des ventes de composants de wagons.

    Pour améliorer la transparence, à partir de ce trimestre, nous avons refondu les ventes de notre segment en informations sur les nouvelles lignes de produits. Vous pouvez trouver des détails supplémentaires décrivant les nouvelles gammes de produits dans l'annexe F de notre communiqué de presse publié ce matin. Vous pouvez également voir tous les PCGR et les chiffres ajustés pour l'année et les rapprochements que nous avons également fournis. Pour le trimestre, le bénéfice d'exploitation s'est élevé à 226 millions de dollars et le bénéfice d'exploitation ajusté à 313 millions de dollars, principalement en raison de l'amélioration continue des performances des services ainsi que des livraisons de locomotives.

    Le bénéfice d'exploitation ajusté comprenait 16 millions de dollars pour l'harmonisation des politiques sans contrepartie. Ce nombre est conforme aux estimations de nos directives originales à la clôture de la fusion de GE Transportation. Cependant, cela exclut les charges avant impôts d'environ 71 millions de dollars pour les coûts de transaction, de restructuration et de litige. Veuillez consulter l'annexe D dans notre communiqué de presse pour le rapprochement de ces détails.

    Examinons maintenant certains des éléments de campagne détaillés. Nos frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux s'élevaient à 324 millions de dollars, dont 61 millions de dollars sur les 71 millions de dollars de dépenses dont je viens de parler. Nous prévoyons que le nombre de taux d’exécution ajustés sera d’environ 270 millions de dollars par trimestre à l’avenir. Les frais d'ingénierie ont augmenté pour atteindre 60 millions de dollars, principalement en raison de l'ajout de GE Transportation, et les frais d'amortissement se sont élevés à 65 millions de dollars pour le trimestre.

    Les intérêts débiteurs nets de 58 millions de dollars sont attribuables à la hausse du solde de la dette et les intérêts débiteurs nets ajustés ont été de 55 millions de dollars. Je veux toujours souligner que nous nous concentrons sur la génération de liquidités pour réduire notre solde d'endettement et nos intérêts débiteurs. À l'avenir, nous prévoyons que les intérêts débiteurs seront d'environ 50 millions de dollars par trimestre. La charge d'impôt sur le résultat s'est élevée à 38 millions de dollars.

    En excluant l'avantage fiscal net des coûts de transaction pour la fusion de GE Transportation, la charge d'impôt ajustée s'est élevée à 63 millions de dollars pour un taux d'imposition effectif ajusté d'environ 24%. Au quatrième trimestre, nous avions un bénéfice par action dilué selon les PCGR de 0,71 $ et un bénéfice par action dilué ajusté de 1,04 $. Les détails établissant un lien entre le BPA GAAP et le BPA ajusté de 1,04 $ sont joints à notre communiqué de presse. Le BAIIA, que Wabtec définit comme le revenu d'exploitation plus la dépréciation et l'amortissement, était de 337 millions de dollars et le BAIIA ajusté de 424 millions de dollars.

    Le BAIIA ajusté comprenait les 16 millions de dollars d'harmonisation des politiques, mais excluait la charge avant impôts de 71 millions de dollars, dont j'avais déjà discuté. L'amortissement s'est établi à 45 millions de dollars, contre 15 millions de dollars au trimestre de l'exercice précédent. L'augmentation, évidemment, due à la fusion de GE Transportation. Pour 2020, nous prévoyons que la dotation aux amortissements sera d'environ 180 millions de dollars.

    La charge d'amortissement s'est élevée à 66 millions de dollars pour le trimestre, comparativement à 10 millions de dollars au trimestre de l'an dernier. Cette augmentation est également due à la fusion. Pour 2020, nous prévoyons une charge d'amortissement d'environ 280 millions de dollars, qui en 2020 sera exclue de nos résultats ajustés dans le cadre de notre BPA en espèces. Au 31 décembre, je tiens à souligner que notre carnet de commandes pluriannuel était d'environ 22 milliards de dollars, et notre carnet de commandes glissant sur 12 mois, qui est un sous-ensemble de ce carnet de commandes pluriannuel, était de 5,6 milliards de dollars.

    Notre carnet de commandes reste une base solide et nous permettra de continuer à surmonter les vents contraires du marché auxquels nous sommes confrontés. Passons maintenant aux segments. Il est important de noter que la refonte de notre segment et de nos gammes de produits a entraîné le reclassement de certaines activités dans différents segments. Cela a entraîné la révision des résultats du segment de l'année précédente, et ces résultats se trouvent dans deux domaines: les annexes G et H, jointes à notre communiqué de presse.

    En regardant le segment Fret. Les ventes ont augmenté pour atteindre 1,7 milliard de dollars au quatrième trimestre. Cette augmentation est due à la fusion de GE Transportation, encore une fois, ajoutant 1,3 milliard de dollars. Les ventes organiques ont diminué de 22 millions de dollars, principalement en raison de la baisse des ventes de composants de wagons de marchandises et de produits industriels.

    Le résultat opérationnel sectoriel s'est élevé à 239 millions de dollars et le résultat opérationnel ajusté à 270 millions de dollars pour une marge ajustée de 16,1%. Pour 2020, nous avons une bonne visibilité sur nos livraisons OE à travers le carnet de commandes pluriannuel. Enfin, le carnet de commandes du segment a légèrement augmenté par rapport au dernier trimestre pour atteindre 19 milliards de dollars sur les nouvelles commandes internationales. Regardons maintenant notre segment Transit.

    Les ventes ont légèrement augmenté pour atteindre 701 millions de dollars, principalement en raison de la croissance des ventes du marché secondaire. Cette augmentation est attribuable à la croissance organique, qui a augmenté de 19 millions de dollars, et aux acquisitions qui ont ajouté environ 2 millions de dollars, ce qui a plus que compensé un effet de change négatif de 16 millions de dollars. Le quatrième trimestre a marqué le neuvième trimestre consécutif où nous avons enregistré une croissance organique des ventes, ce qui montre que notre carnet de commandes presque record continue de générer une visibilité de premier plan sur plusieurs années. Le résultat d'exploitation sectoriel s'est élevé à 39 millions de dollars pour une marge d'exploitation de 5,6%, excluant environ 11 millions de dollars de dépenses de restructuration et incluant les charges supplémentaires liées au Royaume-Uni.

    projets de rénovation, la marge opérationnelle ajustée du segment est de 7,1%. En ce qui concerne les projets au Royaume-Uni, nous avons apporté plusieurs modifications au cours des derniers mois. Cela comprend des changements dans la gestion des clés et la prise de mesures prudentes pour améliorer la gouvernance des projets.

    Nous n'acceptons plus ce type de projets. En ce qui concerne le carnet de commandes existant, nous avons achevé environ 75% de ces projets de rénovation au Royaume-Uni et avons une stratégie en place pour accélérer le reste. À l'avenir pour le segment Transit, nous continuerons à intensifier nos efforts pour développer une culture allégée avec des améliorations des coûts, avoir une meilleure livraison et une meilleure qualité et sommes convaincus que nous pouvons générer environ 100 points de base d'expansion des marges sur le segment Transit en 2020. Passons maintenant au bilan et aux flux de trésorerie, comme décrit à la diapositive 6.

    Nous avons dépassé les prévisions antérieures pour l'année et généré environ 1 milliard de dollars de trésorerie d'exploitation. Cela s'explique par de meilleurs résultats financiers, une amélioration du rendement du fonds de roulement et le calendrier des paiements en espèces reçus. Maintenant, pour aborder les composantes de notre fonds de roulement, au 31 décembre, les créances étaient de 1,7 milliard de dollars, ce qui est conforme au troisième trimestre; les stocks étaient d'environ 1,8 milliard de dollars, contre 2 milliards de dollars à la fin du dernier trimestre; et les créditeurs étaient de 1,2 milliard de dollars ou à peu près stables par rapport au trimestre précédent. Les créances comprennent des créances non facturées de 514 millions de dollars, qui ont été plus que compensées par les dépôts des clients que nous avons reçus d'environ 604 millions de dollars.

    Au 31 décembre, nous avions 604 millions de dollars en espèces, principalement détenus hors des États-Unis; une dette totale d'environ 4,4 milliards de dollars; et l'endettement net à un EBITDA ajusté d'environ 2,6 fois, ce qui était conforme à notre objectif de levier de fin d'année. À plus long terme, nous visons toujours un ratio dette nette / EBITDA d'environ 2 à 2,5 fois. Les investissements pour l'exercice se sont élevés à 185 millions de dollars, contre 93 millions de dollars l'an dernier, l'augmentation étant principalement attribuable à la fusion. Et à l'avenir, nous prévoyons dépenser environ 200 millions de dollars en 2020, soit environ 2% des ventes.

    Dans l'ensemble, notre bilan continue de fournir la capacité financière et la flexibilité nécessaires pour investir dans nos opportunités de croissance, et notre objectif est d'être et de rester à une notation de crédit de première qualité. Avant de passer la parole à Rafael pour discuter plus en détail des orientations 2020, je veux prendre un moment pour relier nos résultats ajustés 2019 sur la diapositive 7 à une vue pro forma qui vous aiderait à modéliser nos orientations 2020 sur une base similaire. comme une base. La vue pro forma comprend quatre changements notables importants. La première est que le pro forma comprend les deux mois supplémentaires de résultats de transport de GE Transportation.

    Deuxièmement, comme nous l'avons vu, nous n'aurons plus l'ajustement pour l'harmonisation des politiques. L'harmonisation des politiques de reconnaissance des revenus et d'autres domaines d'harmonisation des politiques ne seront donc pas abordés. Troisièmement, nous ajoutons maintenant le PPA non récurrent. Et enfin, nous avons modélisé l'année avec un nombre d'actions entièrement dilutives de 192 millions d'actions.

    Je voudrais noter que, sur une année pro forma, il y a un impact de 0,34 $, que vous pouvez voir sur la page, et cela vous fait passer de 4,60 $ à 4,26 $. Un dernier point à souligner est que les résultats de deux mois de GE Transportation ont été affectés par le calendrier des livraisons de locomotives, des paiements en espèces et des reçus au cours du trimestre. Lorsque vous le regardez au total avec la contribution de l'EEG au cours du mois du premier trimestre, les résultats et les marges sont très cohérents avec le segment, le segment Fret global pour Wabtec. Passons maintenant aux orientations 2020, comme illustré sur la diapositive 8, et je cède la parole à Rafael.

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Merci, Pat. Ainsi, sur la base de la dynamique d'exploitation, nous avons construit en 2019, notre carnet de commandes actuel et une évaluation des conditions clés du marché, nos prévisions de ventes pour 2020 sont d'environ 8,7 milliards de dollars, un BAIIA ajusté d'environ 1,6 milliard de dollars et un résultat opérationnel ajusté d'environ 1,4 milliard de dollars et le bénéfice ajusté par action diluée se situera entre 4,50 et 4,80 dollars. Nous prévoyons que les flux de trésorerie d'exploitation selon les PCGR seront d'environ 900 millions de dollars. Cela comprend environ 100 millions de dollars de sorties de fonds liées à la restructuration, aux transactions et aux litiges de l'exercice précédent.

    Au premier trimestre de 2020, nous prévoyons que les ventes, le bénéfice net ajusté, le BAIIA ajusté et le bénéfice ajusté par action diluée seront inférieurs par rapport au reste de 2020. Cela est dû à la saisonnalité et à la planification du projet. Cela dit, nous prévoyons que le mix de produits s'améliorera tout au long de l'année, conformément à cette dynamique. S'appuyant sur une année 2019 solide, nous prévoyons de générer plus de 150 millions de dollars de synergies nettes en 2020, et nous sommes sur la bonne voie pour générer 250 millions de dollars de synergies avant 2022.

    Enfin, nos prévisions ajustées pour 2020 incluent désormais tous les rachats liés aux frais comptables récurrents non monétaires ou à l'amortissement lié aux transactions, et excluent les dépenses estimatives liées à la restructuration et les frais de transaction. En excluant ces dépenses, nos objectifs de marge opérationnelle ajustée pour l'année entière sont d'environ 16% et notre taux d'imposition effectif ajusté pour l'année entière devrait être d'environ 25,5%. Ainsi, comme vous l'avez entendu lors de l'appel de ce matin, et vous le voyez sur la diapositive 9, Wabtec a réalisé une solide performance au quatrième trimestre et une bonne année dans l'ensemble. Nous continuons de constater une croissance de nos revenus du marché secondaire et des services, démontrant encore plus l'importance de notre base installée dans les segments Fret et Transit, ainsi que la résilience de notre portefeuille.

    Nous avons renforcé notre présence internationale avec des commandes importantes sur des marchés critiques en Asie, comme la Russie, la CEI et l'Inde. Et nous avons dépassé les attentes en matière de réductions de coûts et de synergies résultant de la fusion de Wabtec et GE Transportation. Pour l'avenir, nous prévoyons pleinement générer un total de 250 millions de dollars de synergies avant 2022. En 2019, nous avons généré une forte génération de trésorerie, plaçant l'entreprise en position de force, et nous sommes prêts à exécuter une stratégie de déploiement de capital ciblée pour accroître la valeur actionnariale.

    En 2020, nous nous attendons à voir des vents contraires continus, en particulier en Amérique du Nord, mais nous sommes convaincus que notre importante base installée, notre forte portée sur le marché secondaire et notre modèle commercial diversifié à l'échelle mondiale nous aideront à gérer un autre cycle difficile. Nous prendrons des mesures pour améliorer l'exécution des projets et l'expansion des marges, et comme toujours, nous restons concentrés au laser sur la priorisation des ressources et une allocation prudente du capital. Nous avons hâte de partager davantage nos perspectives pour 2020, notre stratégie technologique et notre concentration sur la croissance à long terme lors de notre prochaine conférence des investisseurs, qui se tiendra le 10 mars à New York. Sur ce, je tiens à remercier toute l'équipe Wabtec pour une année 2019 solide.

    Et avec cela, je vais ouvrir à toutes les questions que vous pourriez avoir.

    Questions et réponses:

    Opérateur

    [Operator instructions] Notre première question vient de Justin Long de Stephens. Aller de l'avant.

    Justin Long – Stephens Inc. – Analyste

    Merci et bonjour.

    Pat Dugan — Directeur financier

    Bonjour.

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Bonjour Justin.

    Justin Long – Stephens Inc. – Analyste

    Alors peut-être pour commencer avec les prévisions de flux de trésorerie d'exploitation pour 2020, Pat, pourriez-vous parler de l'hypothèse de fonds de roulement qui est intégrée à cela? Et aussi comment vous allez comptabiliser l'avantage fiscal versé à GE dans cet état des flux de trésorerie? Et puis, j'aimerais aussi avoir votre avis sur l'ampleur du remboursement de la dette que vous prévoyez cette année.

    Pat Dugan — Directeur financier

    Droite. Commençons donc par la façon dont nous traitons la taxe. L'élément fiscal, évidemment, est un avantage pour nous. Il fait partie de la trésorerie d'exploitation, mais nous le compensons ensuite par un paiement, presque comme s'il s'agissait d'une activité d'investissement.

    Donc, vous avez obtenu le négatif de cela dans les différents postes du tableau des flux de trésorerie, OK? Nous sommes très satisfaits de l'avantage global pour nous, mais l'année, ce que nous payons pour 2019 est toujours en cours d'évaluation avec l'équipe GE. Quand je regarde les indications, je veux dire, je pense, qu'un moyen facile de le regarder est un EBITDA, qui est d'environ 1,6, puis vous avez des intérêts, d'autres et des impôts qui le réduisent à environ 1,1. Il s'agit d'un numéro GAAP. Nous mentionnons le fait que nous avons un surplomb de restructuration ou un vent contraire qui va nous nuire en 2020, des choses que nous avons ajoutées en 19 que nous devrons payer en 2020 d'environ 100 millions de dollars.

    Et je pense que nous essayons de regarder notre fonds de roulement avec une forte seconde moitié de l'année. Il pourrait y avoir un peu de pression sur le fonds de roulement, ce qui nous amènerait aux 900 millions de dollars de PCGR provenant des opérations que nous avons donnés à tout le monde. Ses modalités de remboursement de la dette étaient donc votre dernière question, je pense?

    Justin Long – Stephens Inc. – Analyste

    Correct.

    Pat Dugan — Directeur financier

    Une partie de la question est que nous visons un remboursement de la dette qui nous amènera dans ce ratio de levier de 2 à 2,5 fois. Mais nous examinons également notre plan global d'allocation du capital, dans lequel nous continuons à investir dans l'entreprise, nous assurons que nous sommes opportunistes dans la bonne situation en matière de fusions et acquisitions, puis nous examinons comment nous pouvons également reverser de l'argent aux actionnaires.

    Justin Long – Stephens Inc. – Analyste

    D'ACCORD. Et juste pour clarifier le point sur le fonds de roulement, est-ce l'hypothèse que vous aurez un vent de face cette année? Et y a-t-il des chiffres que vous pouvez mettre autour de l'ampleur de ce vent de face?

    Pat Dugan — Directeur financier

    Eh bien, je pense que j'ai en quelque sorte fait le calcul. C'est probablement environ 100 millions de dollars de pression sur le fonds de roulement avec une forte seconde moitié de l'année que nous considérons dans les directives. Nous travaillons évidemment sur des plans pour faire mieux, atténuer, examiner d'autres outils, examiner les dépôts des clients et des choses qui pourraient être positives dans la gestion de nos créances, la gestion de nos dettes. Mais c'est ce que nous avons en quelque sorte pris en compte dans nos conseils en ce moment.

    Justin Long – Stephens Inc. – Analyste

    D'accord, super. Et puis juste pour aider, du point de vue de la modélisation, il y a beaucoup d'ajustements dans le modèle en ce moment. Je me demandais donc, lorsque vous parlez de 100 points de base d'amélioration de la marge, et il semble que vous verrez une ampleur similaire dans les deux segments, pouvez-vous nous donner les marges opérationnelles ajustées comparables pour le segment Fret et Transit en 2019 ?

    Pat Dugan — Directeur financier

    Ouais. Nous ne l'avons pas fait. Je pense que nous n'avons pas divulgué cela. Ce que nous examinons, dans l'ensemble, c'est que 100 points de base devraient être plus pondérés du côté du transit, un peu moins du côté du fret, mais à peu près les mêmes en moyenne entre les deux segments.

    Justin Long – Stephens Inc. – Analyste

    D'ACCORD. Et puis enfin, et c'est peut-être une question en deux parties, puis je vais revenir dans la file d'attente. Mais vous avez mentionné que le premier trimestre sera le point bas de l'année. Pouvez-vous nous donner une couleur sur la cadence trimestrielle des gains que vous prévoyez? Ou du moins ce qui est inclus dans les orientations 2020? Alors peut-être que c'est pour toi, Pat.

    Et puis, Rafael, juste en prenant un grand pas en arrière et en regardant l'entreprise en ce moment, quelle est votre confiance que le creux de cette année compte tenu de ce que nous voyons sur le marché du fret? Je veux dire, avez-vous confiance que 2020 est le creux des bénéfices de cette entreprise?

    Pat Dugan — Directeur financier

    Eh bien, juste pour parler de l'orientation du trimestre, puis je vais la remettre. Nous ne donnons pas d'orientation trimestrielle. Mais nous essayons de donner un clin d'œil à la saisonnalité de l'entreprise. Donc, si vous regardez simplement du troisième au quatrième trimestre dans d'autres périodes, l'élément services de nos gammes de produits est significatif.

    Il a des marges qui peuvent faire bouger les choses. Et donc avec le premier trimestre, qui a tendance à être un démarrage lent en raison du transit, du fret et du marché secondaire et du calendrier de certains des projets sous-jacents d'OE, nous voulions juste nous assurer que tout le monde comprenait que le premier trimestre allait être légèrement différent . C'était donc important. Mais en ce qui concerne le type d'orientation trimestrielle, nous n'allons pas le faire.

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Justin, en ce qui concerne l'année, je veux dire, nous avons certainement de nombreux éléments de creux ici cette année. Mais je resterai loin de ça. Nous continuerons de surveiller les marchés sur lesquels nous opérons et nous sommes vraiment très concentrés sur les choses que nous contrôlons. Nous prenons les mesures nécessaires pour adapter notre entreprise aux réalités auxquelles nous sommes confrontés, et les orientations que nous proposons, il envisage certainement, je l'appellerai, de nouvelles locomotives à deux chiffres pour l'année en termes de livraisons et de fret voitures à environ 40 000 voitures par rapport aux années 50 000 l'année précédente.

    Donc, à ce stade, nous sommes très confiants de pouvoir augmenter les marges d'environ 100 points de base malgré ces vents contraires.

    Justin Long – Stephens Inc. – Analyste

    D'ACCORD. Génial. Je vais le laisser là. Merci pour le temps.

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Je vous remercie.

    Opérateur

    Notre prochaine question est posée par Allison Poliniak de Wells Fargo. Aller de l'avant.

    Allison Poliniak – Wells Fargo Securities – Analyste

    Bonjour.

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Bonjour.

    Allison Poliniak – Wells Fargo Securities – Analyste

    Rafael, les services étant une composante importante du fret ici, pourriez-vous nous aider à mieux comprendre? Il semble que cela résiste mieux à la cyclicité. Je pense que vous avez évoqué certains problèmes de saisonnalité. Y a-t-il une couleur que vous pouvez nous aider avec cette composante particulière du fret?

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Allison, deux ou trois choses. Je vais commencer à l'international. Je veux dire, notre base installée continue de croître. Nous avons un certain nombre de locomotives qui entrent en service ou sortent de la période de garantie.

    Nous continuons donc à y voir une croissance robuste. Je pense que notre entreprise de mods, nous continuons à voir des opportunités pour développer cette entreprise cette année. Nous avons récemment parlé d'un ordre international que nous avons obtenu, et je pense que cela nous fournit également une dynamique similaire. Et je n'oublierais pas notre opportunité d'aider finalement les clients à améliorer leur efficacité.

    Nous avons un certain nombre de solutions qui peuvent les aider à cet égard lorsqu'ils cherchent des moyens d'améliorer leur ratio d'exploitation. Nous restons donc confiants. Nous travaillons donc en étroite collaboration avec nos clients sur les stratégies de flotte et veillons à ce que, finalement, nos flottes soient celles qui offrent le plus de valeur.

    Allison Poliniak – Wells Fargo Securities – Analyste

    Génial. Et puis du côté numérique, je pense que vous avez touché une belle commande que vous avez reçue. Y a-t-il un domaine de produit spécifique qui est à l'origine de cette croissance? Est-ce large? Comment voyez-vous ce secteur particulier à la lumière du PSR et que se passe-t-il?

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Je pense qu'il y a quelques domaines que je voudrais souligner. Premièrement, alors que les chemins de fer cherchent à accroître leur efficacité, je pense que nous avons là un certain nombre de solutions qui leur permettent de gérer des trains plus gros, mais il y a aussi un élément d'économie de carburant. Et je pense que nous sommes bien positionnés à cet égard. C'est donc l'une des sous-gammes de produits spécifiques de cette entreprise.

    L'autre concerne la gestion réelle de l'ensemble des opérations. Nous parlons donc d'optimisation du réseau et certaines d'entre elles sont des commandes à plus long terme, mais cela reflète certainement la confiance dans l'entreprise et, finalement, l'opportunité que nous avons d'aider les clients à améliorer leur efficacité dans leur entreprise.

    Allison Poliniak – Wells Fargo Securities – Analyste

    Génial. Et puis juste pour la fin, il est peut-être trop tôt pour cela, mais des réflexions sur l'annonce d'Alstom-Bombardier en termes de potentiel d'impact pour Wabtec?

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Nous pensons que c'est encore tôt. Je veux dire, nous continuons vraiment à travers les détails. Nous avons de bonnes et solides relations avec les deux clients, et nous voyons donc ici une opportunité de développer nos activités avec eux.

    Allison Poliniak – Wells Fargo Securities – Analyste

    Génial. Je vous remercie.

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Merci.

    Opérateur

    Notre prochaine question est de Matt Elkott de Cowen. Aller de l'avant.

    Matt Elkott – Cowen and Company – Analyste

    Bonjour. Je vous remercie. Pouvez-vous donner plus de détails sur la baisse à deux chiffres des livraisons de locomotives en 2020?

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Matt, tout d'abord, je veux dire, c'est fondamentalement provoqué par l'Amérique du Nord. Et c'est juste le reflet, vraiment, des wagons en baisse de 4% l'an dernier, et surtout au quatrième trimestre de plus de 7%. Nous continuons de voir, je veux dire, certaines de ces dynamiques difficiles pour le premier semestre de cette année, et nous nous attendons à ce que, selon nos clients, une certaine amélioration au cours du deuxième semestre. Mais c'est un phénomène de fret dirigé par l'Amérique du Nord.

    Matt Elkott – Cowen and Company – Analyste

    D'ACCORD. C'est utile. Mais à deux chiffres, je suppose, c'est une large gamme. Parlons-nous plus comme des adolescents, à deux chiffres?

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Nous allons rester à l'écart de certains, je vais appeler, compte sur les locomotives. Mais en bas à deux chiffres.

    Matt Elkott – Cowen and Company – Analyste

    D'ACCORD. Et en gardant les livraisons de locomotives et peut-être les divulgations des mesures opérationnelles, y aura-t-il des changements dans la façon dont vous déclarez les mesures de votre segment ou les statistiques d'exploitation associées à la journée des investisseurs en mars? Ou n'importe quelle couleur sur ce à quoi nous devrions nous attendre lors de la journée des investisseurs? Plan de croissance à long terme? Quelque chose comme ça serait utile.

    Pat Dugan — Directeur financier

    Eh bien, Matt, voici Pat. Je pense que la première chose que nous avons faite est que nous avons en quelque sorte refondu nos revenus. Donc, un peu plus de visibilité sur les revenus alignés sur notre activité équipement, qui comprend les logos, l'activité composants wagons de marchandises, qui comprend également un peu d'industrie et de services. Et toutes ces choses sont en quelque sorte disponibles, à la fois historiquement et ensuite retraitées.

    Pour ce qui est de l'année prochaine dans les directives de la journée des investisseurs, je pense que nous avons été assez cohérents en ce qui concerne les divulgations, comme les livraisons locales, et nous allons rester à l'écart de cela. Mais je pense que nous avons pris de très bonnes mesures pour assurer une certaine transparence sur la ligne du haut et d'où cela vient.

    Matt Elkott – Cowen and Company – Analyste

    D'ACCORD. C'est utile, Pat. Maintenant, vous avez parlé un peu des priorités de déploiement des immobilisations. Je pense qu'historiquement, avant la transaction avec GE, vous avez fait trois à quatre acquisitions par an.

    Devrions-nous nous attendre à ce que vous retrouviez ce rythme à un moment donné dans le futur? Ou n'y pensez-vous pas ainsi?

    Rafael Santana – Président et chef de la direction

    Eh bien, je pense que 19 a été très important pour s'assurer que nous renforçions le bilan. Nous sommes certainement confiants d'avoir l'opportunité de continuer à faire ces acquisitions, et c'est certainement quelque chose que nous considérerons dans le cadre du processus d'allocation du capital dans le sens de la valorisation des actionnaires, mais aussi de la croissance organique en interne.

    Matt Elkott – Cowen and Company – Analyste

    Et Rafael, y a-t-il un domaine prioritaire lorsque vous envisagez des acquisitions complémentaires? S'agit-il d'acquisitions numériques liées à l'automatisation ferroviaire? Est-ce pour soutenir votre entreprise de locomotives de rechange? Is there an area of focus that you prefer to do acquisitions in the longer term?

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    I think you touched the two. One of them being the digital electronics area. We certainly see an opportunity there. It's an area that grows faster than the overall freight market.

    The other one is just an element of recurring services, making sure that we're utilizing a lot of the infrastructure we've got around customers and continue to grow that business faster than the segment growth.

    Matt Elkott — Cowen and Company — Analyst

    D'ACCORD. And just one final question. Any impact from the coronavirus, specifically as it relates to your transit business? And as you think of ridership going forward, if this coronavirus thing does not subside soon, is there a risk to your aftermarket transit business potentially?

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Ouais. So a couple of comments there. Number one, very important to us is really the safety of our employees, and I think in China, we've got close to 1,500 employees, none of them with coronavirus at this point. So it's a critical part for us.

    We continue to monitor our supply chains and have taken a number of actions in order to make sure we ultimately act on alternative sources. We do about 3% of our business in China. At this point, I mean, we're continuing to monitor the situation and continue to take action. If there's any relevant facts, we'll make sure to disclose them.

    Matt Elkott — Cowen and Company — Analyst

    Génial. Thank you very much.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Je vous remercie.

    Opérateur

    Our next question is from Chris Wetherbee from Citi. Aller de l'avant.

    James Monigan — Citi — Analyst

    It's James on for Chris. Wanted to touch on synergies in the $150 million number you gave out. How much of that is flow-through from 2019? And how much is new to 2020? Also kind of wanted to get a sense of where you thought you'd be exiting 2020 in terms of run rate for synergies.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    So the $150 million is incremental. It's an improvement. You have an element of it is, say, about $60 million of it is coming from the — well, the $30 million was a net number. We do have about $60 million worth of spend that was applied against that $30 million, and then you have additional spend, though, in this year.

    So I don't want anybody to — don't think we still have some costs in order to achieve some of these synergies. But the $150 million net is the incremental over the 2019 results. It's coming from the same areas. It's the full benefit of the rooftop consolidations, the sourcing, the supply chain improvements and the restructuring efforts that we went through in 2019.

    We haven't quantified what the run rate is at the end of the year, but we still think that it puts us in a really good path when you look at it to achieve the $250 million worth of run rate synergies before the original guidance when we closed the transaction.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    The one thing I would add is consistent with what you saw last year, expect us to continue to look for ways to accelerate the synergies, and that's very much aligned with making sure that we ultimately adjust the business to the realities we face.

    James Monigan — Citi — Analyst

    Got it. And then also kind of wanted to get a sense of what your outlook for mix in 2020 in freight is. It seems you're calling out some headwinds to OE. So I just kind of wanted to understand what you thought the OE aftermarket mix would be and sort of give an idea of like how much of that do you think is sustainable from sort of getting better penetration in some of the aftermarket products you've been talking about?

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Well, we continue to see a strong opportunity to grow our services business. I think it's tied to some of the offerings, which are, of course, a little bit different when I compare it to last year, but that ties up to modernization, that ties up to some of the elements of, really, some fleets that are entering operations globally out there. Some of the headwinds are presented in our freight components business with freight cars down on the 40s. There's also a number of markets that are adjacent to that business segment.

    They're also down, including oil and gas. The Transit business, we continue to see opportunities out there, some significant orders in the underground, U.K., North America as well, and India continues to be a bright spot, where we're very well-positioned. So mixed overall conditions. We're guiding to $8.7 billion of orders, which, when you look at a 12-month basis, it seems basically flattish.

    James Monigan — Citi — Analyst

    D'ACCORD. Got it. Just one quick follow-up. What level of growth in your mod business are you expecting in 2020? And then I'll just hand it off.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Could you say your question again, please?

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Growth in mods.

    James Monigan — Citi — Analyst

    How much growth are you expecting in mod deliveries in 2020? And then I'll just hand it off.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    D'ACCORD. In 2020, we have the opportunity to still slightly grow the business. And we're continuing to invest on, ultimately, I'll call, driving more value for our customers. Those will include enhancements to fuel as you look at overhauling or modernizing the engines.

    And so this modernization, I think, it continues to be a growth story for us as we look into ways of driving further value for our customers.

    Opérateur

    Our next question is from Jerry Revich from Goldman Sachs. Aller de l'avant.

    Jerry Revich — Goldman Sachs — Analyst

    Ouais. Salut. Good morning, everyone.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Good morning.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Good morning.

    Jerry Revich — Goldman Sachs — Analyst

    I'm wondering if you could talk about your order outlook for the Freight business. I know it can be lumpy in terms of timing of major contract awards. Can you just flesh out for us how your prospect looks, both on the service side, as well as on the locomotive side as we kick off 2020 here?

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    I think internationally, we continue to have a bright spots. And I think I mentioned Asia. We're seeing demand in putting in this quarter for demand for new locomotives. We're also seeing an aspect of fleet renewal that continues to take place in places like Australia, for instance.

    Russia and CIS continues to be a bright spot for us and growing. As I look across West Coast of Africa, we have the opportunity to follow-up of existing projects, the next phase of them. Latin America, Brazil continues to be a market where we're well-positioned. And as you look at concessions being renewed, that's also an area of opportunity for us.

    Transits, the dynamics are positive in ridership out there. It's a business that if you look at the area we work in, it provides at least 3% to 5% growth for us. It's more about being selective in terms of the order intake we have. Headwinds in North America, a lot of it really driven by the freight market and dynamics I mentioned with regards to new locomotives and freight cars.

    Jerry Revich — Goldman Sachs — Analyst

    And Rafael, net of all that, do you think you could grow backlog in 2020 based on the prospect list that you have in front of you today?

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    We're certainly focused on doing that. I think we have a good pipeline of opportunities that we're working on. But we're certainly dealing with, I'll call, challenging dynamics in the North American markets. It's good to see the fourth quarter on where we've landed.

    We have backlog growing about 2.3%, and we certainly got our teams out there working very hard to make sure that we grow the business over time.

    Jerry Revich — Goldman Sachs — Analyst

    D'ACCORD. And lastly, on the margin bridge '20 versus '19, so the 100 basis points or $100 million EBITDA growth. I appreciate that it's early in the year, but taking some of the discrete items, it looks like you have the pieces to get you above the $100 million increase. So we spoke about $150 million of synergies, the improvement in Transit margins as prior projects roll off, that should be $50 million to $100 million, $100 million from pro forma GE Transportation addition based on the February '19 presentation, and obviously, we have the policy harmonization headwind, and I know it's early in the year, but I'm wondering if you could just talk about if there are any other pieces that we should be thinking about that might be headwinds? Or is it a function of, look, it's early in the year and the environment is choppy, so we need to give ourselves room to execute?

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Well, I think you've kind of outlined all the aspects. The synergies are obviously a positive contributing to the margin growth. But we definitely have headwinds in the market. You're seeing some shift in mix of sales year over year, where you are placing sales, like our freight component area, which tends to be a strong, profitable business with other business that doesn't have the same kind of margin profile.

    So when you kind of look at those things on a net basis, that's what gives us the confidence in the 100 basis points overall improvement in margin for the year.

    Jerry Revich — Goldman Sachs — Analyst

    D'ACCORD. Je vous remercie.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Ouais. Je vous remercie.

    Opérateur

    Our next question is from Scott Group from Wolfe Research. Aller de l'avant.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Scott, are you there? Ouais. Why don't we go to the next question? Maybe we'll add Scott back later.

    Opérateur

    D'ACCORD. The next question is from Courtney Yakavonis from Morgan Stanley. Aller de l'avant.

    Courtney Yakavonis — Morgan Stanley — Analyst

    Salut. Good morning, guys.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Good morning.

    Courtney Yakavonis — Morgan Stanley — Analyst

    Just on the services part of Freight, I really appreciate the disclosure that you guys gave us. But can you help us just think about how that business is growing on a pro forma basis year over year exiting 2019? And any thoughts on whether that's kind of the right run rate to think about that business in 2020, given your guidance for railcar and loco deliveries?

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    So a couple of points. We continue to see the opportunity to grow that business. I think there's a number of dynamics there. I think our mods program continues to be an area of opportunity.

    I can't emphasize enough internationally what some of those opportunities are. The other element for us, it's the fleet, that it's expanding globally. We have grown the number of what I'll call installed diesel engines out there, and that provides that business an opportunity to sign on what I'll call long-term service agreements to support those fleets out there. So that continues to be an opportunity for us.

    I did mention that we're continuing to invest on enhancing the value our customers can get from modernizing existing fleets, that includes fuel solutions. And we're going to be coming up with, I'll call, incremental opportunities there. So we're certainly continuing to look at services as an area of opportunity. And even in North America, as you look at a very significant number of locomotives parts, the locomotives are running, they're running harder, and so we'll continue to support customers in terms while making sure they're getting the right reliability and availability of these fleets.

    Courtney Yakavonis — Morgan Stanley — Analyst

    OK, gotcha. And just on 2019, any insight into what that growth rate was on an organic basis? Just since it's a little confusing with the GET not in the 2019-2020 numbers.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Ouais. It's kind of hard because you got two aspects. You've got different basis of GAAP and policies. And so it's a bit confusing.

    I would just say, overall, for '19, the service revenue, because of the impact of the opportunities created for itself under PSR and additional mods, that the revenues for services were up in '19. And then when you look into 2020, which I think was kind of your first question, all the things Rafael just talked about, but you have a little bit of a headwind from parkings, offset by our continued focus on new products and opportunities under PSR to serve our customers. Long term, in growth rates, we really wouldn't talk about that on this call, but it's really, for us, an area of growth.

    Courtney Yakavonis — Morgan Stanley — Analyst

    OK, gotcha. And then just switching on to the Transit side of the business. I think you did some resegmenting, and now it looks like, on the core business, as it's restated, margins were down for the past two quarters, and then down pretty significantly this quarter. Can you talk just a little bit about what was driving those margin declines this quarter? And then kind of when we think about the 100 bps of expansion next year, how should we think about the pace of that and kind of the continuation of the U.K.

    projects flowing in?

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    D'ACCORD. Let me start here. Well, I think a couple of things to separate here. Number one, the quarterly performance was certainly impacted by, well, the lower margin of the refurbishment projects in the U.K.

    I think we've reached some really critical milestones in these projects during the quarter. And we believe to have a really strong cost visibility as we've delivered more than 75% of these projects up to this point. So I think that's one element of that. I think the other thing to keep in mind is, we're very encouraged to see the steps taken by the Transit team in terms of the performance in the overall business.

    And we're starting to see that really showing up into some, what I'll call, underlying key metrics, that includes improvement on on-time delivery. That includes improvement with really lower cost associated with cost of quality. We continue to see accountability up across the business. There's a more robust bidding process out there.

    Margins on the orders taken over last year are up versus the backlog. We've got costs and actions taken to drive margin improvement, and we have really pushed the supply chain to better cost locations. We do not take these results lightly. Lilian and the team have really taken action, including leadership changes at the project level, so we ultimately drive the right discipline and accountability across the business.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    So just to help a little bit. In the fourth quarter of '19, we took charges associated with certain inefficiencies, especially in terms of higher labor costs. We did reach some critical milestones in these projects in the quarter, and we think we have a really good cost visibility, and we have delivered more than 75% of these projects with most of them running off in 2020. Our estimation is over 90% completed by the end of the year.

    So we feel we're coming to the end of these projects with a good view on the profitability, and I would just add that this has been well received and with hitting these milestones created cash opportunities that were realized in the fourth quarter.

    Courtney Yakavonis — Morgan Stanley — Analyst

    D'ACCORD. Je vous remercie.

    Opérateur

    Our next question is from Steve Barger from KeyBanc Capital Markets. Aller de l'avant.

    Steve Barger — KeyBanc Capital Markets — Analyst

    Salut. Good morning, guys.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Good morning.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Good morning.

    Steve Barger — KeyBanc Capital Markets — Analyst

    So you're looking for around $700 million in free cash flow, which I think is about 80% of midpoint net income, plus or minus. Can you remind us how you're thinking longer-term for free cash flow conversion from net income? And how long it will take to get there?

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Yeah, you're going off of free cash flow. We've done cash conversion off of sort of just cash from ops, which would be in excess of — our goal is to get over 100%. And I think that we have a little bit of impact from the restructuring items I talked about and the working capital pressure in the year. But overall, we think we'll have cash — if you look at the cash from operations as a percentage of net income, that you would be in excess of 100%.

    Steve Barger — KeyBanc Capital Markets — Analyst

    All right. And just going back to an earlier question, you talked through the buckets of capital allocation, but no numbers. You've got $600 million in cash, just to use that free cash flow number, I think you'll have around $700 million or $900 million in operating cash flow. Can you give us any dollar targets for debt reduction this year? Or can you frame up how you're thinking about debt reduction versus share buyback in terms of size and timing?

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    I think our debt reduction would be — it goes hand-in-hand with that leverage ratio. So I think in putting numbers to it, it's a similar performance to what we did in '19, maybe a little bit less. But I really hadn't thought about it in terms of total dollars. I keep focusing on the leverage ratio.

    And of course, the capital allocation story is one about having the cash available for funding our growth initiatives, for the opportunistic M&A and other areas that would allow us to return cash to shareholders.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    It goes back to creating the optionality we spoke, and I think the announcement that we have with regards to the $500 million program, that gives us also here an opportunity when shares are selling below the intrinsic value for us to act on.

    Steve Barger — KeyBanc Capital Markets — Analyst

    Well, I guess, that's kind of the point I was making, is that you feel good enough about the balance sheet now to start executing against that buyback? Because it certainly seems, from a liquidity standpoint, you're in good shape.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    We certainly feel we have done, I'll call, good progress through last year. And we're at a stage here that we should fully exercise optionality. And that should include share buyback.

    Steve Barger — KeyBanc Capital Markets — Analyst

    Parfait. One more. Just thinking about the seasonal pattern you talked about for 1Q. As I recall, the first quarter of '19 was unusually strong due to locomotive mix.

    So just to clarify, would you expect EPS will be down versus the $1.06 in 2019?

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    You remember, you're looking on an adjusted basis versus a different adjusted basis. But a couple of things I want to point out is if you go to 1Q a year ago, you had a partial quarter, and it was an especially strong quarter month stub period that got included in the Wabtec results when you look at it in total. And for the Freight segment, I think you're going to end up with a result that's kind of similar in profile to what you see here in Q4. That's the seasonality reality to 2020 in the first quarter.

    But as for like a specific EPS guide for the quarter, we're going to do what we always did, and we're not going to give any kind of quarterly guidance specific to the quarter.

    Steve Barger — KeyBanc Capital Markets — Analyst

    All right. Maybe I'll squeeze one more in. For the full year, do you expect negative organic growth in Freight, offset by RELCO and anything else? Or do you think that organic growth can be positive for Freight?

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Well, when you look at what we're guiding to, I mean, we certainly have pressures coming from the overall Freight business with Transit being up.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    I mean, RELCO, in terms of size is a —

    Steve Barger — KeyBanc Capital Markets — Analyst

    I know it's small.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Is a small tuck-in acquisition. It's strategic. C'est bon. But not one of the bigger ones, but that's the truth.

    So I think, to your question, overall, our revenue guidance on a pro forma basis is relatively flat. I think we said it earlier that you have a little bit of mix of Freight, and some of the stronger Freight businesses will be a little bit down, offset by some of the growth in our Transit business.

    Steve Barger — KeyBanc Capital Markets — Analyst

    Merci.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Ouais.

    Opérateur

    Our next question is from Ken Hoexter from Bank of America Merrill Lynch. Aller de l'avant.

    Ken Hoexter — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Hey. Good morning. Just to follow up on the prior questions on the Transit margins, which you know now at 7%. Maybe just your thoughts on getting back to double-digit long term? I know you talked 100 basis points near-term and removing some charges.

    Is that a product shift? Or is it increasing competition pushing those margins down? Maybe just talk a little bit about that on your bigger picture.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Well, let me start here. First of all, I think we have the opportunity to improve margins in our overall business. I think I've talked before about the quality of the order intake, which the team has taken some specific actions around that, and we see improvements happening. I think we talked about the quality of execution, and that's why I made some comments earlier on some key improvements on some key metrics, which include on-time delivery and really lower costs associated with the cost of quality.

    The team continues along the lines of having a very robust bidding process. They've taken further cost actions to drive margin improvements. And we're continuing to push the supply chain to better cost locations. You're going to hear from Lilian and the team a lot more details on that progress and how they're committed even already this year to drive more than 100-basis-points improvement during the Investor Day.

    Pat, any —

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    No, I'll just reiterate the same thing that Rafael just said. We feel good about the overall for long-term ability to drive margin expansion. It's core to both businesses, as well as achieving of having year-over-year lean efforts, other opportunities that we find to offset and offset inflation and other costs and improve the overall margin, but the synergies also contribute long-term to us improving. And while we also feel good about our $250 million, we constantly are looking for opportunities above and beyond.

    Ken Hoexter — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Génial. I appreciate that. And then just a follow-up on the — you mentioned some passenger opportunities stepping up in the U.S., is that something you're looking to offset Freight? Is that strictly on the Transit side? Or are you talking kind of locomotives? You mentioned just in the prepared comments, the step-up in passenger opportunity in the U.S. so just looking for some follow-up on that.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    D'ACCORD. So yeah, specifically with regards to our Transit business, we continue to have opportunities in the U.S. market. Again, we're being very selective on the opportunities we go after.

    But it's certainly also a bright spot in terms of both orders and brakes, specific opportunities for the Transit business.

    Ken Hoexter — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Génial. That helps. Merci.

    Opérateur

    Our next question is from Ivan Yi from Wolfe Research. Aller de l'avant.

    Ivan Yi — Wolfe Research — Analyst

    Good morning, guys. This is Ivan on for Scott Group. First, there's a pretty meaningful drop in the locomotive and railcar deliveries in your guidance. Can you talk about the biggest offsets this year that keeps overall sales flat? And with that, thanks for the new sales breakdown this year, that's very helpful.

    Maybe you can say how much of the freight equipment sales are in North America? And how much of the components is ultimately tied to the equipment market?

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    D'ACCORD. So I think when you look at the dynamics in the Freight business, you'll certainly see an element of freight cars and locomotives down. Our Freight components business is also, well, with pressure associated with some of the adjacent markets that we serve. We continue to see opportunity to grow our Services business.

    I think an element of it is international growth tied off with not just modernization opportunities, but also an element of fleets entering into service. Our digital electronics business, we talked about double-digit orders growth last year, which provides, I think, a solid and strong backlog for us to be executing, and that's certainly an area of opportunity for us here as we continue to progress and move forward. Well, our overall Transit business will also be growing this year.

    Ivan Yi — Wolfe Research — Analyst

    Génial. And the rails are working toward one-man crews right now. What is the opportunity for Wabtec? And when do you expect to start seeing it? And also, can you also talk directly about PTC and the direction of that business this year? Up, down, flat? Je vous remercie.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Ouais. So a couple of points. I mean, when you talk about rail automation overall, we've been working with our customers over the years. And we do have an element of adoption, which might vary from customer to customer in terms of some of these tools.

    But we really believe we have some of the critical elements to allow that. We're continuing to invest on really the next-generation of some of these products, the ability to go from zero to zero on basically autopilot. And there's a number of, I'll call, specific products that could further help our customers automating their operations. So it's really up to our customers, and working through it on how they would like to get there.

    We're really ultimately providing the tools and the optionality on how to do that. On PTC, I think we're very much focused this year on both elements of making sure that we've got interoperability working, and that we continue to work with our customers and making sure that you have a system that's reliable and available to them as they go to full implementation.

    Ivan Yi — Wolfe Research — Analyst

    Génial. And last one, isn't the Transit backlog down year over year? So why does Transit grow in 2020? What's the offset? Je vous remercie.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Transit is affected by FX and some of the recast items. So it's a little bit complicated. But ultimately, you have a big pool of transit backlog. And then in terms of sales, the phasing, the timing, the delivery, the project schedules that are expected by the customer will have been considered in the guidance and will drive the top line.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    So backlog, ex-FX basis, is slightly up quarter over quarter. I think there's, of course, an element here of what Pat just said, one of it's seasonality of timing of orders. However, when we look at our backlog, it remains at what I'll call historical high levels, and we're confident in terms of all the opportunities we have ahead.

    Opérateur

    Our next question is from Saree Boroditsky from Jefferies. Aller de l'avant.

    Saree Boroditsky — Jefferies — Analyst

    Thanks for squeezing me in. Could you provide an update on what you saw in your industrials mining business in the quarter? And then how you're thinking about the 2020 outlook?

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    D'ACCORD. When we think about mining, I think overall, there's certainly what I'll call pressure for overall mining as we talk to our customers. I think it's a little bit different, and we feel better about, in specific, the truck size class that we serve. But it's a market that we're really monitoring closely, especially due with the situation in China.

    But at this point, no specifics to be detailed. I'd say very much reflected within our guidance, the elements I just described.

    Saree Boroditsky — Jefferies — Analyst

    D'ACCORD. And then it looks like SG&A guidance is embedded in pickup as a percentage of sales. Can you just talk us through if there's any headwinds in SG&A that we should think about in 2020?

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    No, I don't think so. I mean, thinking about our SG&A, we are combining the two companies, and we got a 10-month GET versus 12 months, and that might be factoring how you're looking at it. But I think all in all, there's no specific item in there that's causing a problem in comparability, I think, year over year.

    Saree Boroditsky — Jefferies — Analyst

    D'ACCORD. And then just a final question, just given the $500 million in share repurchase authorization, I guess, any color on the cadence of how we should think about 2020? And then would this all be upside to your current EPS guidance? It doesn't look like you're embedding any buybacks in your share count.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    That's right. We have not considered any buyback in the share count for guidance purposes so —

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    And the authorization was really as a way to make sure that, ultimately, if shares are selling below the intrinsic value, that we have an opportunity here to act, and that's basically how we're looking at it.

    Saree Boroditsky — Jefferies — Analyst

    Appreciate the color. Thank you so much.

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Je vous remercie.

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Je vous remercie.

    Opérateur

    This concludes the question-and-answer session. I would now like to turn the conference back to Kristine Kubacki, for closing remarks.

    Kristine Kubacki — Vice President of Investor Relations

    Thank you, Kate, and thank you to everyone for your participation today, and we look forward to seeing you in March at our Investor Day or speaking to you again next quarter. Goodbye.

    Opérateur

    [Operator signoff]

    Duration: 71 minutes

    Appeler les participants:

    Kristine Kubacki — Vice President of Investor Relations

    Rafael Santana — President and Chief Executive Officer

    Pat Dugan — Chief Financial Officer

    Justin Long — Stephens Inc. — Analyst

    Allison Poliniak — Wells Fargo Securities — Analyst

    Matt Elkott — Cowen and Company — Analyst

    James Monigan — Citi — Analyst

    Jerry Revich — Goldman Sachs — Analyst

    Courtney Yakavonis — Morgan Stanley — Analyst

    Steve Barger — KeyBanc Capital Markets — Analyst

    Ken Hoexter — Bank of America Merrill Lynch — Analyst

    Ivan Yi — Wolfe Research — Analyst

    Saree Boroditsky — Jefferies — Analyst

    More WAB analysis

    Tous les relevés d'appel des gains

    Westinghouse Air Brake Technologies (WAB) Résultats du T4 2019 C …
    4.9 (98%) 32 votes